A la uneActualitésBagnols-UzèsEconomie

GRAND AVIGNON Une navette express pour relier Les Angles et Avignon prévue pour horizon 2025

« Rétablir l’équité du réseau de transport entre Gard et Vaucluse » et « résoudre en partie les problématiques de franchissement du Rhône« . Tels sont les objectifs que s’est fixée l’Agglomération du Grand Avignon pour ce nouveau mandat. À l’horizon fin 2025, de nombreux projets de mobilité devraient voir le jour pour mieux relier Avignon aux Angles et à Villeneuve-lez-Avignon, là où on compte entre 45 et 50 000 véhicules/jour. 

Parmi ce vaste plan d’investissements prévu par le Grand Avignon, deux projets bénéficieront d’une aide financière. En effet, le Premier ministre, Jean Castex, a débloqué 110 millions d’euros pour des projets de transport urbain dans la Région Sud. Sur lesquels 7,83 millions d’euros iront à la réalisation de la deuxième tranche du tramway (qui devrait coûter au total 65 millions d’euros HT) et 2,15 millions d’euros pour la navette express qui reliera Les Angles et Avignon (qui devrait coûter 17 millions d’euros HT). « À chaque fois, on est à 8-9% du financement« , précise Daniel Bellegarde, vice-président délégué à la Mobilité durable.

Pour l’instant, ces deux projets sont au stade de l’étude de phasage, et seront réalisés ensuite sous la maîtrise d’oeuvre déléguée de Teceylis. Mais au Grand Avignon, on a bon espoir que tout soit opérationnel fin 2025 voire début 2026 au plus tard.

Une « régulation dynamique » pour traverser le pont de l’Europe

Mais c’est un grand chantier qui s’annonce pour l’Agglomération. Si on s’intéresse au projet de navette express, on peut voir que celle-ci reliera le futur parking relais des Angles (qui se situera à la place du parking de covoiturage au rond-point du centre commercial Leclerc) à la gare centre d’Avignon. Aménager le parking relais ne sera pas le plus compliqué (1,5 million d’euros), ce sont tous les aménagements prévus sur la deux voies, sur le pont de l’Europe et sur l’échangeur en bout qui vont être beaucoup plus complexes.

Que ceux qui empruntent la N 100 se rassurent, aucune voie ne sera condamnée pour les automobilistes entre le rond-point anglois et le pont de l’Europe. « On va recalibrer les voies. Il y a des surlargeurs par endroits. Il y aura vraiment une voie dédiée à cette navette et aussi au covoiturage« , atteste Daniel Bellegarde. Les choses se corsent sur le pont de l’Europe qui ne peut être élargi. Là, le Grand Avignon prévoit une « régulation dynamique« . Selon les heures de la journée, on pourra avoir trois voies dans un sens et une seule dans l’autre.

Par exemple, le matin à l’heure de pointe, il y aura trois voies dans le sens Les Angles-Avignon (dont une dédiée à la navette express) et une seule dans le sens Vaucluse-Gard. Et vice-versa le soir. Ce système intelligent vise vraiment à limiter le plus possible les embouteillages et à inciter les Gardois qui travaillent à Avignon à laisser leur voiture au parking relais et désencombrer la circulation. « Il y a dix ans, quand nous avions mené des travaux sur le pont de l’Europe, ce même système avait été mis en place. Les usagers s’y étaient plutôt bien accoutumés« , affirme Daniel Bellegarde. Cette régulation dynamique pourrait réapparaître dès 2023.

Une deuxième ligne de tramway aux portes du Gard

Concernant la seconde tranche du tramway, celle-ci raccordera l’université (quartier Saint-Lazare) et l’île Piot par le pont Daladier qu’empruntent chaque matin les Villeneuvois qui travaillent à Avignon, dans la continuité du pont du Royaume. Là encore des études sont en cours pour étudier la solution la moins contraignante « pour libérer un espace de circulation le plus efficace« .

Par ailleurs, le Grand Avignon souhaite mettre en place une ligne Chron’hop parallèlement au tracé du tram et qui se scindera en deux pour desservir d’un côté Villeneuve (par l’ancienne route de Nîmes) et de l’autre Les Angles (jusqu’au rond-point du Leclerc). « On est aussi en train de réaménager le parvis de la gare centre d’Avignon qui va devenir un grand pôle d’échange multimodal. On a aussi la ligne TER rive droite du Rhône qui va rouvrir à l’été prochain. Tout cela va de concert. C’est un projet qui avance et qui va contribuer à cette grande ouverture sur la partie gardoise de l’Agglomération« , synthétise le vice-président aux Mobilités durables. Donner une meilleure efficience au réseau de transport en commun du Grand Avignon, quitte à mener de lourds et coûteux travaux, s’impose tant que les autres tranches de LEO ne verront pas le jour.

Marie Meunier

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité