A la uneActualitésGardNîmesSociété

NÎMES Amandine a trouvé l’association qui lui fait vivre ses rêves

Amandine était figurante pour Hadrien, la guerre des Pictes et sera à nouveau dans les arènes pour Nîmes Cité des Dieux (Photo Anthony Maurin).
Les Ministri présents au spectacle Hadrien, la guerre des Pictes saluent le public en fin de représentation (Photo Les Ministri des Arènes).

Poursuivons la série concernant l’association des Ministri des Arènes et le futur spectacle Nîmes cité des dieux avec Amandine, une figurante, étudiante et pleine d’énergie.

Le spectacle Nîmes cité des dieux sera la deuxième production de R2B et aura lieu les 8, 9, 11, 12, 13 et 15 août. Avec lui, l’association des Ministri des Arènes contribuera à sa deuxième session annuelle dans l’amphithéâtre de la ville pour un show nocturne où l’histoire et le mapping seront complémentaires. Ce genre de spectacle demande une pluralité dans les reconstituteurs, preuve en est avec Amandine. « J’ai 21 ans, je viens de Toulouse, je suis étudiante à Nîmes à la faculté d’éducation. Je suis ici un peu par hasard pour mes études mais cette ville me plaît, Nîmes est à taille humaine, je fais tout à vélo et je croise les mêmes têtes tout le temps, j’aime ça et j’envisage même de continuer en Master, voire être en poste ici comme professeure des écoles. »

Amandine était figurante pour Hadrien, la guerre des Pictes et sera à nouveau dans les arènes pour Nîmes Cité des Dieux (Photo Anthony Maurin).

Envie et dynamisme sont l’essence des spectacles vivants. La jeunesse n’empêche pas de se mêler aux autres, ni même de vouloir faire briller son territoire. Encore faut-il connaître les activités… « J’ai connu les Ministri par Facebook puis j’ai lu un article dans le journal. Je me suis inscrite sans savoir quoi faire mais, quand j’étais petite mes parents et moi étions venus à Nîmes exprès pour voir ce spectacle (Les Grands jeux romains, NDLR). J’ai toujours aimé le monde associatif, rencontrer des gens, faire des choses, créer du lien. Cette fois, je me suis dit que le compromis avec la culture était sympa. Je ne pensais pas être prise mais je l’ai été et mes amis m’ont chambré. Par habitude, je me lance souvent dans des choses improbables car j’aime tester des expériences ! Ils sont venus me voir et ils se sont régalés alors qu’ils ne s’attendaient pas à passer un bon moment. Nous ne sommes pas payés mais même si on ne le fait pas pour ça, on nous met en lumière, on devient des petites stars !« 

Les Ministri, une association qui est à l’écoute

Jouer sur scène, exige une certaine rigueur. Les répétitions prennent du temps, les rôles sont parfois ingrats mais l’essentiel, c’est les sensations ressenties en amont du spectacle, mais aussi pendant et après. Pour cela, il faut tomber sur une bonne association. « Les Ministri est une association qui prend soin de ses adhérents. Ils font tout pour faire passer un moment meilleur que prévu. Le midi, on mangeait ensemble et c’était offert. On a eu une petite bouteille d’eau, on prend soin de nous, on n’a pas l’impression d’être utilisé. Tout est perfectible, évidemment, mais c’est justement ce qui nous donne envie de nous investir un peu plus. On pense déjà à ce qu’on peut faire pour améliorer les choses.« 

Quelques Ministri ayant participé à Hadrien cette année (Photo Archives Anthony Maurin).

Oui, comme dans chaque association il y a des choses à améliorer mais les Ministri n’existe que depuis quelques petits mois seulement. Autre souci déjà effleuré plus haut, le temps que nécessite la préparation d’un spectacle. « J’avais sous-estimé ça ! Je pensais associer les répétitions et les partiels mais ce fut dur… J’y suis malgré tout arrivée ! Il faut se dire que c’est beaucoup de temps, de travail et encore plus d’attente. Il faut vraiment le prendre en compte car sans répétition, pas de spectacle. C’est important et c’est là que le milieu associatif prend le dessus. J’ai adoré vivre ça, les gens sont comme nous, c’est un vrai moment de fête. Je n’imaginais pas trouver ça dans ce milieu que je pensais très artistique. On donne du bonheur et on en reçoit autant, c’est un bel échange. Il y a une part de magie ! » Même si on ne comprend pas toujours le sens des répétitions, même si c’est long et que tout le monde semble désespéré, le coup d’adrénaline du jour J vous remettra en place.

Un expérience humaine incroyable

Le bilan de cette première pour Amandine est donc positif. Si positif qu’après Hadrien, elle va continuer avec Nîmes cité des dieux en août. Mais pourquoi ? « La plus grosse partie de ma motivation, c’est justement pour revivre l’échange humain. Revivre aussi cette expérience de voir les arènes différemment. Il faut donner envie aux gens de faire ça, c’est extraordinaire. Je veux aussi voir ce spectacle d’un autre angle. C’est inspirant, même pour mon boulot, j’y pense, je crée de choses, j’ai plus d’idées… » Mais parfois, dans cette belle association, Amandine voit des manques.

Faire partie d’un spectacle, Hadrien ou Nîmes, cité des Dieux, est une chose à vivre dans sa vie ! (Photo Archives Anthony Maurin).

« Les Ministri manque de jeunes ! Pourtant, l’asso et le spectacle sont accessibles, ça demande un investissement, mais si on parle d’expérience ça vaut mille fois le temps investi et si vous ajoutez le côté humain vous multipliez tout ça par mille. Il faudrait faire plus de communication à la fac par exemple. Je suis sûre que les jeunes viendraient, en Licence c’est quand même léger, je me suis investie dans pas mal de choses. Je vois qu’il manque aussi d’hommes. » Messieurs, allez-y, n’ayez aucune crainte, vous ne serez jamais ridicule, vous ne serez jamais incompris, bien au contraire, vous allez comprendre votre ville et participer à une expérience unique.

Amandine aux abords de la costumerie (Photo Amandine B.)

La preuve… « Je ne me suis même pas posée la question de la honte ou pas ! On ne parle pas de déguisement mais de costume. Est-ce qu’un pompier qui porte un uniforme se pose la question ? Non. Nos tenues sont faites pour des spectacles, elles doivent faire rêver le public, le faire voyager. Pour Nîmes cité des dieux, ce sera un peu différent parce que les tenues seront plus une évocation qu’une réalité.« 

Un moment privilégié

Autre beauté de ce genre de moment, la salle de spectacle elle-même. Là, c’est du lourd. Pour Hadrien en journée, pour Nîmes cité des dieux en nocturne. Une vraie raison de participer. « Les arènes, c’est extraordinaire ! Un lieu privilégié, on a de la chance d’être là. On voit les endroits non accessibles, on voit tout différemment, j’étais avec un Nîmois, Sébastien, qui connaissait bien les arènes et qui m’expliquait tout. Je m’étais inscrite exprès à la course la Nocturne pour ces mêmes raisons… Je regrette de ne pas avoir fait les visites aux flambeaux. J’ai toujours un frisson quand je rentre dans les arènes. Plus tu y es, plus tu as envie d’y revenir. Il m’a simplement manqué un moment en groupe, mais la pluie l’a empêchée le dernier jour de spectacle…« 

Amandine devant ses arènes (Photo Anthony Maurin).

Un dernier mot pour achever de convaincre les plus indécis ? « Motivez-vous ! On vous attend. Plus on est, plus ce sera extraordinaire et fort en émotions. Cette expérience est intense, il faut la vivre au moins une fois. Chacun a forcément quelque chose à apporter. Il ne faut pas avoir peur, pas se mettre de frein et se laisser l’opportunité de faire tout ce qu’on peut faire en ayant dans la tête qu’il faut prendre du temps. Mais ce temps est bénéfique à votre construction personnelle. C’est vraiment une chouette aventure !« 

Pour acheter vos places, c’est par là. Pour adhérer à l’association des Ministri des Arènes, c’est par là et par ici pour s’inscrire en vue du spectacle.

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 38 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité