Bagnols-UzèsPolitique

PONT-SAINT-ESPRIT Un conseil municipal « dans une atmosphère de travail » à la veille des vacances

Le conseil municipal de Pont-Saint-Esprit s'est tenu à la Blache ce jeudi 1er juillet. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Ce jeudi 1er juillet s'est tenu le conseil municipal de Pont-Saint-Esprit, avec 20 délibérations à l'ordre du jour. Une séance qui s'est déroulée sereinement en 1h45, "dans une atmosphère de travail" comme le souligne la maire, Claire Lapeyronie.

Avant de débuter la séance, Claire Lapeyronie, fait comme à son habitude un propos liminaire sur l'actualité de la commune. Elle note "l'effort de solidarité qu'il y a eu depuis plus d'un an" pendant cette crise du covid-19. Elle applaudit particulièrement l'initiative des jeunes U18 du COS handball qui, sous la houlette de leur entraîneur Florent Hugon, ont mené des actions solidaires : distribution de papillotes à Noël dans les commerces, aide aux viticulteurs à diffuser leurs vins... "J'ai demandé à Mme la préfète que cette action soit valorisée. Il y aura une cérémonie de remise des diplômes pour ces jeunes et on leur a offert aussi un tour de tyrolienne", indique la maire.

Claire Lapeyronie, maire de Pont-Saint-Esprit, a ouvert le conseil municipal en faisant un point sur l'actualité de la commune. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Cette dernière est aussi revenue sur le drame qui s'est déroulé la semaine dernière : deux ressortissants allemands ont péri dans un accident de pédalo. Un jeune Spiripontain de 19 ans a assisté à la scène et n'a pas hésité à se jeter à l'eau pour tenter de secourir une des victimes : "J'ai trouvé que c'était un acte de bravoure important. Une demande pour lui remettre la médaille du courage et du dévouement a été actée en préfecture. Il y aura une cérémonie en septembre probablement."

Menace de fermeture de classe à Villa-Clara et Dolto : la mairie exprime son désaccord

L'ordre du jour a ensuite débuté par les décisions du maire. L'une prévoit l'augmentation de 2% des tarifs pour la restauration scolaire à compter de la rentrée. La conseillère d'opposition, Nadine Chaniol, rebondit en regrettant que la commission Enfance et jeunesse ne se soit pas réunie en fin d'année scolaire et n'ait pas fait le bilan "au regard de la crise sanitaire" : "Les familles sont en droit de savoir le ressenti des enfants qui passent 2/3 de leur temps à l'école et le vécu des enseignants aussi. Cette année, ils ont tous été chamboulés", lance-t-elle.

Nadine Chaniol, conseillère municipale d'opposition, a regretté que la commission Enfance et Jeunesse ne se soit pas réunie après une année très perturbée pour les écoliers. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Ce à quoi la maire répond : "Ce qu'on peut faire, c'est un document synthétique sur toutes les remontées des écoles. Il y a aussi une menace de fermeture de classe sur Villa-Clara et Françoise-Dolto, on a saisi l'Inspection pour dire qu'on n'était pas d'accord. On attend aussi une réponse."

Projet de reconversion de l'Hôtel-Dieu : "Il faut que ça réussisse"

C'est ensuite Hervé Ginot, adjoint délégué aux Grands projets, qui prend la parole à propos de l'Hôtel Dieu. Il décline un descriptif assez technique et une division en volume de la chapelle baroque du XVIIe siècle et de l'ancien hôpital. Ce dernier est d'ailleurs classé depuis 2005 à l'inventaire des Monuments historiques : "Compte-tenu de sa valeur patrimoniale et historique, il a été décidé en partenariat avec les architectes du patrimoine, de garantir, dans le cadre de sa reconversion, la préservation du site", rappelle-t-il.

La commune souhaite mettre en valeur et vendre l'ensemble immobilier qu'est l'Hôtel Dieu. Mais pas pour qu'il y ait n'importe quoi à la place. L'idée est d'avoir un projet architectural, économique et social viable qui préserve ce patrimoine et comporte une certaine mixité (logements, services, commerces...).

Pour rappel, la mairie avait tout d'abord conclu avec l'opérateur Somifa pour son ambitieux projet. Mais en mai, ce dernier a fini par jeter l'éponge, faisant tout recommencer à zéro. D'où la délibération à ce sujet ce jeudi qui acte que la chapelle restera dans le patrimoine communal et qui valide le principe de vente de gré à gré. En cas d'accord, une deuxième délibération viendra pour préciser les conditions de la vente. "Il faut que ça réussisse. Les Spiripontains, comme nous, n'ont plus envie de voir cette friche mais un nouveau quartier se créer", commente la maire.

Nouvelle gendarmerie : "À la rentrée de septembre, il va commencer à y avoir du mouvement"

Alors que Benjamin Desbrun présente une délibération sur une décision modificative dans le budget annexe de la Gendarmerie, le conseiller municipal d'opposition, Laurent Ouillon, en profite pour demander des nouvelles du projet de nouvelle gendarmerie. Benjamin Desbrun lui répond que les appels d'offres ont été passés et que "les prêts devraient être signés début de semaine prochaine. Les prêts sont figés, les enveloppes sont remises, normalement, tout va bien." Même l'augmentation du coût des matériaux a été prise en compte. "À la rentrée de septembre, il va commencer à y avoir du mouvement", assure la maire.

Ultime délibération du conseil : le versement d'une subvention de 1 500 €, à l'association "OGEC Notre-Dame", pour son projet "Alpes 2020". Dix jeunes du collège Notre-Dame sont d'ailleurs partis ce jeudi matin pour marcher 27 jours et plus de 600 km dans les Alpes.

Le groupe d'opposition UCS, mené par Catherine Chantry, a posé la question des travaux qui allaient être effectués dans les écoles pendant les vacances scolaires. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Et on termine par une question orale du groupe d'opposition UCS sur les travaux qui vont être réalisés dans les écoles cet été. Myriam Zompicchiatti liste : le traitement de l'infiltration dans le plafond du petit hall d'entrée de la maternelle Villa-Clara, la création d'un portillon à l'arrière de l'école Françoise-Dolto, le remplacement du portail de l'école Marcel-Pagnol, la mise en place d'étagères dans le dortoir de l'école Jules-Ferry... Vingt PC ont été achetés par les écoles en un an et des vidéo-projecteurs sont en cours d'installation.

Marie Meunier

Et aussi... Claire Lapeyronie à la Région. La maire de Pont-Saint-Esprit figurait en bonne place sur la liste gardoise de Carole Delga qui a raflé de nouveau la région Occitanie lors des élections de dimanche. L'installation des conseillers se déroule ce jeudi à Montpellier. Claire Lapeyronie s'est dit "fière de représenter l'ensemble des Spiripontains dans cette assemblée régionale" : "Ce n'est pas une tâche facile, mais vous pouvez compter sur moi pour faire entendre les voix des habitants de Pont-Saint-Esprit et du territoire."

Pas de Didier Bonneaud. Le conseiller municipal d'opposition Didier Bonneaud était absent à la séance de ce jeudi. C'était prévisible puisqu'il a annoncé dans la presse qu'il se désolidarisait du groupe UCS. En effet, cela découle des élections départementales, où il s'est présenté sur le canton pour la droite et Catherine Chantry, sans étiquette mais plutôt à gauche. Cette dernière nous a glissés en fin de séance qu'elle l'avait eu seulement par SMS et qu'il avait demandé à remettre ses délégations à Jean-Noël Franscisi. Du côté de la mairie, aucune document officiel sur une décision de Didier Bonneaud n'a été reçu pour l'instant.

Préemption. La mairie a décidé de préempter un terrain de 576m2 rue des Capucins. Cette dernière devrait être élargie à l'avenir et cela permettrait de réaliser une jonction sécurisée avec la RD 6086.

Soutien à l'économie locale. Les bars, restaurants et salons de thé de la commune seront exonérés de redevance d'occupation du domaine public pour la période du 19 mai au 31 août 2021. Un geste de la mairie envers ces commerces qui ont beaucoup souffert de la crise sanitaire.

Subventions. 12 200 € de subventions vont être attribués à sept associations caritatives de la Ville (Croix Rouge, Secours populaire, Secours catholique, Le Logis du soleil...). C'est 2 000 € de plus que les années précédentes.

Défenseur des droits. À compter du 1er septembre, la mairie de Pont accueillera une permanence du délégué du Défenseur des droits. Un service entièrement gratuit qui sera proposé à la Cazerne, dans les locaux du CCAS, les 2es et 4es jeudis de chaque mois entre 14h et 17h. Ce sera René Cret, ancien maire de Bagnols-sur-Cèze, qui assurera ces permanences.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité