A la uneActualitésVidéo

FAIT DU SOIR VIDÉO Un peu de douceurs en pleine détresse, les forains à l’action

Ce mercredi après-midi, les forains ont distribué gratuitement des pommes d'amour et des barbes à papa aux passants, aux Jardins de la Fontaine à Nîmes. (Photo : Stéphanie Marin/ObjectifGard)

Les forains ne sont pas à la fête et se désespèrent d'être un jour entendus par le Gouvernement qui, en raison de la crise sanitaire, les empêche de mettre en route leur manège. Ce mercredi à Nîmes, ils ont organisé une opération symbolique et bon enfant pour attirer l'attention du public sur leur détresse.

Comme nous l'avait confié Patrick Mutter, vice-président du syndicat Cid Europe et responsable de la fête foraine des Costières de Nîmes, les forains étaient bien au rendez-vous ce mercredi après-midi, aux Jardins de la Fontaine. "Vous voyez, ils sont nombreux mais juste ce qu'il faut pour ne pas créer un attroupement", se satisfait le forain nîmois. Il n'est pas nécessaire d'être mille pour faire entendre sa voix, une parole ou une action forte suffit. Les forains sont en détresse, ils l'ont dit avec douceur en distribuant des pommes d'amour et des barbes à papa aux passants. Mais ces derniers ont-ils compris pourquoi ? "Face aux parcs d'attractions, on oublie souvent les petites fêtes foraines, que je préfère personnellement", lâche Lou, 12 ans. Selena, 11 ans répond quant à elle : "C'est par rapport au covid, non ?"

Nous laissons ces deux jeunes Nîmoises déguster leur barbe à papa et interrogeons l'un des intéressés, Nicolas Pilato, représentant national de l'intersyndicale des forains. "Depuis le mois de septembre, nous sommes tous à l'arrêt et on ne comprend pas pourquoi. Il y a une discrimination anti-forains qui s'est créée. Nous avons investi, nous avons des crédits, on a des enfants, des charges comme tout le monde. Tout est ouvert sauf nous. Les restaurateurs sont dans la même panade que nous mais ils ont un dialogue avec l'État. Nous, nous ne sommes pas reçus par le Ministère, les informations ne sont jamais relevées à un haut niveau. On se sent délaissés." Les forains réclament la réouverture des manèges, avec la mise en place des mesures sanitaires. "Les aides, c'est bien beau, réagit Nicolas Pilato. Mais pour les avoir, il faut travailler. Le problème, c'est que le métier de forain est saisonnier."

L'action des forains aux Jardins de la Fontaine à Nîmes, en vidéo

Stéphanie Marin

>> À lire aussi : LE 7H50 de Patrick Mutter, forain nîmois : "Nous allons mener une action forte pour alerter sur notre détresse"

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité