ActualitésPolitique

VILLENEUVE-LEZ-AVIGNON Conseil municipal avancé de deux heures : Morgan Buisson en remet une couche

Le Villeneuvois, Morgan Buisson (Photo Archives / Thierry Allard / Objectif Gard)
Morgan Buisson est conseiller municipal d'opposition du groupe Social, écologique et solidaire. (Photo Archives / Thierry Allard / Objectif Gard)

Le jeu de ping-pong se poursuit entre la maire, Pascale Bories, et le conseiller municipal d’opposition du groupe Social, écologique et solidaire, Morgan Buisson. La raison ? L’avancement du dernier conseil municipal de mercredi à 16h au lieu de 18h habituellement.

Un changement d’horaire qui a entraîné avec lui des incompréhensions et une cascade de remarques de part et d’autre des bancs municipaux. 18h, c’est l’heure qui est habituellement choisie pour organiser les séances du conseil municipal de Villeneuve-lez-Avignon. Les élus sont rentrés du travail et peuvent donc être présents.

Mais Pascale Bories a décidé d’avancer le conseil à 16h pour permettre aux habitants qui le souhaitent d’y assister en entier sans être contraints par le couvre-feu. Sauf qu’après les annonces présidentielles du 31 mars, il sera finalement décidé d’organiser la séance à huis-clos pour éviter tout risque de propagation.

Pour autant, l’horaire n’a pas été remis à 18h. Ce qui a suscité l’agacement des deux groupes d’opposition, car plusieurs de leurs élus ne peuvent s’y rendre, retenus par leurs contraintes professionnelles. D’ailleurs, une bonne quinzaine avait donné procuration ce mercredi, élus minoritaires, comme majoritaires.

La polémique s'invite dans les discussions lors du conseil municipal

Le premier à avoir dégainé, c’est Morgan Buisson, conseiller municipal d’opposition, qui, par voie de communiqué, reprochait à la maire de « mal connaître le monde du travail ». Il était d’autant plus amer que le vote du budget primitif était à l’ordre du jour. Un point important qui va déterminer la feuille de route des projets de l’année sur la commune.

Le cabinet du maire s’est alors empressé d’envoyer un communiqué réponse à la presse, disant qu’il était tributaire des décisions gouvernementales et de la mesure « encore une fois annoncée au dernier moment ». Et de moraliser : « Lorsque, en tant que citoyen, nous décidons de nous engager au service de la collectivité, nous devons avoir pleinement conscience que l’intérêt général demande du temps et n’est pas quelque chose à prendre à la légère. »

Pendant le fameux conseil, les deux groupes d’opposition, ont remis le sujet sur le tapis. L’élue du groupe Union citoyenne, Monique Noveretti, ironisant même : « Peut-être seuls les retraités et les sans-emploi sont ciblés sur ces nouveaux horaires ? »

Le retour de bâton ne s’est pas fait attendre. La maire tacle : « Les colistiers que vous évoquez ne peuvent pas se rendre à 16h à une séance plénière pour débattre du conseil municipal, ceux-là mêmes qui ont pu prendre sur leur temps professionnel pour aller tracter le jeudi matin sur le marché pour des raisons d’engagement politique. » La référence est clairement adressée à Morgan Buisson, qui, en effet, a tracté avec le collectif de l’eau du Grand Avignon le jeudi matin.

« Si je décidais d’assister à tous les conseils [...], cela me coûterait 750€ de bénéfice à l’année »

Absent du conseil donc, ce dernier visé n’a pas pu se défendre et a tenu à adresser un nouveau mail à la presse raillant « Madame Bories (qui) semble avoir du mal à se passer de (lui) » : « Non, tous les travailleurs ne sont pas soumis à des horaires fixes 8h-17h du lundi au vendredi. […] Intervenant auprès d’enfants et d’adolescents, il est normal que je travaille lorsque ceux-ci ne sont pas dans leur établissement scolaire, à savoir le mercredi après-midi par exemple. »

Ce dernier ajoute : « Quant à ce que je fais de mon temps libre, cela n’a que peu d’intérêt au sein de ce débat et ce n’est certainement pas à madame Bories d’en évaluer l’importance. Ce n’est pas comme si je m’étais mis en arrêt maladie (et donc payé avec l’argent du contribuable) de mes activités parlementaires pour aller tracter sur le marché en période électorale... »

Morgan Buisson est même allé au bout de sa démonstration en effectuant un petit calcul : « Si je décidais d’assister à tous les conseils et que ceux-ci étaient organisés tous les deux mois le mercredi après-midi, cela me coûterait 750€ de bénéfice à l’année soit 3750€ d’ici la fin de la mandature, somme non négligeable. Je sais bien que la politique est un don de soi mais il faut savoir raison garder. » Preuve de bonne foi ou précision grinçante ? On vous laisse en juger. Nous, on vous laisse, on a le vote du budget chez les voisins de l'Agglomération du Gard rhodanien... à 14h.

Marie Meunier

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité