Faits DiversGard

GARD Un viticulteur pourchassé et frappé à coups de barre de fer après avoir surpris un voleur 

photo illustration

Il venait juste voir si ses vignes avaient supporté l’épisode de froid tardif survenu la semaine dernière...

Jeudi 8 avril, vers 8h, ce viticulteur d’Aimargues parcourt ses terres et aperçoit un fourgon avec un homme en train de charger ses piquets de vignes en fer. Des piquets qui ont pris de la valeur ces derniers mois et ont augmenté à l’achat, passant du simple au double, et attirant ainsi la convoitise des voleurs de métaux.

Le viticulteur ne se démonte pas, une altercation verbale éclate, puis le pare-brise du voleur est cassé. Le mis en cause surpris et seul, accepte de décharger son véhicule en laissant sur la propriété les piquets qu’il venait de dérober. Il repart bredouille, mais revient accompagné quelques minutes plus tard pour un expédition punitive visant le vigneron. « J’ai vu arriver quatre voitures avec des hommes à l’intérieur, j’ai pris peur et je me suis mis à courir, j’ai malheureusement trébuché. Ils m’ont rattrapé. Un des hommes a commencé à me frapper alors que j’étais à terre en m’insultant et en me disant qu’il me retrouverait. J’essayais de me protéger alors qu’il me donnait des coups de barre de fer », témoigne le viticulteur qui souhaite mettre en garde ses collègues et aussi demander aux autres agriculteurs de porter plainte systématiquement et de ne pas se laisser dicter la loi des voleurs « par peur des représailles ». « Ils font peur parce qu’ils se regroupent, il faut tous se bouger pour faire changer les choses, être solidaire entre professionnels », indique la victime qui en « a pris un coup mentalement » et qui a bénéficié de six jours d’ITT.

Les suspects ont été appréhendés très rapidement par la compagnie de gendarmerie de Vauvert. Après la plainte de la victime, plusieurs hommes ont été placés en garde à vue et l’agresseur identifié… Il comparaîtra en mars 2022 devant le tribunal correctionnel de Nîmes pour ces « violences avec arme ». En attendant, il est placé sous contrôle judiciaire.

B.DLC et Boris Boutet

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité