A la uneActualitésSociété

NÎMES « Pas de dégradation de la qualité de l’eau », les Nîmois peuvent rouvrir le robinet !

La distribution d'eau ce samedi matin devant le lycée Philippe Lamour (Photo Anthony Maurin).

Suite à l’acte de vandalisme constaté dans la soirée du vendredi 26 février au niveau du réservoir d’eau de Marguerittes La Ponche, qui alimente une partie de Nîmes en eau potable, le principe de précaution et les restrictions d’eau attenantes étaient en place jusqu’aux résultats des analyses bactériologiques et virales.

Suite aux éléments techniques transmis par Nîmes Métropole et son délégataire Eau de Nîmes Métropole (EDNM), l’Agence régionale de santé (ARS), vient d’autoriser la levée des restrictions d'usage de l'eau. Les habitants des 11 quartiers impactés peuvent consommer à nouveau l’eau du robinet sans restriction. 

Les résultats d’analyses effectuées en urgence hier au soir suite au constat de l’effraction du réservoir Marguerittes disponibles ne mettent pas en évidence de dégradation de la qualité de l’eau ", indique le message de l’ARS aux services de l’Agglomération reçu cet après-midi. " Les mesures de restrictions d’usage de l’eau à des fins alimentaires demandées à titre conservatoire par l’ARS peuvent être levées. "

Les premiers résultats d’analyse disponibles dans la nuit de vendredi à samedi avaient permis de mettre en lumière l’absence de toxicité ; la restriction restait en cours par précaution." Nous avons appliqué le principe de précaution et travaillé en priorité sur la logistique afin d’alimenter la population en eau potable ", soulignait Franck Proust, président de Nîmes Métropole, lors d’une conférence de presse qui s’est tenue ce matin. La priorité : apporter au plus vite des informations fiables sur la situation.

Les premiers résultats d’analyses chimiques étaient revenus négatifs : l’eau n’était pas toxique. Restait à modéliser la purge de l’eau dans les réseaux en attendant les résultats d’analyse substances virales et bactériologiques. Les premiers résultats sont arrivés plus rapidement que prévus, à savoir en début d’après-midi plutôt que fin de soirée. Tous les doutes sont levés pour l’ARS, ce qui permet à Nîmes Métropole et à son délégataire de lever les restrictions de consommation d’eau pour les 11 quartiers Est de Nîmes qui étaient impactés. Des sms et des appels sont en cours d’envoi auprès de tous les usagers concernés.

Retour en arrière : le point sur la situation et les mesures prises depuis vendredi soir...

 

Vendredi 26 février, 17h30 :
Les techniciens d’EDNM sont informés d’un incident sur le réservoir d’eau Marguerittes La Ponche

Vendredi 26 février, 18h :

Les services EDNM constatent l’acte de vandalisme : le capot de la cuve a été arraché

  • La cuve de 2000m2 est isolée ;
  • EDNM contacte l’Agence régionale de santé (ARS), qui mandate en urgence un laboratoire pour réaliser des analyses et détecter la présence éventuelle de substances chimiques, bactériologiques, virales ;
  • Mise en place d’une cellule de crise Nîmes Métropole – Eau de Nîmes Métropole – Agence régionale de santé – Préfecture du Gard
  • Les services d’EDNM réalisent en urgence une cartographie des usagers concernés par la distribution d’eau de ce réservoir. Objectif : identifier précisément la zone d'alimentation du réservoir (chose complexe compte tenu de la configuration du réseau) ;
  • Par principe de précaution, l’eau est déclarée impropre à la consommation sur le périmètre mais l’usage sanitaire est possible.

Vendredi 26 février, 22h50 :
La modélisation de la cartographie des usagers impactés est finalisée ; 11 quartiers sont concernés.

Vendredi 26 février, 23h :
Les premiers messages partent en direction de la population

  • Des messages téléphoniques automatiques sont enclenchés, informant la population et indiquant qu’une distribution d’eau sera effectuée le lendemain matin avec les services de la Ville de Nîmes ; la presse est informée ;
  • Mise en place d’un numéro d’urgence : 0 969 366 102
  • 13 semi-remorques sont affrétés, soit un peu plus de 200.000 bouteilles d’eau potable (Certains arrivent pendant la nuit ; d’autres sont encore en cours d’acheminement)
  • Trois sites sensibles sont alimentés pendant la nuit : centres hospitaliers Serre Cavalier + Clinique des Franciscaines + Clinique des Sophoras

Samedi 27 février, 8h :
Les centres de détention et de rétention de Nîmes sont alimentés en bouteilles d’eau potable

  • Réception des premiers résultats d’analyse de toxicité : négatifs

Samedi 27 février, 9h :
Ouverture de 5 sites de distribution de bouteilles d’eau potable à destination du grand public.

Samedi 27 février, 10h30 :
Conférence de presse au siège de Nîmes Métropole en présence de :

  • Franck Proust, président de Nîmes Métropole,
  • Jean-Luc Chailan, vice-président de Nîmes Métropole, délégué au service public de l’eau,
  • Renaud Orsucci, directeur d’Eau de Nîmes Métropole
  • Julien Plantier, premier adjoint au maire de Nîmes
  • Claude Rols, directeur départemental de l’Agence régionale de santé
  • Didier Lauga, préfet du Gard

Samedi 27 février, 14h :
La levée des restrictions est confirmée par l’ARS,

  • Annonces à la population concernant la levée des restrictions de consommation d’eau.

Actions en cours et à venir :

  • Dépôt de plainte contre X (samedi) ;
  • Recensement des points sensibles et mise en place d’actions stratégiques pour renforcer les dispositifs de sécurité sur les 62 réservoirs d’eau du territoire (à partir de lundi).

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

2 réactions sur “NÎMES « Pas de dégradation de la qualité de l’eau », les Nîmois peuvent rouvrir le robinet !”

  1. Et en attendant d’être prévenus (comment aurions-nous pu l’être ? ) , nous avons bu l’eau du robinet, vendredi soir, samedi matin jusqu’à 9 h , que les voisins préviennent. C’est comme çà à Nimes……..on est bien géré …….

  2. Heureusement nous avons objectif Gard qui dès vendredi sonnait l’alerte. Malheureusement tous ne lisent pas OG ni suivent les messages des réseaux sociaux ou écoutent la radio. Pas d’info sur les autres canards à fort tirage avant 10h le samedi. Avant la saur passait dans les rues avec des voitures sono pour alerter la population .Pourquoi la mairie et l’agglo n’ont pas de véhicules (service technique et police ) équipés de haut-parleurs ? .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité