A la uneActualitésNîmesPolitiqueSociété

ÉDITORIAL Contrer la violence par la violence ?

Ce mercredi, la ville de Nîmes présentera au centre de tir de la Bastide, les nouvelles armes dites "intermédiaires" mises à la disposition des policiers municipaux. Désormais, les agents utiliseront ces nouveaux outils de défense notamment des tasers mais surtout des lanceurs de balles de défense (LBD). Vous en avez à coup sûr déjà entendu parler puisqu'il s'agit des mêmes engins utilisés pendant le mouvement des Gilets jaunes pour disperser les individus les plus violents. Sauf que les témoignages de victimes ayant reçu un flash ball en pleine tête avaient relancé la polémique sur la dangerosité de ces armes. Même le ministère de l'Intérieur avait reconnu une possible mauvaise utilisation. Et le Défenseur des droits de l'époque, l'ancien ministre Jacques Toubon, n'avait pas hésité à affirmer que les lanceurs de balles de défense "présentaient une dangerosité qui fait que l'intégrité des personnes peut être atteinte". Au nom du principe de précaution, il avait demandé la suspension de l’usage de cette arme. Il semble ne pas avoir été entendu du côté de la ville-préfecture du Gard. Bien au contraire, la Municipalité considère que ces nouvelles armes permettront "d'assurer une plus grande protection des policiers municipaux en leur permettant une réponse proportionnée et adaptée à tous types d’intervention".  Il va falloir d'abord respecter les règles en vigueur. Les policiers municipaux sont autorisés à porter des LBD mais avec interdiction formelle de s’en servir hors des cas de légitime défense. Ils sont tenus par l’arrêté du 14 avril 2017 relatif à la formation à l’armement des agents de police municipale de suivre une formation juridique de 12 heures et une formation pratique de 6 heures et, au titre de la formation continue, de tirer au moins quatre cartouches par an. C'est la raison pour laquelle moins de 3 000 policiers municipaux en France sont autorisés à utiliser ce type d'armes sur... 25 000 agents en France. Nîmes, qui figure dans le top 10 des villes de France ayant le plus de policiers municipaux, veut aujourd'hui aller plus loin. Espérons que pour se défendre face à la violence, elle n'utilise pas le mauvais ressort : employer elle-aussi la violence.

Abdel Samari

 

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité