A la uneActualitésPolitique

LE 7H50 de Claire Lapeyronie, maire de Pont-Saint-Esprit : « C’est difficile mais il faut avoir le sens des responsabilités »

Claire Lapeyronie, maire de Pont-Saint-Esprit (Photo d'archives : Thierry Allard / Objectif Gard)

Et c'est reparti pour quatre semaines de confinement. Après un week-end allongé sous le signe de la tolérance, les mesures s'appliqueront fermement depuis ce mardi 6 avril. Comment les communes se sont préparées, quelles mesures ont-elles dû mettre en vigueur ? Nous avons demandé à Claire Lapeyronie, maire de Pont-Saint-Esprit.

Objectif Gard : Quelles sont les principales règles que vous devez mettre en application ?

Claire Lapeyronie : Il y a d'abord les dispositions qui sont maintenues. C'est toujours bon de les redire : le couvre-feu de 19h à 6h, le port du masque obligatoire à partir de 11 ans... Le recours au télétravail pour les agents dont les missions le permettent va être appliqué. Nous à Pont-Saint-Esprit, on est prêt car depuis le premier confinement, on s'est outillé de près d'une cinquantaine d'ordinateurs portables pour faciliter le travail à distance.

Ceux qui font partie des plus impactés par ce nouveau confinement, ce sont les enfants qui reprennent l'école à distance. Qu'est-ce qui est prévu pour les familles ? 

Cette semaine, maternelles, élémentaires, collégiens et lycéens sont à distance. Ça implique l'arrêt des transports scolaires sur le territoire. Mais les lignes de bus 11, 12, 13 et 14 sont maintenues. La navette urbaine de Bagnols/Cèze fonctionne aussi. Pour en revenir aux familles, le retour d'expérience du premier confinement, si j'ose dire, est plutôt positif. Car on a mis en place l'ENT pour tous les scolaires. On avait aussi repéré des familles un peu loin de l'usage numérique. Donc avec les Francas, on a fait un déploiement de prêts de 35 tablettes auprès de plusieurs familles. Elles auront l'outil informatique pour suivre à distance.

Vous allez aussi mettre en place une garderie pour les enfants dont les parents exercent un métier prioritaire ?

Oui, on a ouvert dès ce mardi 6 avril un centre d'accueil pour les enfants des personnels prioritaires. Dans le Gard rhodanien, il y a le site Vigan-Braquet à Bagnols/Cèze et le Clos Bon Aure à Pont-Saint-Esprit. En 24h, on a pu travailler de concert entre l'Agglomération et les villes. Ces centres seront ouverts de 7h30 à 18h30.

Les commerces dits "non essentiels" vont devoir refermer leurs portes...

Oui, nous à la mairie, on veut rappeler aux Spiripontains qu'il existe le click and collect. Il faut penser à la plateforme d'achat en lien avec la CCI : www.achat-pontsaintesprit.fr/. C'est un nouveau coup dur pour les commerçants, il faut plus que jamais les soutenir. Concernant notre marché hebdomadaire, j'ai bien relu le décret du 2 avril, ne seront acceptés que les stands alimentaires et les ventes de fleurs, de graines, de semences et de plants fruitiers ou légumiers. On va refaire comme on l'avait déjà appliqué, on est prêt pour samedi prochain.

L'autre nouveauté, c'est le périmètre de 10 km à respecter au-delà de son domicile. Mais comme nous à Pont-Saint-Esprit, on est limitrophe avec plusieurs départements (Vaucluse, Drôme et Ardèche), il y a une tolérance de 30 km. On peut aller sur un autre département pour trois cas précis : achats de première nécessité, se rendre sur un lieu de culte et se rendre dans un service public. Et il y a toujours l'attestation de dérogation à télécharger.

Est-ce qu'il y a encore des points d'interrogation aujourd'hui ?

Oui, je vais faire le point avec les services de la préfecture. On a pas mal de questions concernant les stages de sport qui étaient organisés pour les vacances scolaires. Dimanche prochain, le comité de jumelage organise aussi un événement qui s'appelle les Pontaflores, c'est de la vente de plants, de semences... Il faut que je voie avec les organisateurs mais on va tout faire pour que ce soit maintenu.

Comment sentez-vous vos administrés face à ce nouveau confinement ?

Le sentiment qu'on a tous, c'est que c'est difficile. Il est demandé encore des efforts à la population, je peux comprendre que c'est difficile mais il faut avoir le sens des responsabilités aussi bien individuelles que collectives pour se protéger et protéger les autres. Pour faire en sorte que cette mobilisation totale des soignants et des services publics soit couronnée de succès. Mais quand je croise les gens dans la rue sans masque, je me dis qu'ils n'ont rien compris... Il va y avoir des contrôles et c'est bien normal.

Dernière question sur le centre de vaccination, est-ce qu'une montée en charge du nombre de doses est prévue dans les prochaines semaines ?

La première semaine, le nominal a été atteint voire dépassé puisqu'on avait une dotation de 210 doses et on a eu 234 personnes vaccinées. Là, il y a eu une demande de tous les partenaires pour passer à 300 doses, on est dans l'attente de l'accord de l'ARS (Agence régionale de santé). Là, on est que sur des primo-vaccinations mais quand les rappels vont arriver, forcément, ça va doubler. Pour rappel, le centre de vaccination est ouvert à la salle des fêtes de 13h à 17h30 de lundi à vendredi.

Propos recueillis par Marie Meunier

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité