Culture

UZÈS Le spectacle issu de la résidence artistique au collège Trintignant présenté à l’Ombrière

La pièce "Demain dès l'aube" a été jouée jeudi après-midi à l'Ombrière, à Uzès, pour la fin de la résidence d'artistes au collège Trintignant (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Ils en avaient, de la chance, les élèves des deux classes de Troisième du collège Jean-Louis-Trintignant d’Uzès, ce jeudi après-midi.

De la chance, car ils ont pu assister à une représentation d’une pièce de théâtre en « présentiel », le premier spectacle joué au nouveau centre culturel de la Communauté de communes du Pays d’Uzès (CCPU) l’Ombrière, qui plus est.

C’est que le spectacle, « Demain dès l’aube », n’était pas n’importe quelle pièce de théâtre : elle représentait l’aboutissement d’une résidence d’artistes au collège, dans le cadre du bien nommé dispositif Artistes au collège, porté par la CCPU et le Conseil départemental. Un dispositif qui a pu continuer malgré le fait que la culture, considérée rappelons-le comme « non-essentielle » par nos gouvernants, ait été largement placée sous l’éteignoir depuis le début de la crise sanitaire. « C’est une grande satisfaction d’avoir pu maintenir ce dispositif », soulignera la conseillère départementale Bérengère Noguier.

Un dispositif « d’ouverture de la politique éducative sur le monde culturel », estimera pour sa part le vice-président de la CCPU Dominique Serre. Pour cette fois, cette ouverture s’est faite avec la compagnie basée à Saint-Victor-la-Coste L’Eau qui brûle, venue avec sa création « Demain dès l’aube ». Une pièce écrite par Pierre Notte, via laquelle « nous avons voulu mettre en avant le lien intergénérationnel », précise la metteuse-en-scène de la compagnie Anaïs Assemat.

La pièce, dont les deux seuls personnages sont une grand-mère et sa petite-fille, et qui traite avec habileté et finesse de sujets pas toujours faciles, comme la dépendance et la mort entre autres, a servi de support lors des différents ateliers qui se sont tenus au collège de novembre à janvier sur quatre semaines. « Nous nous sommes servis de la pièce pour apporter aux élèves une approche du théâtre et travailler sur le lien intergénérationnel », explique Anaïs Assemat.

Au cours des ateliers, les élèves ont notamment pu se frotter à l’improvisation, au chant ou encore au texte, et donc plus largement à l’univers du théâtre. D’ailleurs, un échange entre les deux actrices, la metteuse-en-scène et les collégiens à l’issue de la représentation a permis de jauger la grande curiosité des adolescents et les questions que la pièce avait pu susciter chez eux.

Et pour les artistes, qui se sont « régalés » lors des ateliers, cette représentation devant un public scolaire, mais avant tout un public en chair et en os, était aussi un événement. Il faudra attendre le 15 octobre prochain pour voir la prochaine représentation de la pièce « Demain dès l’aube ». Ce sera au Télémac Théâtre de Nîmes.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité