A la uneActualitésEconomieGardInsolitePolitique

ÇA RESTE ENTRE NOUS Les indiscrétions de la semaine

La Coupole de la peur. Le temps de l’entreprise n’est pas tout à fait le temps de la commande publique. Les équipes de la Socri qui ont repris voilà plusieurs mois maintenant la Coupole de Nîmes l’ont appris à leur dépens. Motivées et ambitieuses pour faire rayonner ce joyau commercial du cœur de ville, elles se sont pris un mur de la collectivité avec à sa tête l’élu en charge des Halles, Christophe Pio, qui pense savoir tout mieux que tout le monde. Pas question de toucher aux étaliers et encore moins de placer un escalator de bas en haut pour convaincre les badauds d’aller voir quelques étages plus loin s’il n’y aurait pas quelques chalands intéressants. Pire, on remet en cause le crédit de la foncière, spécialiste de la redynamisation de centres commerciaux, qui n’a pas besoin de Nîmes, loin de là. Comme si finalement parce que l’on ne serait pas de Nîmes, on ne comprendrait rien. Mais en la matière, sans faire déshonneur à la majorité municipale, la Socri connaît un peu le boulot. Plutôt bien même. Elle a connu le succès dans de nombreuses villes en France et a d’autres chats à fouetter que de négocier sempiternellement avec un vendeur de maison individuelle. On commence à se demander si finalement l’ancien opérateur Aviva, traité de tous les noms pour ne pas être parvenu à dynamiser le lieu, était réellement responsable de cette inertie. Car aujourd’hui, c’est le même manège qui se déroule sous nos yeux. Selon nos informations, tout est à l’arrêt. Les Galeries Lafayette, Nespresso et d’autres enseignes de renommée internationale temporisent. D’autres fuient. La dernière en date : Desigual. Et la Fnac, locomotive de la Coupole, ne va pas ronger son frein encore dix ans. Toutes attendent inlassablement que le projet de rénovation démarre. Pour cela, il faudrait d’abord que le décideur final, le centre névralgique, la Ville, lance les premières pistes de sa refonte des Halles. Pour enfin imaginer la suite. Julien Plantier, le premier adjoint, pousse depuis longtemps en ce sens. In fine, c’est Jean-Paul Fournier qui donnera le « la ». Après l’été. Sa priorité est tournée vers le Palais des congrès, son dernier grand projet de maire-bâtisseur. À la fin, espérons tout de même que la rénovation de la Coupole, comme celle du Parnasse promise à l’Usam, ne finisse pas aux oubliettes. La principale victime serait encore le centre-ville qui aura bien du mal à s’en remettre…

L’argent par les fenêtres (de la voiture) ? Nîmes métropole est en proie à des difficultés économiques même si depuis deux ans, Franck Proust, le président, a fait en sorte de limiter la casse et d’inverser la tendance sur la dette. Pourtant, du côté de la Ville, on remarque que le robinet est de nouveau ouvert. Pour les vingt ans de Nîmes métropole, il y a quelques semaines, « on avait l’impression que c’était sans limite », glisse un élu. Pour les dix ans de Paloma à la rentrée de septembre, Jean-Paul Fournier, le maire, a posé la question de l’enveloppe consacrée. « Pas question de faire de l’ombre à la mairie avec des fiestas tous les six mois », avance un témoin au sein du cabinet du maire. Dernier sujet sur la table, le nouveau véhicule de fonction de Franck Proust « une DS9 dernier cri, 300 chevaux. On le voit bien, on se fait plaisir ». Contacté, le cabinet du président de Nîmes métropole rappelle que le véhicule de fonction précédent était en location et arrivait à échéance. « L’Agglo de Nîmes a fait un choix raisonnable et raisonné. Acheter le véhicule qui appartiendra à la collectivité alors que jusque-là, on balançait l’argent par les fenêtres. » Vivement les vacances pour apaiser un peu les tensions entre tous ces amis Les Républicains

14 juillet avant l’heure ? La préfète du Gard marque de plus en plus de points et semble aujourd’hui faire l’unanimité, à l’exception de quelques aigris (y compris hors politique). Alors que pendant les premières semaines de sa prise de fonction, il y a un an, beaucoup d’élus semblaient regretter le départ de Didier Lauga son prédécesseur qui avait marqué les esprits, aujourd’hui, c’est la parfaite entente avec tous les territoires. Les retours des maires et des élus sont positifs. La démarche constructive, à l’écoute, et surtout très franche de la préfète au moment de prendre les décisions, est très appréciée. Elle sait aussi mettre les petits plats dans les grands. En fin de semaine, dans les jardins de la préfecture à Nîmes, elle n’a pas hésité a inviter tous les élus du Gard : maires, président de Communautés de communes, députés (…) pour une garden-party avant l’heure. Un moment largement apprécié par les invités qui, depuis la crise Covid, ont plus de mal à se retrouver hors de leur commune. Les sourires étaient de rigueur à la sortie pour les élus présents. Particulièrement pour les sénateurs Denis Bouad et Laurent Burgoa qui n’auraient manqué ce moment pour rien au monde. Tout comme la discrète Françoise Laurent-Perrigot, présidente du Conseil départemental du Gard. Manquaient toutefois à l’appel, Max Roustan et Jean-Paul Fournier.

Le grand salon (faux-culs) des maires. Au Parc des expositions de Nîmes en fin de semaine, tous les maires du Gard avaient rendez-vous pour le traditionnel Salon des maires du Gard. Un grand raout où chacun expose son plus grand stand, ses plus grandes réalisations. Où les opérateurs privés rappellent à quel point ils sont indispensables à la réalisation publique. Ce sont aussi quelques moments savoureux, un peu comme la célèbre émission L’école des fans, où tout le monde obtenait la note de 10 sur 10. Les élus, petits et grands, se félicitent mutuellement pour leur travail accompli. On y voit aussi de grands sourires et d’encore plus grandes embrassades alors que certains se mettaient sur le pif, il y a à peine quelques semaines lors de la Présidentielle et des Législatives. Point d’orgue de la séquence, les mamours entre Philippe Ribot, le président des maires du Gard et maire de Saint-Privat des Vieux, candidat Ensemble à la députation et Christophe Rivenq, président d’Alès Agglomération, qui ne sont pas passées inaperçues. En grande discussion, beaucoup se sont étonnés de cette hypocrisie qui ne dit pas son nom. Probablement que cet évènement n’avait finalement qu’un seul objectif : enterrer la hache de guerre le temps de quelques heures. Rassurez-vous, elle a été ressortie sur le parking du Parc des expositions au moment du départ…

Tebib rencontre la nouvelle ministre des sports. Mardi prochain, le président de l’USAM Nîmes-Gard, David Tebib, prendra la route direction Paris. Avec sa casquette de président de l’Association nationale des ligues sportives professionnelles (ANLSP), il a rendez-vous avec la ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra, pour faire le point sur les enjeux et les besoins en perspective de la nouvelle saison qui va s’ouvrir pour les différentes ligues. Alors que le nombre de personnalités politiques du Gard susceptibles d’avoir accès au pouvoir s’est réduit comme peau de chagrin, il va falloir désormais regarder du côté des  personnalités de la société civile pour faire avancer le territoire…

Gillet prend ses marques. Alors que le 19 juin dernier sa victoire fut une grande surprise, à la fois pour La République en marche persuadée de conserver la première circonscription, mais aussi pour l’intéressé, Yoann Gillet a depuis pris ses marques à Paris. Il vient de recruter ses deux attachés parlementaires : un homme et une femme selon nos informations. L’un restera dans le Gard en appui du territoire, l’autre travaillera à Paris à ses côtés. En attendant de montrer réellement ce qu’ils ont dans le ventre, et si réellement ils seront utiles au département – ce dont beaucoup doutent – on peut toutefois souligner que l’ancien directeur de cabinet de Beaucaire prend soin de respecter la parité…

Le conseil départemental des jeunes retoqué ? Initiative du Département du Gard, le Conseil départemental des jeunes est une très bonne initiative. Projet phare du début de mandat de Françoise Laurent-Perrigot, il a pour objectif de mettre la jeunesse au cœur de ses politiques publiques. Dispositif de démocratie participative, il entreprend de favoriser la discussion, la réflexion et l’action, et invite la jeunesse à faire entendre sa voix, notamment sur les projets du Conseil départemental. Sauf que ce projet connaît sa première secousse. Et celle-ci vient directement de l’Éducation nationale. En effet, les équipes du Département ont sollicité des écoliers. Or, la compétence de la Collectivité est centrée sur les collèges. Aussi, pour enrôler des jeunes dans le dispositif, une autorisation préalable du Dasen et de l’Académie de Montpellier était nécessaire. Un rappel des règles a donc été soumise au Département. Pour le moment, l’État réserve encore sa décision sur l’intégration d’écoliers dans ce Conseil départemental des jeunes…

Handicap : le Département sort le chéquier. Face aux délais d’instruction trop longs des dossiers de la MDPH (Maison départementale des personnes handicapées), le Conseil départemental prévoit d’acheter un nouveau logiciel. À lecture optique, celui-ci permettra aux agents de ne plus saisir les informations contenues dans les documents Cerfa. Cet équipement pourrait également bénéficier aux agents traitant les demandes d’APA (Allocation personnalisée pour l’autonomie). Il faut bien rentabiliser… Avec la formation et la maintenance, ce logiciel coûte la coquette somme de 400 000 €.

Solidarité : grand-messe au Pont du Gard. Le 7 juillet, l’ensemble des élus et des partenaires ayant planché sur le nouveau schéma départemental des solidarités sont conviés à l’aqueduc romain pour assister au bilan de la grande consultation lancée par le Conseil départemental. Depuis des mois, bon nombre d’élus de la majorité vantent cette concertation comme étant une méthode de travail innovante. Effectif sur cinq ans, le schéma doit contenir des propositions concrètes pour répondre à l’ensemble des défis que connaît le Gard : vieillissement de la population, insertion dans la vie professionnelle ou encore difficultés à se loger.  

L’ambitieuse Pascale Prat. Cela fait un peu plus de deux mois que Pascale Prat est devenue maire d’Aramon, suite au décès soudain de Jean-Marie Rosier. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la nouvelle première magistrate a de l’ambition. Dans le magazine municipal, elle affirme sa volonté de replacer sa commune « au centre (de ce) très attractif bassin économique« , grâce au dispositif « Petites villes de demain ». Tellement emballée par le programme, Pascale Prat a même signé son laïus en tant que « maire d’Avignon« . Pas de temps à perdre, autant passer directement à l’étape « Grandes villes de demain ». À 88 000 habitants et 4 lettres près, on y est déjà. N’en déplaise à Cécile Helle, l’actuelle maire d’Avignon…

Où vos politiques partent-ils en vacances ? Comme beaucoup de Français, les élus gardois préparent leurs vacances d’été après une année 2021-2022 parfois riche en émotions. Seul député rescapé de la majorité présidentielle, Philippe Berta partira quinze jours en Corse rejoindre des amis pour, entre autres, assister au festival de cinéma de Lama. Le sénateur Les Républicains Laurent Burgoa pliera bagage le 11 août, date de clôture de la session parlementaire, pour se rendre en famille à Malaga avec au programme « farniente et toros ». Espagne aussi pour Valérie Rouverand, co-référente Renaissance dans le Gard, qui partira se ressourcer sur les terres de sa grand-mère, à Villajoyosa, près d’Alicante. De son côté, le député Yoann Gillet assure, lui, que son été sera studieux avec la préparation de son nouveau mandat (ouverture de sa permanence, rencontre avec des associations…). Et le maire de Nîmes ? Il décollera début août avec toute sa famille pour deux semaines de repos en Corse du sud. Franck Proust, lui, accueillera son petit-fils à Nîmes avant de décoller en famille direction la Costa brava. Enfin, Fabrice Verdier, président de la Communauté de communes du Pays d’Uzès, rejoindra les terres de Lozère. Bonnes vacances !

La rédaction

Comme les hommes et femmes politiques gardois, les indiscrétions du dimanche vont prendre des vacances pour mieux revenir à la rentrée. D’ici là, on vous souhaite à tous un excellent été ! 

 

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité