A la uneActualitésSociété

GARD Un documentaire sur Rome tourné dans la région

Sur le tournage du documentaire (Photo MaryLyn).

Le temps d'un week-end il y a moins d'un mois une équipe de tournage est venue s'intéresser à notre histoire pour un documentaire réalisé par Laure Leibovitz. Éric Teyssier et quelques participants des Grands Jeux Romains faisaient partie de l'aventure qui sera diffusée sur RMC découverte.

La réalisatrice, Laure Leibovitz est heureuse d'être venue dans le Gard pour tourner les images d'un futur documentaire à découvrir prochainement sur la chaîne RMC Découverte. " Le documentaire est produit par Imagissime. RMC a l'habitude de parler des mégastructures et comme le Colisée en est une et que le documentaire parlera de sa construction, des techniques employées, du temps qu'il a fallu pour le faire... " entame Laure Leibovitz.

Mais comment s'est-elle retrouvée à tourner dans le Gard des images pouvant coller à l'historie de l'amphithéâtre le plus connu du monde romain ? " Nous avions à coeur de faire un documentaire vivant car nous n'avons aucune archives filmées de cette époque ! Je me suis rapidement tournée vers Éric Teyssier et son équipe de reconstituteurs. Ils sont connus dans le milieu, des collègues avaient déjà travailler avec eux, la chaîne RMC découverte aussi, leurs noms arrivent vite quand on fait quelques recherches sur la question... C'était logique ! Tout s'est bien passé, nous avons vécu deux journées formidables et tout le monde a été adorable et très patient ! Nous aurons de belles images, nous allons commencer le montage bientôt mais j'espère bientôt revenir ! " assure Laure Leibovitz.

À gauche, Éric Teyssier, au centre, la réalisatrice lauré Leibovitz et à droite le chef opérateur Arthur (Photo MaryLyn).

Un décorum antique car tourné sur des lieux historiques. Dommage que les images de l'amphithéâtre ne soient pas celles de Nîmes... Pour la réalisatrice, " Si j'ai bien compris ce que m'a dit ma production, les délais étaient trop courts, il faut au moins un mois entre la demande et le tournage mais il semblerait que la Ville réfléchisse à faire payer les journées de tournage. Comme nous avons des petits budgets et que les prix demandés semblaient plus onéreux que ceux demandés pour le Colisée de Rome, nous sommes allés tourner à Arles, dans l'amphithéâtre qui est lui aussi très bien conservé. Nous nous sommes adaptés mais c'est dommage pour Nîmes car un tournage met en avant la ville et les monuments ! "

Allez, on y va les gars... (Photo MaryLyn).

Dommage, vous avez dit dommage... Un comble quand on chercher à intégrer la liste de l'Unesco avec la Maison carrée ! Nîmois du documentaire, Éric Teyssier a eu la bonne idée. " Nous avions déjà fait les interviews à Paris avec Éric Dars (NDLR une autre tête connue des GJR) mais il fallait des reconstituteurs pour animer la théorie. Avec ceux de la Leg X Lorica Romana, on touche un autre public, c'est visuel, on ressent les choses. Les journalistes ne sont pas historiens, j'aime bien aiguiller ceux que je connais pour les aider à faire un bon documentaire ! "

Il est certains qu'avoir un spécialiste de la romanité dans son équipe est une aide précieuse à plus d'un titre. Mais pour en arriver là, il faut monter patte blanche. " Laure m'a fait confiance. Le sujet était la construction du Colisée de Rome. Nous sommes allés voir les carrières qui sont à Sernhac, nous avons vu comment les romains taillaient les pierre puis nous sommes allés à Arles, à l'amphithéâtre, pour voir comment le public circulait à l'intérieur et dans les gradins. On aurait dû le faire à Nîmes mais finalement nous sommes allés à Arles. "

Dans les carrières, les romains des temps modernes montrent par le geste comment les antiques romains travaillaient la pierre (Photo MaryLyn).

Maître de conférence à la ville, Éric le passionné a bien plus d'une corde à son arc. " Laure voulait des images de la foule, nous étions une vingtaine dans les gradins et comme ça ne fonctionnait pas, je suis descendu sur la piste pour amuser la galerie et faire un peu le con... J'ai chauffé la salle ! C'est drôle, j'ai un peu été un assistant à la réalisation car il a fallu trouver des accessoires comme un pain qui ressemblait au pain des romains... J'ai donc fait quelques boulangerie avant de trouver ce que je cherchais ! Dans ce documentaire, par exemple, on aura des jetons pour entrer dans l'amphithéâtre. Ils servaient à connaître le chemin à emprunter pour aller jusqu'à sa place. On aura aussi des programmes, chose rare ! "

Des idées en tête, Éric Teyssier en a beaucoup. En plus de la nouvelle chaîne Twitch de la fac de Nîmes et de ses romans à venir... Le programme est dense et les projets sont forts. " Mon but, aujourd'hui, c'est d'écrire des documentaires. Je travaille avec les réalisateurs, je leur propose des sujets et nous utilisons de plus en plus la reconstitution historique qui est réaliste et qui renouvelle le propos. Je vais travailler sur mes deux romans à sortir. Le premier sera le tome 2 de l'An 40 et le second sera le premier roman romain se déroulant à Nîmes au 1er siècle de notre ère, à l'époque de la construction de l'amphithéâtre.  "

Au coeur du tournage (Photo MaryLyn).

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité