ActualitésAlès-CévennesPolitique

DÉPARTEMENTALES Alès 1 : la Gauche s’y voit, la Droite y croit

Le canton d'Alès 1 n'a "jamais été aussi prenable" si l'on en croit les dires du binôme Bénézet-Boyer, tout heureux d'être au second tour. Pourtant les chiffres, largement à la faveur des sortants, n'expriment par "l'usure" qui leur a été imputée. Jean-Michel Suau et Geneviève Blanc s'avancent donc avec le statut de favoris, mais l'abstention massive du premier tour peut réserver des surprises.

Geneviève Blanc et Jean-Michel Suau (UGE - 42% au premier tour)

Geneviève Blanc et Jean-Michel Suau sur le marché d'Anduze ce jeudi matin. (Photo Corentin Migoule)

"Les électeurs nous ont placés en tête avec 42% des suffrages exprimés, ce qui représente une progression de 10 points par rapport à l'élection de 2015", se réjouissait le binôme Blanc-Suau au lendemain du premier tour d'une élection sur le canton d'Alès 1, que l'on sait historiquement ancré à Gauche. "Je suis content de voir que la démarche d'union de la Gauche pour laquelle nous étions précurseurs n'a pas été sans écho", apprécie le conseiller départemental sortant. En effet, la supposée "usure" pointée par leurs adversaires durant toute la campagne ne s'est pour l'instant pas traduite dans les urnes. Serein sans être suffisant, le duo s'est donc remis en ordre de marche dès le début de la semaine.

"Nous n'avons rien fait d'original. Les marchés et les écoles", sourit la maire écologiste d'Anduze, plébiscitée par ses administrés (près de 54% des suffrages exprimés). Comme les autres, les sortants mènent une opération séduction auprès des nombreux abstentionnistes. Une abstention "politique" due à "une situation qui génère de la colère", d'après le communiste. Et ce dernier de poursuivre : "Aujourd'hui on se retrouve face à Jean-Charles Bénézet (UDI), quelqu'un qui soutient la politique de Macron qui est justement la cause de ce mécontentement."

Sans suspendre leurs activités d'élus sortants, Jean-Michel Suau et Geneviève Blanc tentent aussi de convaincre "les nombreuses personnes âgées qui ne sont pas allées voter par crainte sanitaire". Car leur leitmotiv traduit une volonté : "confirmer et élargir". D'autant que le tandem ne croit guère à un report des voix du RN (26,90%) à destination de l'union de la Droite et du Centre. En cas d'élection ce dimanche, l'élu d'opposition à la mairie d'Alès âgé de 66 ans pourrait vivre son dernier mandat. Une fois encore, il entend l'exercer "au service de tous" avec l'aide de l'édile anduzienne avec qui "l'association de nos différences a fait ses preuves".

Léa Boyer et Jean-Charles Bénézet (UCD - 28,93% au premier tour)

Le duo Boyer-Bénézet à la conquête du canton d'Alès 1. (Photo CM / DR)

Arrivés 13 points derrière les sortants, mais avec seulement 120 voix d'avance sur le binôme RN, le duo formé par Jean-Charles Bénézet et Léa Boyer, réunis sous la bannière du "Bon sens gardois", a bien failli ne pas voir le second tour. Mais la popularité grandissante du premier cité dans la commune Saint-Christolenne qu'il administre depuis 2014 a permis au tandem de l'union de la Droite et du Centre de ne pas rater le bon wagon pour la finale. Un match pour lequel rien n'est joué d'après le 5e vice-président d'Alès Agglo délégué aux mobilités : "C'est la mi-temps, on remet les compteurs à zéro et on repart !"

La présence rafraîchissante à ses côtés de Léa Boyer, jeune conseillère municipale de la ville d'Alès qui commence à avoir "sa petite expérience politique après les élections législatives de 2017", n'est pas non plus étrangère à la présence du duo au second tour, un stade que la Droite modérée n'avait pas atteint sur ce canton en 2015.  "C'est le début de quelque chose, le canton n'a jamais été aussi prenable", osait croire la jeune femme à l'issue du premier dimanche électoral des Départementales 2021. Pour donner corps à ses propos, le binôme a écumé les marchés tout au long de la semaine, envoyant notamment une partie de ses militants bénévoles tracter sur les terres de la concurrence à l'occasion du "joli marché d'Anduze".

S'il se dit "un peu surpris" par le score des candidats d'extrême-Droite qui n'ont a priori pas donné de consignes de vote, le maire UDI leur entrouvre légèrement la porte : "Il ne faut pas diaboliser les électeurs du RN. Tous les votes sont respectables et les gens ont peut-être une bonne raison à un moment de leur vie de voter Rassemblement national. Il faut bien faire la distinction entre certaines idées des chefs de partis et celles de leurs électeurs. En tout cas on entend certaines de leurs préoccupations sur la sécurité aux abords des collèges notamment." Et Jean-Charles Bénézet de conclure : "Dimanche les électeurs n'auront que deux bulletins sur la table donc le choix sera vite fait. Ils ont la possibilité d'élire une équipe soudée, complémentaire et dynamique, qui a envie de faire bouger ce canton détenu depuis trop longtemps par la même équipe." Faites vos jeux !

Corentin Migoule

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité