A la uneCultureNîmes

NÎMES MÉTROPOLE Les étoiles du jazz viennent chez nous !

Le président de Nîmes métropole, Franck Proust, entouré par Joël Vincent et Stéphane Kochoyan (Photo Anthony Maurin).
Le Nîmes Métropole jazz festival aura lieu du 23 septembre au 23 octobre (Photo Anthony Maurin).

Le Nîmes Métropole Jazz Festival aura lieu du 23 septembre au 23 octobre. Accessible au plus grand nombre, n'hésitez pas et tentez l'aventure du jazz. Soyez simplement conscient de la qualité de la programmation de ce grand festival de musique.

Non le jazz n'est pas une musique d'initiés qui se font plaisir au fond d'une cave ! Andrea Motis, Sona Jobareth, Sandra NKaké, Naïma 4tet, Aurore Voilqué et Angelo Debarre, NoJazz, Lionel et Stéphane Belmondo, Francis Lockwood, Richard Galliano, Rymden, Jean-Jacques Milteau, Laurent Coulondre, Léon Phal, Mathis Haug, Sant Andreu Jazz Band, Tristan Melia, Trio Zéphyr, Hot Antic Jazz Band... Si ces noms vous sont étrangers, ils ne le seront pas longtemps si vous êtes curieux, amateurs de belle musique et surtout amoureux de bons moments. C'est le pari qu'a lancé le Nîmes Métropole Jazz festival il y a une quinzaine d'années.

Pour l'actuel président de l'agglo, Franck Proust : "Nous avons tenu bon l'an dernier car la culture est un facteur essentiel de la vie, on doit redonner le goût de vivre comme nous l'avons fait en 2020 avec plus de 2 700 élèves touchés, sept concerts donnés gratuitement aux Jardins de la Fontaine et d'autres actions comme des expositions. Mais la conjoncture a beaucoup évolué... J'étais mardi soir avec la préfète et le représentant de l'ARS, les chiffres et leur progression ne sont pas bons..."

Un territoire en demande

Pour cette 15e édition, le festival irrigue une fois encore son territoire par un aspect intéressant de la culture. Franck Proust a même rappelé que c'est grâce à ce festival que les communes de Nîmes Métropole "ancienne formule" se sont fédérées. Cette année, il y aura même une expo d'Olivier Bonhomme à la gare TGV de Manduel, un concert de NoJazz à la Barbaude en préouverture, des actions sur la T1 et T2, des concerts au Temple de Diane, des baptêmes de rue et 16 concerts dans 16 écoles...

Le jazz à Nîmes.

"Chacun joue un rôle autour de ce festival donc merci à vous tous ! Je suis l'un des derniers maires fondateurs du festival avec Jean-Paul Fournier. La culture intéresse beaucoup les petites communes car elles ont du mal à organiser ce genre de chose chez elle. Ce festival est aussi destiné à irriguer son territoire avec une musique que tout le monde connaît. On veut toucher le public scolaire, mais nous ne pouvons pas aller dans les 39 communes", explique Joël Vincent, maire de Saint-Gervazy et membre du bureau communautaire délégué aux activités artistiques et culturelles à l'agglo. Ehpad, maison d'arrêt ou CHU seront aussi de la partie.

Pour le directeur artistique, Stéphane Kochoyan : "Quand on peut organiser un festival c'est parce qu'il y a eu la volonté politique de le faire alors nous mesurons notre plaisir ! Le jazz est la plus ancienne des musiques actuelles mais il n'est jamais resté sur ses acquis, il se renouvelle toujours, il s'y passe constamment quelque chose ! Le jazz est aussi une musique porteuse de valeurs comme la joie, la liberté de jouer et d'improviser, d'innover, de résister... C'est le jazz qui a inventé la batterie et la manière d'en jouer, imaginez si tous les groupes d'aujourd'hui jouaient sans cet instrument !"

Les saveurs de la liberté

Il est évident que l'émancipation du monde moderne doit quelque chose à cette musique pourtant si souvent décriée. Pourquoi tant de haine ? Certains n'y voient qu'une musique d'experts, quand d'autres la jettent à la poubelle sans l'écouter. Pourtant le jazz n'est pas monotone, bien au contraire, il est divers et varié, éclectique, déboussolant et déstabilisant, c'est pour cela qu'il faut remuer dessus !

Le président de Nîmes métropole, Franck Proust, entouré par Joël Vincent et Stéphane Kochoyan (Photo Anthony Maurin).

"Le festival entendra tous les styles de jazz. Nous aurons aussi beaucoup de femmes et ça, c'est important car le jazz est un milieu très machiste avec plus de 85 % d'hommes. Autant dire que les femmes qui percent sont toutes exceptionnelles !", ajoute Stéphane Kochoyan. L'affiche est signée de la main de l'artiste Olivier Bonhomme, un musicien de 35 ans, et invite au voyage spatial. Il habille aussi les lignes T1 et T2. Autre typicité, le groupe connu et reconnu comme étant clé plus novateur de la scène actuelle quand on parle de jazz, Rymden, en est à son troisième report avec le festival mais est une nouvelle fois programmée, on croise les doigts !

Comme tout bon festival qui se respecte, un Off coexiste depuis quelques années en marge de son grand frère. Projections cinéma, stage de musique, salon du disque et bourse aux instruments, tremplin, conférences, concerts, théâtre... Tout ce dont on peut rêver pour savourer un mois de fête musicale !

Anthony Maurin

La billetterie est ouverte. Plein tarif 19 euros, réduit 15 euros, en famille 5 euros.

La grande salle de Paloma (Photo Anthony Maurin).

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 37 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité