ActualitésAlès-CévennesEnvironnement

ALÈS Le conseil municipal des enfants se mobilise pour chasser les moustiques de la ville

Le maire d'Alès, Max Roustan, avec les enfants du CME. (Photo Corentin Migoule)
Le maire d'Alès, Max Roustan, avec les enfants du CME. (Photo Corentin Migoule)

À l'occasion d'une conférence de presse organisée ce mercredi après-midi dans la salle du Capitole, les services de la collectivité, en partenariat avec le conseil municipal des enfants (CME), ont présenté leur campagne de sensibilisation sur la prolifération du moustique tigre.

Les premières chaleurs sont - enfin - de retour, et avec elles, les moustiques tigres ! Afin de lutter plus efficacement contre cette espèce agressive qui peut gâcher nos belles journées d'été, alors même que Max Roustan, maire d'Alès, s'échine "depuis deux ans" - en vain - à s'attacher les services d'une société pour nettoyer la ville, le conseil municipal des enfants d'Alès se mobilise et lance sa campagne d'information pour sensibiliser les habitants du territoire à l'adoption des bonnes manières.

Parmi elles, "des gestes simples" d'après Martine Magne, élue municipale déléguée à l'hygiène et la santé environnementale. "Pour les gens qui ont un jardin, il faut enlever l'eau des jouets lorsque les enfants ont fini de s'amuser pour éviter la prolifération des moustiques" stimulée par les eaux stagnantes. Nettoyer régulièrement les gouttières afin de faciliter le bon écoulement des eaux, vider les coupelles sous les pots de fleurs et évacuer l'eau stagnante sur les bâches des piscines sont autant d'actions à opérer sans modération pour protéger son habitat.

3 500 flyers et 20 affiches

Car le moustique tigre est "une plaie" qui "se multiplie très vite" d'après l'édile alésien, en plus d'être potentiellement vecteur de maladies. Des maladies comme "la dengue" (674 cas répertoriés en France métropolitaine en 2019) qui arrivent "en provenance des pays tropicaux", prévient Laurent Ricome, conseiller municipal délégué à la Gestion des risques. Alors, même si à en croire Marie-Christine Peyric, deuxième adjointe nommée au pôle environnement urbain, "avec le masque on aura moins de chance de se faire piquer au visage" cet été, l'action du CME sera "extrêmement utile".

D'autant que "les messages sont souvent mieux compris lorsqu'ils sont transmis par les enfants", promet Léa Boyer, ancienne membre du CME. La jeune conseillère municipale se plaît à espérer que ces derniers en feront "un sujet de conversation ce dimanche à l'occasion de la Fête des mères". Aussi, avec l'aide des services de la collectivité, les enfants ont élaboré un flyer habilement titré "Ne laissons pas le moustique piquer nos bons moments" et qui sera distribué dans les écoles. Enfin, dès lundi, dans le cadre d'une campagne de communication qui durera jusqu'à l'été avec des "piqûres de rappel" çà et là, 20 grandes affiches seront placardées en centre-ville sur les sucettes prévues à cet effet.

Corentin Migoule

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité