A la uneFaits DiversGardJustice

NÎMES Enlèvement, violences et trafics : c’est la guerre entre le quartier du Chemin Bas et le Mas de Mingue

Tribunal. Deux dossiers distincts sont arrivés à la barre du tribunal correctionnel de Nîmes ce mardi. Deux affaires liées à la guerre que se livrent les trafiquants de drogue pour conserver les lieux de deal ou en obtenir d’autres. Une lutte sans merci et avec violences, où les balles sifflent avec de nombreux blessés… et des morts.

Dans le premier dossier jugé ce mardi par la juridiction nîmoise, un homme de 33 ans, au casier judiciaire bien fourni, essaie de se faire passer pour une simple nourrice qui conservait à son domicile les armes de guerre et stupéfiants pour d’autres personnes dont il ne veut pas livrer les noms aux enquêteurs.

« Mais qui peut croire cela, vous êtes un parrain du quartier du Chemin Bas d’Avignon, un caïd, et vous êtes tellement sûr de votre impunité que vous avez été piégé lors d’un simple contrôle », estime le vice-procureur. Il réclame 6 ans de prison ferme contre ce prévenu poursuivi pour « transport, détention de drogue et détention de matériel de guerre avec des munitions ».

« Votre ADN figure sur le pistolet mitrailleur et vous êtes impliqué de façon évidente dans le trafic du Chemin Bas », complète le représentant du parquet de Nîmes qui estime que cette arrestation fait suite « aux évènements tragiques avec des blessés et des morts dans la guerre de territoire que se livrent les dealers du Chemin Bas et ceux du Mas de Mingue ».

« Le parrain, le caïd… Mais il n’a vendu qu’un joint dans la rue ! Il n’a jamais été condamné pour du trafic de stupéfiants », plaide le conseil du prévenu. Le tribunal n’est pas convaincu. Le mis en cause est finalement condamné à 5 ans de prison. Il est maintenu en détention.

Enlèvement au Chemin-bas

Dans l’après-midi, un autre procès lié au conflit mortel entre les deux quartiers populaires de Nîmes sera évoqué devant le même tribunal correctionnel. Il s’agit d’un enlèvement en pleine rue du Chemin Bas. Le 29 mars dernier, il est 21h20 lorsque le « charbonneur du jour » qui dispose de la caisse du trafic évaluée entre 5 000 et 10 000 euros pour la journée, est frappé et kidnappé. Cet homme, connu pour être un vendeur régulier de drogue, est obligé de monter dans une voiture en direction du Mas de Mingue.

Il sera à nouveau frappé. Il parvient à se sortir du guêpier en faisant miroiter au trio la caisse du jour qu’il avait cachée dans un immeuble. Il monte seul dans l’immeuble et alerte la police. Elle arrive à temps pour le sauver. Il désigne trois hommes, des frères originaires du quartier du Mas de Mingue, comme les kidnappeurs. Il pensait mourir selon ses déclarations aux enquêteurs. La police réussira à retrouver le commando et à l’arrêter. Les trois frères sont poursuivis pour « arrestations, enlèvement et séquestration arbitraire, violences aggravées et participation à une association de malfaiteurs ». Ils sont défendus par maître Philippe Expert, tandis que la victime est représentée par maître Baptiste Scherrer. Le délibéré sera rendu dans la soirée.

Boris De la Cruz

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité