NîmesPolitique

POLÉMIQUE Jean-Paul Fournier : « Je réaffirme avec force mon opposition au Rassemblement national »

Jean-Paul Fournier, décontracté pour aller voter (Photo : droits réservés)
Jean-Paul Fournier, le maire de Nîmes dimanche dernier (Photo : droits réservés)

Après nos révélations sur les projets du Rassemblement national de distribuer un tract à destination des habitants du canton 2 de Nîmes où les propos du maire de Nîmes, tronqués, pouvaient laisser croire à un soutien implicite au binôme Yoann Gillet - Laurence Gardet, Jean-Paul Fournier précise par communiqué.

"Non à la récupération politicienne !" C'est un Jean-Paul Fournier quelque peu contrarié qui s'exprime ce mardi en fin de journée après la diffusion d'un tract par le Rassemblement National sur le canton 2 "qui détourne les propos de ma réaction suite aux résultats des élections départementales dimanche soir. Je rappelais alors que « Notre seul adversaire c’est la Gauche », bien sûr exclusivement sur les cantons 1 et 4 où il y aura un duel au second tour entre des candidats de Gauche et nos candidats de la majorité municipale/Les Républicains – Julien Plantier/Sophie Roulle et Richard Tibérino/Véronique Gardeur-Bancel. Je précisais aussi que « personne n’étant propriétaire des intentions de vote des électeurs », je ne donnais pas de consignes de vote dans les autres cantons, soit pour les 2 et 3 où il n’y a pas de binômes de la majorité municipale. À l’heure où l’abstention abime notre démocratie, ces détournements destinés à tromper les électeurs relèvent de la pire combine politicienne."

Et de conclure : "Je réaffirme avec force mon opposition franche et claire à tout rapprochement avec les candidats et élus du Rassemblement National. Je n’ai jamais changé de position et n’en changerai jamais. Il fallait que ce soit dit !"

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

Articles similaires

3 commentaires

  1. L’abstention est le signe d’un désaveu massif de « la classe politique », dont vous faites partie intégrante Monsieur le Maire. D’ailleurs et paradoxalement c’est ce rejet qui vous permet de prendre le pouvoir avec 11 000 petites voix dans une ville qui compte plus de 150 000 habitants. Votre fausse inquiétude à son sujet est une nouvelle fois surjouée, ce système vous nourrit et vous l’entretenez fidèlement. 40 ans de politique, de cumuls des mandats, d’entre soi, d’ »affaires » qui d’après la cellule investigation de radio France permet à Nîmes d’obtenir le label de laboratoire des dérives de la vie publique , de petits et grands arrangements entre amis, de bétonnage, de projets dispendieux, de privatisation, d’asphyxie des quartiers populaires par des pratiques clientelaires, Avec un peu d’imagination on pourrait même corréler la désertion des urnes avec votre politique de maire promoteur. Là ou vous passez plus rien ne pousse. Votre posture face à l’extrême droite est une imposture. Nous, habitants des quartiers populaires, en sommes pleinement conscients, il n’y a que les gauches Nîmoises pour l’ignorer ou feindre de ne pas voir l’évidence. Peut-être parce qu’elles aussi pratiquent des formes plus ou moins violentes de séparatismes, où d’entre soi, c’est au choix. Je repense au tweet « vicieux » de Delga suite à la tentative d’intrusion au conseil régional à Toulouse, par l’action française et à ses accointances avec Valls. Vos mentors en politiques parlent pour vous, Chirac (le bruit et l’odeur), Pasqua (SAC, Lois pasqua 1993….), Sarkozy et son ministère de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Codéveloppement. D’ailleurs votre parti n’est-il pas la matrice idéologique d’un Mariani ?. Pour les prochains vœux des républicains, si Ciotti n’est pas disponible demandez à Zemmour de se joindre à vous.

    1. Pourquoi nier la réalité. La participation électorale a été (Une fois de plus) prise en défaut, mais …
      Est-ce une raison d’en attribuer pour unique cause, et sans plus d’analyse , le «désaveu massif de la classe politique » ? Reprenant ainsi l’argumentation du plus anti-démocratique des partis en présence !
      Pourquoi, aussi, réduire au champ local et à ses « défauts » une question qui recouvre bien plus largement le territoire français ET européen.
      Les accusations gratuites et l’anathème n’ont jamais constitué une ligne politique d’avenir ni même une base de réflexion.
      Sans la prétention de procurer une ligne tracée vers le futur, je propose à chacun, pour quelques instants seulement, de regarder dans le rétroviseur de l’Histoire, la grande oubliée du temps présent obnubilée par l’image immédiate.
      Sans négliger le siècle dernier et son lot d’ignominies, se rappeler une certaine Saint Barthélémy, l’éradication des « Communards » républicains absolus, la « Terreur », bien nommé épisode post 1789 ou encore Socrate, philosophe condamné (Déjà) par des sophistes à « se donner la mort ».
      Votre voisin est-il vraiment votre pire ennemi ?

  2. S’abstenir est un choix politique comme un autre. Sa dynamique propre est certes complexe et multifactorielle, néanmoins on peut sans risquer de s’égarer penser qu’elle se situe principalement dans un rejet massif de la « classe politique » dans son ensemble. On peut retenir quelques motifs sérieux tel que le manque de représentativité des milieux populaires dans les partis politiques, la quasi absence des descendants de l’immigration post coloniale, l’inanité du vote, la corruption ….Quant à mes accusations gratuites je vous conseille de lire cette enquête : https://www.franceculture.fr/droit-justice/nimes-laboratoire-des-derives-de-la-vie-publique. Il n’y a rien de gratuit ni de fantasmé dans mon commentaire et si vous étiez un peu plus perspicace vous y verriez des éléments d’analyses, non exhaustifs bien sur, sur la nature du pouvoir mayoral.
    Je vous rejoints sur la nécessité de penser le présent à l’aune du passé. Norbert Elias que je me permets de vous conseiller a admirablement introduit le temps long, la perspective historique dans ses travaux sociologiques.
    Un habitant des quartiers populaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité