A la uneActualitésNîmesSanté

NÎMES Vaccination : réouverture du centre des Costières, c’est reparti pour une dose !

Ce lundi matin, le centre de vaccination de la salle des Costières a repris du service (Photo Corentin Corger)
Le maire de Nîmes Jean-Paul Fournier et Frédéric Jacquet, le médecin référent de la Ville (Photo Lucas Chevillard)

Dans le cadre de la poursuite de la campagne de vaccination avec l’instauration d’une dose de rappel, la ville de Nîmes a rouvert ce matin le centre de vaccination dans la salle des Costières, en présence du maire Jean-Paul Fournier. Chaque jour, de 600 à 800 doses seront injectées. 

Ça continue encore et encore ! La pandémie de covid-19 est toujours là et c’est désormais une cinquième vague qui s’abat avec le variant Delta. Dans le Gard, le taux d’incidence est de 440 pour 100 000 habitants, un chiffre préoccupant qui se rapproche dangereusement des résultats de la vague de l’automne 2020. Pour éviter les formes graves, la Haute autorité de santé préconise une dose de rappel et milite encore pour un premier schéma de vaccination pour ceux qui ne l’ont pas encore fait. Ainsi, la ville de Nîmes en partenariat avec les professionnels a rouvert le centre de vaccination de la salle des Costières, située face à la Polyclinique Grand Sud.

On est loin de l’immense salle du Parc des expositions où 3 000 injections par jour était réalisées. Celui-là est d’un calibre plus modeste, 600 à 800 personnes seront vaccinées chaque jour. Les installations du centre, fermé le 30 octobre dernier, n’avaient pas été démontées car « la probabilité d’une réouverture était forte », confie Frédéric Jacquet, le médecin référent de la Ville. Un centre qui fonctionne avec deux vacations, chacune composée d’une vingtaine d’agents municipaux, d’une dizaine d’infirmières ainsi que de deux médecins.

Le Pfizer pour les moins de 30 ans

Les patients venant pour une dose de rappel ne passent pas par la consultation médicale, sauf si l’infirmière le demande. Pour cette troisième dose, les vaccins sont répartis en fonction des tranches d’âge. En raison d’une extrême exigence en matière de sécurité de soins et de précautions médicales, le Pfizer est imposé aux moins de 30 ans. Au-delà de cette limite, pas d’obligation particulière mais le Moderna est préféré pour des questions de stocks et même d’efficacité. « Il y aurait une indication comme quoi il serait plus efficace sur le variant Delta », assure le Dr Jacquet.

Pour les plus de 30 ans, il est plus difficile de trouver un rendez-vous. Aux Costières, tous les créneaux sont réservés sur deux semaines. Dans tous les cas, il n’y a pas de problème d’approvisionnement. Sur Nîmes, en plus de ce centre, celui du CHU Carémeau affiche la même capacité. Sans oublier, le centre de la CPAM (Caisse primaire d’assurance maladie) et la vaccination en ville opérée par les pharmaciens ainsi que les infirmiers libéraux. « On s’attend à une forte demande avant les fêtes », précise Frédéric Jacquet. Le centre sera fermé entre Noël et le jour de l’an.

Une réouverture liée à une séquence vaccinale prévue jusqu’au 28 février. Et dans ce même local, séparé en deux, le dépistage du covid bat aussi son plein à l’image de la longue file d’attente aperçue ce matin. Rien qu’aux Costières, près de 500 tests PCR sont réalisés chaque jour. On comptabilise environ le même chiffre dans les différents laboratoires de la ville. Dépistage et vaccination, la pandémie est toujours là.

Corentin Corger

Pour rappel, il est obligatoire de prendre rendez-vous pour se faire vacciner sur la plateforme Doctolib.fr

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité