A la uneActualitésPolitique

LE 7H50 de Nicolas Cadène : « Je vais continuer mon engagement pour la laïcité »

Jean-Louis Bianco et le Nîmois Nicolas Cadène à la sortie de l'Elysée Photo archive DR/ObjectifGard

L'Observatoire de la laïcité connaît ses dernières heures selon la déclaration de la ministre déléguée chargée de la Citoyenneté, Marlène Schiappa, devant le Sénat il y a quelques jours. Le rapporteur général de l'Observatoire, le Nîmois Nicolas Cadène revient pour Objectif Gard sur la disparition supposée de cet organisme créé en 2013 par Jacques Chirac.

Objectif Gard : Vous le redoutiez depuis des mois, cela semble décidé : l'Observatoire de la laïcité c'est fini ?

Nicolas Cadène : Depuis quelques heures, le président Jean-Louis Bianco et ses membres qualifiés ont en effet terminé leur mission. A priori, il n'y aura pas de renouvellement mais on ne peut pas encore parler de suppression de l'Observatoire. D'autant que le Premier ministre m'a demandé de poursuivre l'intendance jusqu'à nouvel ordre. N’étant pas attaché à un mandat, il m’a été demandé d’assurer la poursuite des actions de formation, de service public et d’information de l’Observatoire de la laïcité, jusqu’à ce que le Premier ministre annonce, peut-être d’ici la fin du mois, les annonces définitives du Gouvernement. Ce qui est regrettable ici, c'est que nous n'avons aucune visibilité, aucune information claire. Sauf de poursuivre le travail pour le moment.

Qu'est-ce qui motive cette décision selon vous ?

Nous étions un organisme indépendant reconnu par tous les acteurs de terrain qui veillait au respect de la laïcité selon la loi de 1905. Notre seule préoccupation est de faire en sorte de préserver l'équilibre laïque en France. Il s'agit selon moi aujourd'hui d'une volonté de développer de nouveaux enjeux, une autre vision de laïcité, on peut craindre que ce soit cela. Attention à ce que cela ne bouleverse pas les équilibres...

Vous avez depuis des mois de nombreux soutiens y compris des députés de la majorité. Pourquoi le Gouvernement souhaite-t-il sa suppression en force ?

Vous avez raison de le rappeler. On en est là aujourd'hui alors qu'il y a eu de nombreuses résistances, à la fois de députés de tous bords mais aussi de La République en marche. J'ai presque envie de vous dire qu'au sein même du Gouvernement, des ministres militaient pour la poursuite de l'Observatoire.

C'est quoi la suite maintenant ?

Je ne sais pas, sincèrement. Tout dépend des annonces du Premier ministre, Jean Castex. Ce serait en tout cas très dommage de mettre un terme à un outil aussi opérationnel avec la présence en son sein, d'une diversité de membres. On a prouvé que c'était efficace, à la fois vis-à-vis des conseils que l'on a pu formuler auprès des gouvernements successifs que des acteurs de terrain. Je ne sais pas quoi vous dire. Il y a un sentiment de gâchis. J'ajoute que les études l'ont démontré, l'Observatoire de la laïcité était peu coûteux pour les deniers publics. Alors, aujourd'hui, on nous parle de plusieurs structures pour le remplacer. Il n'y a aucune certitude que ce soit plus efficace. Par contre, c'est sûr que cela va coûter plus cher.

Et vous, à titre personnel, vous allez faire quoi ?

Pour le moment, je poursuis la mission confiée par le Premier ministre, je continue d'apporter des conseils aux acteurs de terrain qui sont en demande. Après, on verra. Mais une chose est sûre : je vais continuer mon engagement pour la laïcité.

Propos recueillis par Abdel Samari

Etiquette

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

11 réactions sur “LE 7H50 de Nicolas Cadène : « Je vais continuer mon engagement pour la laïcité »”

    1. C’est plutôt cette c… de Marlène Schiappa qui devrait se faire oublier, qui n’a rien compris à ce qu’est la laïcité (vous non plus sans doute !).

    2. les valeurs de la république sont dans ses lois et nulle part ailleurs. Si vous voulez des expressions religieuses confinées à la sphère privée, alors vous êtes contre l’article 9 de la déclaration universelle des droits humains. Si comme Badinter vous combattez les signes visibles qui ne ne contraignent que celles qui les portent tout en pétitionnant pour que des parents puissent mutiler invisiblement le sexe de leur petit garçon, alors ne nous parlez pas d’universalisme. Chapeau bas à l’observatoire et bonne continuation à Cadène

    3. Bien d’accord avec vous. Faut-il ici reprendre leurs couacs (avec Jean-Louis Bianco) que le magazine Marianne, lui a relevé à bon droit. Loin de cette interview très lèche-bottes. Son gazouillis rageur contre Élisabeth Badinter ; sa préface d’un ouvrage de l’avocat Asif Arif pas franchement défenseur de la laïcité, bien au contraire ; leur proximité dans la signature d’une tribune dans Libération après les attentats de novembre 2015, avec celle du président du Collectif contre l’islamophobie en France qui a été dissout récemment après l’assassinat du professeur Samuel Paty ; pas contre le port ostensible des signes religieux distinctifs lors du service national universel alors que ces signes sont interdit à l’école ; son accord avec la publicité qui présente une fillette voilée car la pub estselon lui, conforme à la loi et tant pis si elle fait la promotion du voile. Le genre de type quand tu lui montres la lune, il regarde le doigt. Et il faudrait le plaindre ? Mais où va-t-on ?

  1. Merci à Nicolas Cadène et Jean Louis Bianco pour leur action à la tête de l’observatoire de la laïcité. Votre rigueur intellectuelle et votre soucis de pédagogie face au dévoiement de la laïcité demeurent précieux. Ses faussaires ne vous ont pas épargnés et, malgré les pressions de tout bord, vous avez su défendre une conception juridique et équilibrée des principes de la loi de 1905. Votre dernier ouvrage est à diffuser très largement.

  2. Lorsque les islamo-gauchistes soutiennent l’observatoire de la laïcité je me dis qu’il faut vite le dissoudre.
    Cette gauche folle, qui, du PS à LFI en passant par les écolos-pastèques, fait désormais dans la lutte des races pour se refaire une santé politique, n’apporte rien de bon. L’UNEF et les mairies « vertes » en sont la démonstration.
    Aux électeurs de dégager cette gauche aux manettes dans le Gard et en Occitanie…

    1. « islamo-gauchistes »
      Vocable qui n’existe que dans la tête d’une bande de fachos, depuis Darmanin et Schiappa jusqu’aux RNs comme Monsieur Jacob
      « Aux électeurs de dégager cette gauche aux manettes dans le Gard et en Occitanie… »
      Pour mettre à la place les fachos du RN, quelle bonne idée Monsieur Jacob. Et quand est ce que vous réinstaurez les camps de concentration pour y parquer les immigrés clandestins, avant d’y mettre vos adversaires politiques.

    2. Thierry Jacob, vous faites quoi avec le CNRS et la conférence des présidents d’université, vous dissolvez ?
      Le CNRS :« L’islamogauchisme », slogan politique utilisé dans le débat public, ne correspond à aucune réalité scientifique ». La CPU: « La CPU fait part de sa stupeur face à une nouvelle polémique stérile sur le sujet de l’« islamo-gauchisme » à l’université. « L’islamo-gauchisme » n’est pas un concept. C’est une pseudo-notion dont on chercherait en vain un commencement de définition scientifique, et qu’il conviendrait de laisser, sinon aux animateurs de Cnews, plus largement, à l’extrême droite qui l’a popularisé. Utiliser leurs mots, c’est faire le lit des traditionnels procureurs prompts à condamner par principe les universitaires et les universités ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité