CultureGardL'Agenda

GARD Un « village de l’archéologie » s’installe à Nîmes

Le site du Cailar, un comptoir de l'âge de fer (Photo d'illustration : Anthony Maurin).

En Occitanie, deux villages de l’archéologie s’installent à Nîmes et à Toulouse ces 18, 19 et 20 juin 2021. Ces villages réunissent différents acteurs de la recherche et de la valorisation en archéologie. Petits et grands pourront y découvrir de nombreuses activités ludiques et pédagogiques, des expositions, des conférences et autres spectacles.

Dans le cadre des Journées européennes de l'archéologie, de nombreux événements sont programmés un peu partout dans la région et notamment dans le Gard à partir de ce vendredi jusqu'à dimanche. Au Château de Sommières, par exemple, où sera joué un spectacle, au Mas des Tourelles à Beaucaire avec une découverte des lieux à l'occasion d'une visite guidée. Au Museum d’Histoire naturelle et de Préhistoire de Nîmes, le public pourra découvrir l’exposition sur « Le Paléolithique » ainsi qu’une vitrine dédiée à l’actualité de la recherche en préhistoire « Les pierres taillées du site du Mas Vouland ».

Ces Journées européennes de l'archéologique prendront un peu plus d'ampleur au cœur de la cité des Antonin où sera installé un "village de l'archéologie" étendu sur plusieurs lieux : le Musée de la Romanité, le Museum d’Histoire Naturelle et de Préhistoire, le Musée des Beaux-Arts, les Jardins de la Fontaine, l'Office du Tourisme - Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine. Réalisé en collaboration avec des partenaires scientifiques tels que l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (Inrap), le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) ou l’Université Paul Valéry Montpellier 3, l’événement sera marqué par plusieurs temps forts : visites guidées, conférences, démonstrations, ateliers, jeu.

« Le public pourra rencontrer pendant ces trois jours des chercheurs qui expliqueront, aux néophytes ou comme aux amateurs passionnés, l’ensemble du processus de sauvegarde de notre passé, de la fouille à la conservation dans nos musées », explique  le maire Jean-Paul Fournier. À Nîmes, qui fait l’objet d’un suivi archéologique depuis 1985 et où de nombreux chantiers de diagnostics et de fouilles ont lieu chaque année, l’archéologie prend tout son sens. La diffusion, la rencontre et le partage avec les publics sont primordiaux pour l’appropriation du patrimoine. « Si l’amphithéâtre antique, la Tour Magne et la Maison Carrée constituent l’héritage le plus visible de notre cité, de nombreux trésors se cachent encore sous nos pieds, telle la mosaïque de Penthée découverte en 2007 sous l’avenue Jean-Jaurès », poursuit Mary Bourgade, adjointe à l’inscription Unesco et au patrimoine antique.

Retrouvez tout le programme des Journées européennes de l'archéologie dans le Gard en cliquant ici.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité