A la uneAlès-CévennesBagnols-UzèsPatrimoine

VILLAGE DE CARACTÈRE Barjac, le charme et le dynamisme loin du « village musée »

La place de la Fontaine, spot photo prisé de Barjac. (Marie Meunier / Objectif Gard)
Le château de Barjac est devenu au fil des années le centre culturel de la commune. Entre ses murs, on peut trouver une bibliothèque, un cinéma, une salle des fêtes, des salles d'exposition ou encore la mairie. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Connaissez-vous les "Villages de caractère" du Gard ? Ce label distingue les communes de moins de 2 000 habitants au charme parfois méconnu et regorgeant de richesse patrimoniales et culturelles. Objectif Gard vous emmène balader dans les ruelles pittoresques de ces petits joyaux. Nouvel arrêt à Barjac, commune de 1 500 âmes, à l'orée de l'Ardèche.

À Barjac, on arbore fièrement ce label depuis près de 10 ans. Mais hors de question de céder à la tentation du "village musée". L'histoire, le patrimoine, les traditions, on les met en valeur, tout en les entremêlant avec des activités culturelles et festives tout au long de l'année. Cette dynamique à cheval entre les époques qui caractérise le village se retrouve à l'intérieur-même du château, véritable centre culturel de la commune. On suit notre guide : Laurent Delauzun, archiviste et incollable sur le patrimoine de Barjac.

Le château a été construit entre 1634 et 1639 après la paix d'Alès, par Jacques de Grimoard de Beauvoir du Roure et son fils. Il a été ensuite propriété des autorités ecclésiastiques. Il a été racheté en 1982 par la municipalité, qui, après de longs travaux, y a intégré ses locaux en 2008. Mais le lieu n'est pas qu'une simple mairie. Au rez-de-chaussée, on a aussi une bibliothèque fournie de 15 000 ouvrages et documents. Sur un pan de mur, vous pourrez aussi admirer la toile "Le Dormeur du val" d'Anselm Kiefer. En 2018 le peintre néo-expressionniste a fait parler de lui en honorant une commande du président de la République pour l'entrée au Panthéon de la dépouille de Maurice Genevoix. Il vit aujourd'hui entre la région parisienne et son atelier à Barjac. À terme, il souhaite créer une fondation dans le Gard où seront visibles ses oeuvres aux dimensions monumentales.

La fameuse toile "Le dormeur du val" d'Anselm Kiefer, exposée à la bibliothèque municipale de Barjac. (Marie Meunier / Objectif Gard)

En bas toujours, dans les anciennes cuisines du château, a été aménagé le cinéma du village. Une salle de 90 places entièrement dédiée à l'art et essai, où sont projetés cinq films par semaine. Au-dessus, au premier étage, il y a les salles des tentures où sont installées plusieurs expositions par an.

Un cinéma de 90 places prend place dans les anciennes cuisines du château de Barjac. (Marie Meunier / Objectif Gard)

La place et la halle : le centre névralgique de la commune
pendant des siècles

On ressort du château pour atterrir dans la cour pavée intérieure. D'un côté, nous avons le porche, de l'autre le donjon. Nous avons eu le privilège de monter en haut de la tour et de découvrir une vue imprenable sur les toits du village. Quelques marches sur notre gauche vont jusqu'au clocher communal édifié en 1649.

Du haut du donjon, nous avons une vue imprenable sur les toits du village. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Nous redescendons l'escalier en colimaçon et nous dirigeons vers la place de la fontaine. Un des monuments les plus photographiés de Barjac. C'est aussi la première fontaine du village qui, dès le XVe siècle, était alimentée par la source de Font Malliague, à 1km de là. En face, se dresse la halle, lieu privilégié à l'époque pour protéger les activités commerçantes de la pluie. C'était là qu'étaient disposées les pierres à mesure qui permettaient le pesage des farines, châtaignes et blés. Elle est bordée par la place de la halle, qui fût le vrai centre névralgique de la ville du XIVe au XIXe siècle.

N'hésitez pas à vous balader dans les plaisantes ruelles de Barjac qui vous offriront de belles découvertes patrimoniales. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Dès le XVe siècle, Barjac prospérait avec ses petits commerces, ses tanneries et ses marchés. La commune constituait aussi une étape sur des routes commerciales majeures, notamment pour le sel. La commune s'enrichit et de nombreux hôtels particuliers fleurissent leur tour, surtout pendant la Renaissance. Aussi appelée place Charles-Guynet, la place de l'office de tourisme a été construite dans cette même veine pour permettre l'extension des foires de Barjac. Il y en a eu jusqu'à 19 dans l'année ! Encore aujourd'hui, cette place accueille à l'ombre des platanes centenaires les marchés et les deux fameuses foires aux antiquités et à la brocante.

La place de la halle est animée de commerces et de restaurants. On voit en arrière-plan, on voit la tour Renaissance, vraisemblablement construite au XVIe siècle. Elle constitue un des joyaux de l'architecture du village mais ne peut se visiter car elle appartient à un privé. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Dans les rues, de nombreux petits commerces et restaurants sont ouverts. Nous nous arrêtons un moment visiter les pépites de la Grand'rue. Depuis toujours, elle a été l'artère principale de Barjac. Trente ans en arrière pourtant, elle s'était vidée de ses commerces. Un grand plan pour rénover les façades et pour redynamiser l'activité a été lancé pour enrayer ce phénomène de désertification. Avec succès.

Un panorama s'ouvrant sur les racines du village et sur les monts d'Ardèche

Après une bonne glace à la châtaigne à "l'Instant présent", nous reprenons notre visite direction la chapelle des Capucins. Généralement, quand une commune dispose de ce bâtiment c'est parce qu'elle a eu une population en majorité protestante. Ces édifices ont été bâtis dans une démarche de recatholicisation des habitants. À Barjac, cela a bien marché puisqu'à la Révolution, il n'y avait plus aucun protestant parmi les villageois.

La chapelle des Capucins a accompagné la recatholicisation de la population, majoritairement protestante au départ. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Nous remontons les petites rues. On repère quelques encadrements de fenêtres en T, qui matérialisent d'anciennes échoppes. Les maisons sont en pierre de Barjac. Une pierre très malléable mais aussi gélive. C'est-à-dire qu'elle craint le gel et peut vite s'abîmer. Ce qui donne des reliefs assez particuliers lézardant les murs.

Quand on va au bout de la place de la Fontaine, on a vue sur Malhac. Le hameau qui a vu au 1er siècle naître la première villa gallo-romaine barjacoise. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Nous terminons notre balade au pied du château. De l'autre côté, un sublime panorama vert s'offre à nos yeux. Les plaines et les monts ardéchois culminent. Encore plus loin, on distingue même le Mont Lozère et l'Aigoual. Au creux de la vallée, se niche le hameau de Malhac. C'est à cet endroit que l'histoire de Barjac a débuté. C'est là, dans une villa gallo-romaine qu'ont vécu les premiers habitants. Les Romains ont ensuite été bâti le prieuré Saint-Laurent.

Observez bien les façades barjacoises, vous verrez peut-être des sculptures encastrées. Il y en a une dizaine dans tout le village. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Tout a été détruit pendant les guerres de religion et c'est après cela que les Barjacois se sont réfugiés sur le plateau qui accueille l'actuel village. Il ne reste rien de ce passé. Rien ou presque. Des habitants se sont appropriés des sculptures de l'ancienne villa et certains les ont encastrées dans les murs extérieurs de leur maison. Il y en a une dizaine visibles encore aujourd'hui dans le vieux village. Les repérerez-vous toutes ?

Marie Meunier

Pour les amateurs de randonnées, nous vous conseillons d'aller marcher du côté des dolmens. Ils datent du Néolithique et sont classés au titre des monuments historiques depuis 1889. Plus d'informations à l'office de tourisme.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité