ActualitésCultureL'AgendaNîmes

NÎMES-UZÈS Au-delà des écrans : une porte ouverte sur les mondes de l’adolescence

Anaïs, Romane, Brahim, Tsimadrava, Ansfati, Mady, entre autres Z'iconautes, ont participé à la création de la deuxième édition du festival Au-delà des écrans. (Photo : S.Ma/ObjectifGard)

Le festival Au-delà des écrans fête cette année sa deuxième édition. Cette création originale de la Maison des adolescents du Gard et ses Z’iconautes se déroulera du 18 au 21 mai 2022 à Nîmes et Uzès.

Explorer les mondes adolescents autrement. Parce que chaque jeune est différent, chaque adolescence est différente. Cet ambitieux projet a été initié par la Maison des adolescents du Gard implantée à Nîmes et Uzès, avec le lancement en 2021 du festival Au-delà des écrans. Pour rappel, cette structure soutient et accompagne quelque 2 500 jeunes dans le Gard chaque année.

Cette exploration ne peut se faire qu’à travers l’implication des principales personnes concernées, leurs témoignages sur leur quotidien, leur regard sur la société, l’expression de leurs préoccupations. Pour cela, il fallait créer un support et un espace d’échanges. La salle de cinéma où se croisent des populations variées, « est une agora naturelle pour créer des temps d’échanges, de débats« , précise Philippe Rigoulot, le directeur de la MAD 30.

Anaïs, Romane, Brahim, Tsimadrava, Ansfati, Mady, entre autres Z’iconautes, ont participé à la création de la deuxième édition du festival Au-delà des écrans. (Photo : S.Ma/ObjectifGard)

Partenaire de cet événement depuis sa première édition, avec Jean Rochas, le directeur du Capitole à Alès, Jean-Sylvain Minssen, le patron du Sémaphore à Nîmes se réjouit de cette initiative. « Elle va dans le sens de ce que nous faisons déjà à travers d’autres dispositifs mis en place avec le Département. Les adolescents ne vont plus au cinéma, si ce n’est pour voir des Marvel, à la limite. Le seul moyen pour les raccrocher, c’est de leur donner la parole pour qu’ils se sentent investis de quelque chose« , a-t-il réagi.

« Manifestation (rendre visible ce qui est caché) »

Car cette action est directement portée par les adolescents eux-mêmes, ceux inscrits aux cinéclubs des deux antennes de la MDA. Ceux que l’on nomme les Z’iconautes ont participé à toutes les étapes de la construction de ce festival, de la programmation des films – deux longs métrages et quatre courts métrages de différents genres – au nom de l’édition jusqu’à la réalisation de l’affiche. Cette année ce sera donc « Manifestation (rendre visible ce qui est caché) ».

« La manifestation évoque plusieurs choses : la protestation, la colère« , comme on peut la voir s’exprimer dans la rue, « mais aussi l’envie, la jalousie etc« , souligne Mady, un Z’iconaute de 19 ans. Et Tsimadrava Anassi, 24 ans, représentant de l’association Stand-Hop d’ajouter : « Nous avons tous des choses enfouies en nous, des choses qu’on a peut-être envie de montrer sans y arriver et qui finissent par nous ronger. C’est de ça dont il s’agit quand on dit rendre visible ce qui est caché. » Le point levé qui domine l’affiche explicite le point de vue de ces jeunes qui ont eu la chance d’échanger pendant une heure avec Flore Vasseur, la réalisatrice du documentaire Bigger than us programmé lors de leur festival.

Âgés de 16 à 25 ans, ces Z’iconautes animeront les débats après chaque projection de film. Des invités, membres d’équipes de films et des témoins – Claire Levigouroux, Véronique Le Goaziou – se joindront également à eux. Cette deuxième édition du festival Au-delà des écrans aura donc lieu du 18 au 21 mai 2022 au Sémaphore à Nîmes et au Capitole à Uzès. Un festival qui à n’en pas douter gagnera en maturité au fil des années. Et si, bien plus que les acteurs de cet événement, les jeunes devenaient les réalisateurs des films projetés…

La programmation

Le mercredi 18 mai à 18h, le film de Yohan Manca Mes frères et moi sera projeté au Sémaphore en cérémonie d’ouverture. La série de courts métrages sélectionnés par les Z’iconautes – Yùl et le serpent de Gabriel Harel, Les Indes galantes de Clément Cogitore, Majorité opprimée d’Éléonore Pourrait et Max de Florence Hugues – sera diffusée le jeudi 19 mai au Sémaphore et le vendredi 20 mai au Capitole à Uzès. La cérémonie de clôture aura lieu dans ce cinéma, le samedi 21 mai à 18h30. Entrée gratuite – grâce à un partenariat avec la Caisse d’allocations familiales du Gard – sur réservation obligatoire en cliquant ici.

Stéphanie Marin

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité