A la uneActualitésCamargue

GRAU-DU-ROI Manu Lévy, animateur du 6/10 de NRJ : « On revient à la maison ! »

Manu Lévy et son équipe sont de retour au Grau-du-Roi. (Photo DR)
Manu Lévy et son équipe sont de retour au Grau-du-Roi. (Photo DR)

À la tête de la matinale de NRJ depuis 10 ans, Manu Lévy a choisi de délocaliser ses émissions de fin de saison au Grau-du-Roi entre 2016 et 2018. Après deux ans loin du Gard, il sera de retour avec toute son équipe du 28 juin au 2 juillet pour 4 heures de direct depuis le Yacht Club de Port-Camargue. 

Objectif Gard : Comment vous est venue l'idée de délocaliser une émission au Grau-du-Roi en 2016 ? 

Manu Lévy : Nous connaissions Stéphanie Aillet (l'attachée de presse de l'office de tourisme, ndlr) qui travaillait à Tignes où nous avions fait des émissions. On est resté en contact et elle nous a dit qu'elle était désormais au Grau-du-Roi où elle nous a proposé de venir.

Comment se sont passés ces trois premières fin de saison graulenne ? 

On a adoré. On a fait tous les bars et toutes les plages. On s'est essayés au kitesurf, au catamaran et même aux toilettes sèches. C'était génial, mais au bout de trois ans nous avions peur de tourner un peu en rond. C'est pour cela que nous sommes partis du côté de Saint-Tropez en 2019.

Mais vous êtes de retour cette année. 

Oui, pour fêter le déconfinement, on revient à la maison ! Nous avons toujours été très bien accueillis ici. La salle du Yacht club est parfaite pour les émissions. Nous logeons au Spinaker et venons tous les matins en bateau, c'est le top.

Pourrez-vous accueillir le public tout au long de la semaine ? 

Oui, en temps normal on peut accueillir jusqu'à 400 personnes mais cette fois la jauge sera plus réduite. On pourra recevoir une centaine de personnes les deux premiers jours puis 200 les suivants.

Comment avez-vous vécu la crise sanitaire ?

Ça a été difficile pour toutes les radios musicales qui ont vu leurs audiences baisser, mais on reste devant la concurrence. Sur le plan personnel, les confinements et couvre-feu n'ont pas changé grand chose : à 19 heures ont est au lit car on doit se lever à 4 heures pour préparer les matinales. En dehors du premier confinement, nous avons eu la chance de nous retrouver en studio pour nous marrer tous les matins.

N'est-ce pas dans ces périodes moroses que le divertissement prend tout son sens ? 

Peut-être. Nous on ne sauve pas le monde, on s'amuse juste. Je pense que les gens avaient besoin d'oxygène à une période où, chaque soir, on comptait les morts.

Vous achevez votre 10e saison en tant qu'animateur de la matinale de NRJ. Comment expliquer une telle longévité ? 

Le vrai secret, c'est de s'amuser à l'antenne. La grosse magie de la radio, c'est qu'on ne peut pas bluffer. Si l'on n'est pas bien les gens le sentent forcément.

Vous avez resigné pour une année supplémentaire. La lassitude n'est-elle jamais présente ?

Non, on essaye à chaque fois d'injecter des nouveautés dans l'émission qui nous donnent envie de poursuivre l'aventure. Jusqu'à présent, nous sommes contents d'être là et j'espère que ça va durer. Mais bon, c'est aussi ce que disait PPDA avant de se faire virer (rires).

Boris Boutet

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité