A la uneFaits Divers

NÎMES « C’est le récit d’un petit garçon abusé et désabusé »

Le palais de Justice de Nîmes (Photo Anthony Maurin).

Encore beaucoup d’émotion ce jeudi, au second jour du procès d’un homme, âgé de 50 ans, accusé d’actes de pédophilie sur le fils de sa compagne.

Des faits survenus alors que l’enfant avait 11 ans et qui ont duré près de 6 ans. Des abus sexuels au domicile familial et alors que l’accusé, assistant familial, gardait d’autres enfants qui lui était confiés.

La victime, un homme aujourd’hui âgé de 34 ans, a réussi sa vie professionnelle d’adulte en devenant médecin. Mais c’est un homme brisé et fragile qui est venu, comme la veille déjà, raconter dans un récit poignant son calvaire. Il a apporté des précisions insoutenables sur les actes sexuels qui lui ont été imposés. "C'est le récit d'un petit garçon abusé et désabusé", déclare après le témoignage de la victime, Éric Emmanuelidis, le président de la cour d'assises du Gard.

« Il menaçait de se suicider si je parlais. Il disait qu’il m’aimait. Oui j’ai réussi dans ma vie professionnelle pourtant je me retrouve là, du haut de mes 34 ans, à essayer de prouver ce qu’il a pu me faire. Ce n’est pas une guérison d’être là. Je veux juste que l’on croit ce que je dis », ajoute à la barre le trentenaire. « Je m’en veux de ne pas avoir crié, de ne pas avoir réagi », complète-t-il en larmes comme s’il revivait le drame qu'il a supporté pendant sa jeunesse. « Il faut du courage pour faire ce que vous venez de faire... », estime le président des Assises, concernant ce témoignage bouleversant.

Jeudi, en soirée, l’accusé a été interrogé notamment sur un enregistrement. La victime voulait avoir des réponses sur les abus qu’il a subis et a appelé son ex-beau-père en 2011. Il a enregistré la conversation durant près de vingt minutes. Un enregistrement, pièce maîtresse de l’accusation, qui a ébranlé l’accusé. Ce dernier a d'ailleurs fait un malaise lors de l’audience alors qu’il était sur le grill des questions précises du magistrat. L'accusé n'a pas supporté que l'on évoque le fait qu'il se promène nu devant des enfants et qu'il ait montré des images pornographiques aux jeunes enfants dont il avait la charge. Un accusé qui ne reconnaît rien, qui réfute toutes les accusations depuis le début de cette procédure de « viol sur un mineur de moins de 15 ans par une personne ayant autorité ».

« Je n’ai jamais commis ces faits. Il ment. Je ne vais pas avouer ce que je n’ai pas fait », insiste le mis en cause malgré les témoignages qui lui sont presque tous défavorables, malgré le récit précis de son ancien beau-fils et malgré cet enregistrement. Le verdict doit intervenir vendredi.

Boris De la Cruz

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité