ActualitésNîmes

NÎMES Un hommage aux Harkis forcément plus solennel

La cérémonie s'est déroulée au monument aux morts de Nîmes (Photo Corentin Corger)
Une pancarte fièrement affichée pour ne pas oublier le sang versé (Photo Corentin Corger)

Cinq jours après la demande de pardon et l’annonce d’un projet de loi de reconnaissance et de réparation faite par le Président de la République Emmanuel Macron, cette journée nationale d'hommage aux Harkis s'est déroulée dans un contexte particulier. À Nîmes, la cérémonie a eu lieu au monument aux morts en présence de nombreux élus.

La cérémonie organisée à l’occasion de la journée nationale d’hommage aux Harkis et autres membres des formations supplétives est inscrite au calendrier des commémorations officielles depuis 2003. Les Harkis désignent les supplétifs (troupes recrutées temporairement pour renforcer les forces régulières) engagés dans l'armée française durant la guerre d'Algérie (1954-1962) sans avoir le statut de militaires. Ils participent à de nombreuses opérations militaires et de maintien de l’ordre. Ils assurent la sécurité de points stratégiques, de villages, de postes militaires, de zones parfois plus étendues et maintiennent le contact avec la population.

En 2021, l'hommage aux Harkis qui se sont battus pour la France est encore plus fort puisqu'il intervient cinq jours après la prise de parole d'Emmanuel Macron. Le Président de la République a demandé pardon et a annoncé qu'un projet de loi de reconnaissance et de réparation sera présenté au Parlement avant la fin de l’année. "La Nation a reconnu, à plusieurs reprises, les sacrifices consentis et les souffrances endurées par les harkis. Elle a reconnu avoir manqué à son devoir de protection et d’accueil envers ceux qui s’étaient battus pour elle, ceux qui lui avaient fait confiance, ceux qui l’avaient choisie", peut-on lire sur le site du ministère des armées.

Différents élus locaux étaient présents pour cette cérémonie (Photo Corentin Corger)

C'est d'ailleurs le discours de Geneviève Darrieussecq, ministre déléguée, que la préfète Marie-Françoise Lecaillon a lu devant les soldats, représentants d'associations, citoyens et élus présents. La représentante de l'État a déposé une gerbe tout comme Franck Proust, président de Nîmes métropole, Monique Boissière, pour la ville de Nîmes, la députée Françoise Dumas ou encore le conseiller départemental Christian Bastid. En respectant le protocole traditionnel, l'hommage s'est terminé par la sonnerie aux morts, la minute de silence et la Marseillaise.

Une cérémonie à retrouver en images : 

La préfète Marie-Françoise Lecaillon prononçant le discours de Geneviève Darrieussecq (Photo Corentin Corger)
La cérémonie s'est déroulée au monument aux morts de Nîmes (Photo Corentin Corger)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité