A la uneGardPolitique

ÉDITORIAL La présidente du Département n’est peut-être pas si mauvaise que ça…

Francoise Laurent-Perrigot (Photo : droits réservés)

À 71 ans, Francoise Laurent-Perrigot est aujourd'hui l’une des femmes les plus puissantes du Gard. Il y a bientôt un an, elle est devenue présidente du Conseil départemental. Elle gère les routes, les collèges, les maisons de retraite et, surtout, un juteux budget d’investissement de plus de 100 M€. La socialiste est la première femme à occuper ce poste qu'elle doit, entre autres, à la loi sur le non-cumul des mandats qui lui a permis de remplacer Denis Bouad après son élection au Sénat. Comme quoi, n’en déplaise à Éric Zemmour, tous ces textes législatifs sur le non-cumul et la parité permettent le partage du pouvoir. Il serait toutefois réducteur d'attribuer son élection à ces seules lois. Car l’élue du canton de Quissac a tout de même quelques talents. Et oui ! Le premier, en plus de son expérience, est d'être toujours dans le coup, toujours présente malgré les changements de présidence, de politique, malgré les coups bas. Francoise Laurent-Perrigot résiste. Pas plus tard qu'en juin dernier, après les élections, quand elle renvoie dans ses cordes l’élu du canton de Pont-Saint-Esprit, Christophe Serre, qui avait tenté de lui piquer la présidence. Échec cuisant. Son style aussi est différent. Contrairement à son prédécesseur Denis Bouad, elle a partagé son pouvoir entre les vice-présidents et les 28 élus de la majorité quand ce dernier préférait les concentrer. Seulement, Françoise Laurent-Perrigot a un problème : elle est discrète, silencieuse, mutique. Et en politique, il faut évidemment faire, mais tout autant faire savoir. Surtout quand plus de 60% des électeurs ne se sont pas déplacés aux urnes, indifférents aux actions menées par la collectivité, ou tout simplement par ignorance de l'utilité du Conseil départemental. La séance publique, vendredi dernier, a toutefois permis à la présidente de rompre avec son assourdissant silence. Et ça fait du bien ! Esquissant un cap, la majorité de Gauche va travailler à l’élaboration du budget 2022 qui regroupera les priorités de Françoise Laurent-Perrigot. Le démarrage, on l’espère, de l’ère Perrigot. Entre continuité et modernité, la socialiste inscrira ses choix « dans l’élaboration de nouveaux schémas autour des solidarités, de la mobilité, du tourisme et de la lecture publique. » On a même appris qu’elle a envoyé en immersion son élu Christophe Serre, celui-là même qui voulait lui prendre sa place, pour résoudre les problèmes de délais de traitement des dossiers de la Maison départementale des personnes handicapées. Elle pousse aussi à la rénovation du centre sportif de Méjannes et à la création du Conseil départemental des jeunes. Le tout « sans dilapider » les économies réalisées par son prédécesseur… Vous allez voir qu'on va même finir par l'apprécier !

CM

coralie.mollaret@objectifgard.com 

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité