A la uneCultureGard

FAIT DU SOIR (vidéo) « Garde-le pour toi », le nouveau podcast gardois qui vous plonge 50 m sous terre

Michel Saferti nous a guidé pendant 4h sous terre. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Un tout nouveau podcast est sorti sur les plateformes d'écoute ce mercredi 14 juillet. Un podcast gardois "en circuit court", qui plus est. "Garde-le pour toi", ce sont six épisodes sur le ton de la confidence auprès de six personnalités du département. Ils se sont livrés à Hélène Genetet et Andreas Landeck. Elle habite Fontanès et est freelance en communication, lui vit à Uzès et travaille comme réalisateur, photographe et monteur. Tous deux ont décidé de se lancer dans l'aventure du podcast suite au premier confinement et se sont découvert un véritable amour pour le son, vecteur d'un imaginaire plus grand.

Impossible de faire un tour du monde pendant ces mois de restrictions sanitaires, alors les deux co-auteurs se sont intéressés aux gens d'ici, qui eux aussi ont des choses à raconter. "Tout ce qui est bien est autour de nous, on n'a pas besoin d'aller loin pour trouver quelqu'un d'intéressant", atteste Andras Landeck. Ils ont choisi six personnages riches en expériences de vie, parfois un peu atypiques avec des opinions tranchées.

Parmi eux, il y a Michel Serfati, éducateur spécialisé et moniteur accompagnateur en spéléologie. Hors de question de recueillir sa parole dans un bureau ou à la terrasse d'un café. Les deux podcasteurs l'ont suivi pendant 4h sous terre dans la grotte de l'Arva, à Méjannes-le-Clap, simplement équipés d'un magnéto et de micro-cravates. Suffisant pour capter la parole de Michel dans un lieu où il se sent bien et à l'acoustique si particulière. Ils ont dû ramper, descendre en rappel, faire de la tyrolienne et escalader pour le suivre jusqu'à la sortie. Le tout éclairé à la simple lumière de leur lampe frontale.

De la musique sur les draperies en calcaire

Cette expérience unique à 50 m sous la surface de la Terre, le duo a décidé de le faire revivre aux autres personnalités qui ont participé au podcast et aussi aux journalistes. La date de l'expédition a été fixée deux jours avant la sortie des deux premiers épisodes ce 14 juillet.

Certains passages étaient particulièrement délicats et glissants à franchir. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Michel Serfati nous mène à travers cette cavité qu'il connaît bien. Il nous montre les ossements fossilisés, une immense formation calcaire en forme de méduse géante ou encore les pierres polies par les ours en quête d'une excroissance pour se gratter le derrière. Les lumières de nos casques dévoilent partiellement la beauté des parois et des stalactites.

Alors que l'on arrive dans la grande salle, Michel s'arrête et joue un peu de musique en tapant délicatement sur les draperies calcaires. Dans le podcast, il l'a fait en compagnie d'un jeune qui a slamé en même temps. Un moment unique, un peu hors du temps, comme la pérégrination sous-terraine que nous sommes en train de revivre.

Bientôt une saison 2 ?

Le temps de quelques minutes, nous nous arrêtons dans une excavation. Nous éteignons un à un nos lampes et nous écoutons des extraits de deux épisodes dans le noir complet. Vous pouvez en faire de même dès ce 14 juillet, sûrement plus à l'aise dans le confort de votre canapé ou dans les transports. Pour commencer, vous pourrez découvrir des tranches de vie d'Henri Bourgois, à la fois boulanger et vigneron à Martignargues, et de Sophie Kantorowicz, artiste circassienne, vivant à Calvisson.

Les épisodes sortiront ensuite à raison d'un par semaine, le mercredi. On peut les retrouver sur toutes les plateformes d'écoute : Apple podcast, Google podcast, Spotify, Amazon music, Deezer, Stitcher...

Pour enregistrer et monter les 6 épisodes de la saison 1 de "Garde-le pour toi", les deux co-auteurs ont bénéficié d'une aide de 1 500 € du club de la presse et de la communication du Gard. Ils espèrent trouver de nouveaux sponsors pour lancer la saison 2. Il est aussi possible de soutenir le podcast sur podcastics.com. Et bien que ça s'appelle "Garde-le pour toi", il ne faut évidemment pas hésiter à en parler autour de soi...

Marie Meunier

À découvrir aussi les "histoires vraies" de Noëlle Jean, poissonnière dans les halles de Nîmes le matin et potière l’après-midi à Sinsans (28 juillet), de Laurent Maire, chef à domicile et amateur de cueillette de plantes sauvages et médicinales (4 août) et de Marion Mazauric, éditrice à Vauvert, qui évoque les questions de genres et défend les traditions taurines (11 août).

Reportage à retrouver en vidéo :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité