A la uneEconomieGardPubli Reportage

GARD Courtage en travaux : pourquoi ça vaut le coup ?

Publi Reportage

Une réalisation issue d'une opération de courtage par la Maison des travaux dont le parrain médiatique n'est autre que Stéphane Thébaud. (Photo LMDT / DR)

(Publireportage) Après une vingtaine d’années à des postes à responsabilité dans le secteur de l’industrie, Olivier Blanc et David Allenbach ont pris une trajectoire commune : une réorientation professionnelle pour devenir courtier en travaux. Respectivement implantés sur le bassin alésien et à Nîmes, les deux hommes présentent ce nouveau métier en plein boom et esquissent les raisons de son succès.

Plus de 20 ans en tant qu’ingénieur dans le secteur de l’industrie, c’était assez pour Olivier Blanc qui a opéré un changement radical au début de l’été dernier. Approché par la Maison des travaux, le quadragénaire a été séduit par ce métier aussi peu connu qu’en vogue depuis quelques années : le courtage en travaux. Ainsi, en juillet 2020, Olivier Blanc devenait franchisé indépendant. Dirigeant de la société Cévennes travaux services, ce dernier est en effet courtier pour la Maison des travaux dont il entend contribuer au développement dans le Sud de la France.

Avec un parcours similaire de près de deux décennies dans la gestion d’équipe au sein d’un groupe industriel, David Allenbach a suivi la même trajectoire que son complice cévenol. Plus récemment, en janvier dernier, ce dernier a pris la gérance d’une toute nouvelle société baptisée ADS travaux et conseils et est aussi franchisé pour la Maison des travaux. Si le premier nommé couvre le secteur d’Alès Agglomération jusqu’au sud de la Lozère, le second, basé autour de Nîmes, peut accepter des missions jusqu’au Grau-du-Roi et même au-delà de la frontière Gard-Hérault.

Olivier Blanc définit sa nouvelle profession comme « l’accompagnement du client, qu’il soit particulier ou professionnel, lorsqu’il souhaite faire des travaux de rénovation, d’agrandissement ou de réaménagement » en mettant ce dernier en relation « avec des entreprises de notre réseau, elles-mêmes choisies en fonction de critères qualitatifs ». Et d’ajouter : « La première étape c’est de sélectionner des entreprises sérieuses, qui font du travail de qualité. Elles s’engagent alors sur un certain nombre de points dont le respect des délais, la qualité de l’intervention et le nettoyage du chantier. »

Des entreprises labellisées, un financement personnalisé

Chargé de trouver des artisans locaux fiables au prix juste afin de faciliter la réalisation des travaux de son client, le courtier en travaux « ne met pas pour autant en concurrence les entreprises » de son réseau, « on choisit celle qui est le mieux adaptée au projet », promet Olivier Blanc, qui compte trois ou quatre entreprises par corps de métier dans son portefeuille clients. « Bien souvent ce sont des entreprises qui ont cinq ou six ans d’existence et qui veulent grandir avec nous », complète le Julirosien, disposant par ailleurs d’un panel d’entreprises labellisées RGE, « ce qui permet au client d’obtenir les aides liées à la rénovation énergétique ».

De son côté, David Allenbach loue le « financement personnalisé » : « On propose au client un financement adapté à son budget. Bien souvent, les gens ont un prêt immobilier, assorti à un prêt automobile et à un prêt conso. Le défi du courtier en travaux va être d’intégrer cette nouvelle dépense liée aux travaux sans rajouter une quatrième mensualité pour qu’il préserve le même reste à vivre. » Rémunérés par une rétribution de la marge des artisans partenaires auxquels ils ramènent des clients, les deux courtiers considèrent qu’il « n’y a pas de petit projet » et qu’il faut « satisfaire toutes les demandes », « surtout que bien souvent le petit projet peut amener un gros projet ».

Bientôt une agence physique ?

Pour autant, la Maison des travaux, qui jouit d’un partenariat national avec Meilleurtaux.com, dispose d’une clientèle avec « plutôt un beau panier moyen de travaux » estimé à environ 24 000 euros. « Ça va de la simple salle de bain à 5 000 euros à la rénovation d’un grand mas à 200 000 euros », prévient David Allenbach. Dotée d’outils numériques lui permettant de proposer des esquisses 3D et des photos réalistes, la Maison des travaux possède un atout non négligeable : « Ça permet au client de se projeter donc ça aide inévitablement à convertir les projets », précise Olivier Blanc, qui n’oublie pas de rappeler qu’« on peut aussi simuler des extensions de maison via un procédé de réalité virtuelle ».

Désormais, dans leur quête de développement, « pour plus de visibilité et de crédibilité », les deux hommes qui circulent dans tout le département avec une voiture aux couleurs de l’entreprise, espèrent prendre place dès septembre au sein d’une agence physique dans leur secteur géographique respectif. « Pour recevoir des clients et des partenaires, c’est indispensable d’avoir un pied-à-terre », suggère le courtier nîmois.

Corentin Migoule

Plus d’informations sur le site de la Maison des travaux. Contacts : Olivier Blanc au 07.85.77.88.73 et David Allenbach au 06.37.64.36.00.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité