A la uneActualitésSociété

ALÈS Gilets jaunes et intermittents de l'emploi prennent possession du Cratère

Le collectif lutte contre l'entrée en vigueur de la réforme de l'assurance chômage. (Photo Corentin Migoule)
En plus de la prolongation de l'année blanche, les acteurs du monde du spectacle réclament l'annulation de la réforme de l'assurance chômage. Une deuxième revendication qu'ils expriment pour l'ensemble des travailleurs précaires. Quelques jours après la salle Paloma à Nîmes, c'est une autre place forte de la culture qui a été investie ce mardi à Alès.
Paris, Strasbourg, Montpellier, Toulouse, Nîmes... et maintenant Alès ! La fronde des intermittents du spectacle, qui occupent une cinquantaine de théâtres à travers toute la France pour réclamer notamment la réouverture des lieux de culture, mais aussi la prolongation de l'"année blanche" que le Gouvernement leur a accordée à titre exceptionnel, vient en effet de gagner la capitale cévenole ce mardi.
En fin de matinée, une trentaine de personnes ont symboliquement pris possession du Pôle emploi Alès-Gardon avant d'être rapidement délogées par la police. Alors, les contestataires ont rebroussé chemin vers le centre-ville, investissant le parvis du Cratère, "une scène nationale labellisée par l'État, ce qui est tout aussi symbolique", en début d'après-midi.

La défense des "intermittents de l'emploi"

Sous les yeux médusés du directeur de l'établissement, Denis Lafaurie, qui a lui-même été invité à dire quelques mots rendus difficilement audibles en raison de bourrasques à répétition - malgré l'usage d'un mégaphone -, les prises de parole se sont succédé.

Porte-voix en main, Denis Lafaurie (de dos) s'est adressé au collectif. (Photo Corentin Migoule)
"Face à l’engorgement des hôpitaux, conséquence d’une casse systématique du système public de santé, le choix du Gouvernement est clair : il privilégie la production, les lieux de grande consommation tandis qu’il maintient fermés les lieux de vie, de création et de sociabilité", a d'abord lu un trentenaire qui se décrit comme "un gilet jaune de la première heure comme la plupart des présents", mais refuse de s'octroyer le rôle de leader du mouvement.
"Il ne s'agit pas de défendre uniquement les intermittents du spectacle, mais bel et bien tous les intermittents de l'emploi", a par ailleurs précisé le dernier nommé qui, à l'image de l'ensemble des membres du collectif n'ayant "pas encore de nom officiel", refuse d'entendre parler de la réforme de l'assurance chômage qui doit entrer en vigueur le 1er juillet 2021.

"On restera aussi longtemps qu'il faudra"

Une réforme qui "impacterait particulièrement les chômeurs avec de faibles indemnités", a fait remarquer une membre de l'assistance, souhaitant elle aussi préserver son anonymat. Si elle n'est pas présidente de ce collectif d'intermittents et de précaires puisque ce dernier "n'a pas besoin d'avoir une organisation pyramidale traditionnelle pour être légitime", cette dernière est malgré tout chargée des relations avec la presse.
C'est elle qui a annoncé l'issue des négociations menées par le collectif auprès de Denis Lafaurie quant à l'occupation du Cratère, votée à l'unanimité et à main levée par les manifestants quelques heures plus tôt. "On lui a un peu forcé la main mais il s'est montré compréhensif", reconnaît la jeune femme. Ainsi ce soir, une dizaine de membres se sont organisés pour passer la nuit dans l'enceinte de ce haut lieu de la culture alésienne qui n'a plus accueilli le moindre spectacle depuis des mois. "On restera aussi longtemps qu'il faudra pour obtenir satisfaction", promet la "chargée des relations presse".

Corentin Migoule

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité