Bagnols-UzèsCulture

GARD RHODANIEN Projet de musée : les Amis d’Albert André ne lâchent rien

Ce samedi, lors de l'assemblée générale des Amis d'Albert André, à Laudun-l'Ardoise (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Ce samedi, lors de l’assemblée générale des Amis d’Albert André, à Laudun-l’Ardoise (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Après deux ans de sommeil pour cause de pandémie, l’association des Amis d’Albert André, qui promeut l’oeuvre du peintre laudunois ainsi que le projet de futur musée à Bagnols et de réhabilitation de la maison du peintre à Laudun, s’est réunie ce samedi après-midi en assemblée générale. 

« C’était du sommeil, mais pas du coma dépassé », rigole le président de l’association Elian Cellier au moment de présenter le rapport moral des deux années écoulées. Car si l’association était en sommeil au niveau des actions publiques, elle a continué son inlassable travail de lobbying pour voir aboutir le projet de musée qui doit prendre la suite du musée Albert-André, situé au deuxième étage de la mairie de Bagnols. 

Ainsi, un comité de pilotage s’est réuni en octobre dernier, au cours duquel cinq scenarii ont été présentés, « dont un qui ne comportait plus de musée, juste des réserves aménagées », note le président de l’association. Et ce alors que le projet scientifique et culturel du projet de nouveau musée aux Escanaux avait été présenté et voté il y a plus de trois ans à l’Agglo du Gard Rhodanien et en conseil municipal à Bagnols. « Le projet aux Escanaux est abandonné, c’est sûr », affirme-t-il. 

Finalement, d’après les Amis d’Albert André, c’est le scénario 3 qui aurait été retenu : un déménagement de la mairie et un musée qui prendrait plus largement ses quartiers dans le bâtiment actuel. Sauf que « nous avons du mal à penser que rénover l’ancien serait moins cher, il y a un problème d’accessibilité et les surfaces sont bien plus petites, alors qu’il nous faut faire aussi des expositions temporaires », tempère Elian Cellier, qui remarque que l’idée « ne repose sur aucune étude sérieuse. »  

Reste que l’association, comme la Conservation départementale, souhaitent voir aboutir un projet. L’enjeu reste le même : « Mieux valoriser la collection et garantir des conditions de conservation et de sécurité adaptées », rappelle la directrice de la Conservation départementale, Béatrice Roche, présente lors de l’AG. À quelle échéance ? « En off, on m’a dit 2030 », souffle Elian Cellier. 

Quant à la maison du peintre à Laudun, elle en est au stade de « l’ébauche de projet », affirme Elian Cellier, qui a rencontré la mairie de la commune à ce sujet. Une ébauche « qui ne correspond pas à nos attentes, notamment à l’étage qui inclurait les vignerons et des bureaux du service culturel », affirme-t-il. Et la mairie et l’Agglo doivent encore s’entendre sur le financement des travaux, 16 ans après la mort de Jacqueline Bret-André, l’héritière du peintre qui avait laissé un legs de plus de 500 000 euros pour transformer la maison en lieu culturel. 

« Le lieu sera bien culturel », affirme l’adjoint au maire de Laudun-l’Ardoise, Aimeric Navez, avant d’affirmer que le principal problème reste de rendre le bâtiment accessible. « Cela demande des moyens énormes, le legs ne suffira pas », ajoute-t-il. 

Reste deux manques, soulignés par les Amis d’Albert André ce samedi : celui d’un manque de volonté politique de voir aboutir ces projets d’une part, et un manque d’information et de consultation de l’autre. Bref, les bonnes nouvelles se font toujours attendre sur ces projets, il faut donc les trouver ailleurs. Par exemple du côté du roman graphique sur la vie et l’oeuvre d’Albert André, réalisé par Jean-Noël Criton et Béatrice Roche, vendu à déjà 250 exemplaires en quatre mois. 

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Et aussi :

Qui est le modèle de ce tableau de Jacqueline Bret-André ? (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Qui est cet homme ? Au printemps 2020, Elian Cellier est allé jusqu’à Antibes acheter un tableau de Jacqueline Bret-André mis en vente sur Le Bon Coin. Un tableau qu’il a fait nettoyer et encadrer, portrait d’un homme en blouse blanche. D’abord, Elian Cellier pense qu’il s’agit du Dr Arène, éminent personnage bagnolais, mais la famille du docteur affirme que ce n’est pas lui. Le tableau, non daté, reste à ce stade « une énigme », selon les mots du président des Amis d’Albert André.

Thierry Allard

34 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité