A la uneActualitésGard

FAIT DU JOUR Le village de Corconne durement touché par les inondations

Routes éventrées, garages inondés, murs effondrés... Les pluies diluviennes, ce mardi, ont durement frappé la commune de Corconne près de Quissac. Si ces intempéries ne sont pas comparables avec les inondations de 2002, élus et habitants sont à l'ouvrage pour panser les plaies de leur village. 

Corconne, petit village de 630 âmes planté au pied du massif de Coutach. D'accoutumée, les visiteurs viennent randonner sur les chemins qui mènent au pont du hasard. Ce mardi, c'est un paysage accidenté qu'offrent les valats, transformés en torrent de part et d'autre de la localité. "Vers 8h30, il y a eu une grosse tempête. Il est tombé entre 220 et 240 millimètres d'eau en une heure et demi", raconte le maire Lionel Jean.

Contrairement aux autres communes alentours, la pluie s'est abattue sur le massif de Coutach. L'eau a ensuite ruisselé avant de gorger d'eau les ruisseaux secs transformés en de véritables torrents. "C'est la première fois que je vois des dégâts en haut du village", poursuit l'édile. Sur le plan Pagès, des rues pavées ont été arrachées. Une voiture a même été déplacée sur plusieurs mètres avant de s'encastrer dans un muret.

La maison de retraite, l'école ainsi que la salle de fête qui sert de cantine ont été inondées. L'adjoint, Philippe de Toledo, a rapidement fermé l'établissement scolaire regroupant 112 élèves, issus des communes de Corconne mais aussi de Brouzet-lès-Quissac et Carnas. Les personnes âgés avaient été déplacées à l'étage par précaution. Du côté des administrés, une vingtaine de maisons a été impacté. Des garages inondés, des murs détruits et un portail arraché. La commune a fait une demande de reconnaissance de catastrophe naturelle auprès des services de l'État.

Catherine : "Il est grand temps de faire quelque chose !"

Originaire du village, Catherine habite au pied du massif de Coutach depuis 43 ans : "c'est la deuxième fois que je vois ça en 20 ans. Un torrent a tout emporté devant chez moi. Quand j'ai dû partir à 8h45, je n'ai pas pu ouvrir mon portail, le mur du voisin a été emporté et il y avait 20 centimètres d'eau sur mon terrain ! ".

L'habitante dit ressentir "du désarroi" : "on n'a pas été écouté en 2002 quand les ingénieurs hydriques sont venus. Il est grand temps de faire quelque chose de correct comme il existe en haute montagne, c'est-à-dire creuser, bétonner et mettre en place des grilles pour permettre à l'eau de passer. Chaque année, dès qu'il fait des grosses pluies ça donne ça !"

Et la suite ?

Élus et habitants continueront ces prochains jours à effacer les traces des inondations . La communauté de communes du Piémont cévenol ainsi que l'EPTB (Etablissement public territorial de bassin) Vidourle ont mis à disposition plusieurs de leurs agents. En déplacement dans le Gard, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé qu'une procédure de déclaration de l'État de catastrophe naturelle sera lancée dès la semaine prochaine.

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com 

 

 

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité