A la uneAlès-CévennesBagnols-UzèsSports Gard

ANDUZE-GOUDARGUES Une étape 100% gardoise pour le 6e jour du Tour cycliste féminin international de l’Ardèche

C'est la coureuse trinidadienne Teniel Campbell qui a franchi la ligne d'arrivée en premier de cette 6e étape. (Marie Meunier / Objectif Gard)
C'est la coureuse trinidadienne, Teniel Campbell qui a remporté l'étape 100% gardoise. Elle a été suivie de près par Nina Kessler et Lauretta Hanson. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Cette année, le Tour cycliste féminin international de l'Ardèche (TCFIA) célébre sa 19e édition. Pour la première fois cette année, les 120 concurrentes d'une quarantaine de nationalités différentes ont pédalé sur une 6e étape 100% gardoise. Elle reliait Anduze à Goudargues. Et la ferveur du public était très palpable à l'arrivée. 

Autour de Goudargues, les bénévoles sont nombreux à sécuriser les croisements et à guider les voitures. "À chaque étape, on a une dizaine de motards gendarmerie mobilisée, 60 motos sécurité et des signaleurs à pied à chaque intersection, atteste Louis Jeannin, président de l'association organisatrice. Ça fait plus d'une centaine de personnes pour la sécurité, sans compter l'encadrement et l'intendance."

À Goudargues, le public était nombreux à regarder les coureuses franchir la ligne d'arrivée. (Marie Meunier / Objectif Gard)

À Goudargues, beaucoup d'habitants se sont positionnés à l'arrivée de la course. Le long des barrières l'excitation monte, les appareils photo dégainés. Au premier passage sur la ligne d'arrivée, ils applaudissent l'échappée, menée par l'Italienne Katia Ragusa de l'équipe Be Pink.

Mais ce sera finalement Teniel Campbell, coureuse trinidadienne, qui raflera la victoire de cette étape de 138 km, après un sprint final qui aura causé la chute de Laura Tomasi. Teniel Campbell s'est vue remettre le maillot arlequin sur le podium, avec beaucoup d'émotion.

Dans huit jours, place aux championnats du monde

Cette étape était relativement facile, sans côte importante. L'occasion pour les participantes de récupérer un peu parce que dans huit jours, une bonne partie pédalera pour les championnats du monde. "Le TCFIA permet aux championnes de parfaire leur condition physique avant les championnats du monde, mais il ne faut pas les cramer non plus", explique Louis Jeannin.

Après cette bonne journée, les participants ont pu se restaurer sur place à Goudargues, grâce aux bons petits plats concoctés par un traiteur local. C'est d'ailleurs la grande nouveauté de cette édition : pour chaque ville étape, un traiteur local. "Ça permet de faire travailler les circuits courts", se réjouit le président.

Environ 120 coureuses participent à cette 19e édition du TCFIA, soit une quarantaine de nationalités différentes. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Parce que le TCFIA est une course engagée sur plusieurs fronts, notamment le tri sélectif ou les violences sexistes, cette course est une des vitrines du cyclisme féminin, encore moins médiatisé que les épreuves masculines, mais qui petit à petit fait sa place dans le paysage sportif.

Fred Mahler, maire de Goudargues, est très heureux d'avoir accueilli l'arrivée dans sa commune : "C'est une première pour nous d'avoir une course cycliste. J'étais dans la voiture derrière le peloton de tête. C'était vraiment sensationnel, surtout sur les derniers kilomètres." L'élu communiste nîmois Vincent Bouget, également présent, a salué toutes les causes défendues à travers cette course : "Le sport prend toute sa dimension quand on fait de telles épreuves." Rendez-vous est donné demain à Le Pouzin pour la 7e et dernière étape de ce tour.

Marie Meunier

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité