ActualitésNîmes

NÎMES Manifestation interdépartementale : près de 500 motards en colère rassemblés

La mobilisation des motards a été forte ce samedi à Nîmes (Photo Corentin Corger)
Jacques Barac, coordinateur de la FFMC du Gard (Photo Corentin Corger)

Pour la troisième fois en trois mois, la Fédération française des motards en colère organisait une manifestation à Nîmes. Ce samedi, le rassemblement était interdépartemental, environ 500 motards étaient présents pour s'opposer à l'entrée en vigueur des zones à émission faible et pour demander l'annulation du contrôle technique obligatoire pour les motos.

L'Hérault, les Pyrénées-Orientales, l'Aude, la Lozère, le Vaucluse, les Bouches-du-Rhône et bien sûr le Gard, les organisations locales ont répondu présent pour cette manifestation interdépartementale à Nîmes à l'initiative de la Fédération française des motards en colère (FFMC). Près de 500 motards étaient rassemblés sur le parvis du stade des Costières à 14h30, ce samedi après-midi. Le premier motif était de protester contre l'instauration de zones à faible émission (ZFE), un plan d'exclusion des véhicules les plus anciens de la circulation dans les agglomérations.

Dès le 1er juin, les deux roues immatriculés avant 2004 ne pourront plus circuler à l'intérieur du Grand Paris. Puis ce seront les véhicules datant d'avant 2006 pour 2022 avec la volonté d'autoriser seulement les véhicules électriques en 2030. "C'est une catastrophe économique et sociale. On nous parle de pollution mais c'est une mesure anti-social", s'indigne Jacques Barac, coordinateur pour le Gard à la FFMC. Une mesure qui devrait concerner l'agglomération nîmoise autour de 2025.

Un message clair affiché par les motards (Photo Corentin Corger)

La deuxième raison de cette mobilisation concerne la mise en place d'un contrôle technique obligatoire. Un souhait issu de la communauté européenne, pour le moment la France a décidé d'y déroger en ne le rendant pas obligatoire au 1er janvier 2022 suite aux nombreux rassemblements des dernières semaines. Mais désormais les motards veulent un engagement plus fort. "On veut tout simplement que l'État se prononce devant l'Europe et dise qu'il n'y a pas besoin de mettre en place de contrôle technique en France, poursuit le coordinateur gardois, ça n'a aucun intérêt, seulement 0,03% des accidents sont liés à une défaillance technique." 

Avant de partir, un hommage a été rendu à Jean-Louis Ferrand, coordinateur de l'Aude, récemment disparu. Quatre arrêts étaient prévus devant des contrôles techniques, l'assurance Axa et la permanence du parti Les Républicains. "M. Proust a voté pour le contrôle technique lorsqu'il était député européen, il a oublié de nous le dire, digère mal Jacques Barac, on a autre chose à foutre que manifester". Pour cette journée, un slogan était sur toutes les bécanes : "occupez-vous de l'état des routes ! On s'occupe de l'état de nos motos !".

Jacques préfère consacrer son temps à l'éducation routière comme il le fera ce mardi dans un collège de Beaucaire. Symboliquement, le cortège a terminé son parcours devant la préfecture du Gard.

Retrouvez deux extraits vidéos de cette manifestation : 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité