A la uneNîmes OlympiqueSports Gard

NÎMES OLYMPIQUE Les cadeaux grenoblois offrent trois points aux Nîmois

Célébration joie but Koné (Photo Anthony Maurin).
Avec 8 buts, Moussa Koné rejoint Benrahou au rang de meilleur buteur du club cette saison. (Photo Anthony Maurin)

Des Nîmois parfaitement rentrés dans leur match ont à merveille tiré profit de l’infériorité numérique grenobloise et d’une bévue du gardien adverse pour s’imposer à domicile (3-1). Un succès qui rapproche les Crocos du maintien et les établit à une confortable 8e place.

Le contexte. Si les Crocos ont peut-être un temps pensé jouer le top 5 après leur troisième succès consécutif à Pau le 1er février dernier, ils sont revenus à la dure réalité du ventre mou du classement en perdant lors de leurs deux dernières sorties. Et, bien qu’ils soient décidés à faire oublier la gifle reçue à Caen samedi dernier (4-0), ce n’est pas dans les meilleures dispositions que s’avancent les Rouge et Blanc face aux Grenoblois, des adversaires contre lesquels ils ont chuté à l’aller (2-1), perdant au passage leur invincibilité. En plus d’un secteur offensif appauvri par les absences d’Omarsson suspendu, de Doucouré pour raisons personnelles, et de Benrahou blessé, Nicolas Usaï doit se passer de la recrue Mbow et du précieux Cubas qui réintègrera le groupe ce lundi.

Le match. Sur le billard des Costières, le NO prend d’emblée les commandes du jeu par l’intermédiaire de Sidy Sarr qui se positionne en meneur de jeu reculé. Un ballon bêtement perdu par Gaspar profite à Koné qui fonce droit au but pour décocher une frappe mollassonne sans danger pour Maubleu (3e). Face à des Grenoblois prudents, le jeu nîmois penche à droite en ce début de match. C’est d’ailleurs de ce même côté droit que le revenant Ferhat impulse un joli mouvement à trois avec Paquiez et Ponceau qui s’achève par un centre ne trouvant pas preneur (11e).

Eliasson botte à merveille un coup-franc obtenu par l’international algérien. Fomba le dévie légèrement de l’arrière du crâne. Insuffisant pour tromper le portier isérois (16e). Lorsque Correa est servi en profondeur dans le dos de Ueda et qu’il remise pour Jordan Tell, l’ancien clermontois fait passer un premier frisson sur les Costières en déclenchant une frappe puissante du droit qui passe un petit mètre au-dessus du but de Bråtveit (20e). La première occasion des visiteurs met fin au relatif temps fort des locaux, lesquels multiplient désormais les approximations.

Une ouverture du score « casquette »

L’exclusion de Jekob Jeno suite à l’obtention d’un second carton jaune mérité après une faute maladradroite mais dangereuse sur Pablo Martinez constitue sans doute le tournant du match. Les Grenoblois, qui venaient tout juste d’afficher de meilleures intentions sur le plan offensif, se retrouvent en infériorité numérique avant la demi-heure de jeu (25e). Tandis qu’il s’exporte pour la première fois du match sur le côté droit – le jeu y penche décidément – le gaucher Eliasson envoie un centre vicieux que reprend Sainte-Luce. Gênée par la présence rapprochée de Ravet, la tentative du latéral nîmois passe assez largement au-dessus (35e).

Que le rôle de gardien peut être ingrat ! Parfois héros d’un match après une série de parades décisives, le portier peut s’avérer bien seul en cas de bévue. C’est ce qui arrive au malheureux Maubleu après un centre anodin de Ferhat. Le Grenoblois pense s’être saisi tout à fait tranquillement du ballon lorsque ce dernier lui échappe sans qu’on ne sache trop comment. En renard des surfaces qu’il est, Moussa Koné ne se fait pas prier pour pousser le ballon au fond des filets (1-0, 37e). La septième réalisation de la saison en championnat pour le Sénégalais. À coup sûr la plus facile. Face à des Isérois sonnés, les Rouge et Blanc ont envie d’enfoncer le clou et attaquent en nombre. Fomba n’est pas loin de creuser l’écart en reprenant de la tête un centre enroulé venu de la droite, mais celle-ci passe à côté du poteau gauche de Maubleu (44e).

Koné sait apprécier un cadeau

Le double changement opéré par Vincent Hognon à la pause n’a rien d’anodin. Le technicien isérois est plutôt bien inspiré en sortant Gersbach qui a pris l’eau. Parce ce qu’il s’agit seulement de sa cinquième titularisation de la saison, Ferhat a des fourmis dans les jambes et n’hésite pas à s’intercaler entre les lignes, repiquant dans l’axe pour faire le jeu. C’est lui qui est à l’origine d’une nouvelle percée à l’issue de laquelle Fomba tire pour la deuxième fois de la soirée vers les buts de Maubleu sans pour autant le mettre en difficulté (49e).

À première vue, ce corner rentrant de Ferhat semble plutôt mal tiré, car pas assez levé. Mais après avoir été doublement dévié par Martinez puis un Grenoblois, celui-ci atterrit dans les pieds de Koné, tout heureux d’inscrire son deuxième but de la soirée sans trop forcer (2-0, 59e). Libre de tout marquage, le Sénégalais profite de ce second cadeau pour mettre les siens sur ce qui aurait dû être une voie royale. Mais alors qu’ils pensent avoir fait le plus dur en creusant l’écart, les Crocos se font surprendre dans la foulée en desserrant quelque peu l’étau. Le nouvel entrant Diallo s’élance dans une chevauchée que Sainte-Luce, au duel, ne parvient pas à stopper. L’ailier isérois sert parfaitement Correa qui trompe le portier nîmois sur son dernier ballon du match et réduit le score (2-1, 63e).

Le maintien se rapproche

En première intention après une passe en retrait de Paquiez, Ferhat dépose un délice de centre enveloppé sur la tête du très offensif Fomba, lequel oblige Maubleu à une superbe parade qui ne suffira sûrement pas à le consoler (70e). Le dernier nommé réalise aussi un bel arrêt sur une reprise en demi-volée du n°10 nîmois après une ouverture subtile de Ponceau, mais le cuir tombe sur la poitrine d’Eliasson qui prend son temps pour marquer dans le but presque vide (3-1, 73e). Le Suédois trouve là le moyen de parachever une copie déjà séduisante.

Il ne se passera plus grand chose après ce but. Même si les cartons jaunes que reçoivent tour à tour Ponceau, Valério et Paquiez ont cela de commun qu’ils ont l’air d’être évitables. Ils traduisent sans doute la difficulté pour les hommes de Nicolas Usaï de maîtriser à 100% leur sujet, y compris lorsque les circonstances sont favorables. Mais ils ne doivent en aucun cas effacer la belle prestation collective du Nîmes Olympique qui, en s’établissant à la 8e place du classement avec 35 points, se rapproche considérablement du maintien. En attendant de voir s’il pourra se permettre de rêver plus grand…

Corentin Migoule

25e journée de Ligue 2. Stade des Costières. Spectateurs : 1 500 environ. Nîmes Olympique 3-1 Grenoble Football 38. (mi-temps : 1-0). Arbitre : M. Perreau Niel. Buts pour Nîmes : Koné (37e, 59e), Eliasson (73e). But pour Grenoble : Correa (63e). Avertissements à Nîmes : Ponceau (67e), Valerio (82e), Paquiez (86e). Avertissements à Grenoble : Jeno (15e, 25e). Exclusion à Grenoble : Jeno (25e).

Nîmes : Bråtveit – Paquiez, Martinez (cap. Guessoum, 87e), Ueda, Sainte-Luce – Sarr (Valerio, 65e), Fomba, Ponceau, Ferhat, Eliasson – Koné (Delpech, 87e). Entraîneur : Nicolas Usaï.

Grenoble : Maubleu – Gaspar, Straalman, Nestor, Bambock – Perez, Gersbach (Diallo, 45e), Jeno (exclu, 25e) – Correa (Bamba, 64e), Tell (Anani, 82e), Ravet (Nery, 45e). Entraîneur : Vincent Hognon. 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité