A la uneActualitésNîmesPatrimoine

NÎMES L’Unesco, les commentaires et l’espérance d’une inscription

Elle est belle notre Maison carrée ! (Photo Anthony Maurin).
La Maison carrée (Photo Archives Anthony Maurin).

Sur le site Internet que la Maison carrée dédie à sa campagne d’inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, vous pouvez laisser un commentaire.

L’échéance approche à grands pas, et la ville de Nîmes compte sur vous. Et même si le bureau du Comité du patrimoine mondial a décidé que la 45e session du Comité du patrimoine mondial, initialement prévue du 19 au 30 juin 2022, serait reportée. On attend encore la confirmation de la nouvelle date. En attendant, pas grand chose de nouveau sous le soleil. Nîmes représente avec Rome l’un des témoignages urbains les plus complets en Occident de la civilisation romaine. Fondée au Ier siècle avant notre ère, la cité conserve de cette période un amphithéâtre, une tour de guet avec la Tour Magne, un castellum aquae, un temple de Diane qui n’est autre qu’un vestige du sanctuaire de la Fontaine, deux portes d’entrée telles que la Porte d’Auguste ou celle dite de France sont autant d’édifices marquants de la culture gallo-romaine présents dans la ville.

Avec une nouvelle muséographie, le temple romain le mieux conservé au monde est à découvrir (Photo Archives Anthony Maurin).

Parmi tous ces monuments remarquables que la Ville a choisi pour tenter l’aventure Unesco, tenant compte des recommandations d’ICOMOS de proposer à l’inscription sur la liste du Patrimoine Mondial, le seul édifice nîmois qui, au-delà de son état de conservation et de sa beauté architecturale, pouvait témoigner de valeurs négociées et partagées entre Rome et les populations locales. C’est donc bien la Maison carrée, temple dynastique dédié aux héritiers d’Auguste, qui a été choisie et qui sera aussi soutenue par l’État français lors de la prochaine session de l’Unesco.

D’ailleurs, actuellement, des émissaires sont présents sur le sol nîmois. Des visites qui calibrent les possibilités, qui identifient les enjeux et qui propulsent Nîmes, une nouvelle fois, dans un univers qu’elle n’a pas l’habitude de vivre au quotidien. L’universalité du patrimoine de la cité des Antonin est indéniable, notamment si l’on regarde attentivement l’héritage romain subsistant et encore visible. La problématique est toutefois importante. La France et l’empire romain sont tous les deux fort bien représentés à l’Unesco. Alors autant vous dire qu’il faut un dossier en béton armé. De plus, cette année est un peu spéciale pour l’Unesco car la vénérable institution célèbre les 50 ans de la Convention du patrimoine mondial (en novembre prochain). Depuis, le patrimoine mondial est considéré comme une source de résilience, d’humanité et d’innovation.

De nouvelles explications, simples et claires (Photo Archives Anthony Maurin).

À Nîmes, sur le site Internet dédié à la Maison carrée, tout un chacun est appelé à commenter, à laisser un petit mot, un dessin ou une photo sur ses sentiments à l’égard de la Maison carrée. À l’instar de Mary Bourgade, adjointe en charge du dossier Unesco à Nîmes : « Notre Maison carrée racontée dans la cella et c’est historique. Cette restauration est un plus pour cette candidature au Patrimoine mondial de l’Unesco ! » D’autres, comme Tibo, regrettent leur départ de Nîmes. : »Je t’ai quitté bien trop tôt. Aujourd’hui ça fait 20 ans. » Eiraud, n’y voyez aucune blague, parle en connaisseur : « C’est en voisin que j’ai pu admirer la nouvelle scénographie de la Maison carrée. Quel bonheur de rendre hommage à l’histoire de ce joyau de Nîmes, que nous espérons tous voir rapidement inscrit au patrimoine mondial. »

À l’intérieur… Les volumes quasi retrouvés du temple romain (Photo d’archive Anthony Maurin).

Pour Volfart ou encore Pascale Cohen Tetelbom : « Trop rares sont les vestiges du passé encore resplendissants. La Maison carrée, visitée aujourd’hui, en fait partie ! Magnifique avec autour d’elle le Pont du Gard, les arènes de Nîmes et d’Arles, les voies romaines…. » Ou encore : « Carrément unique ! Mes parents m’ont fait découvrir la Maison carrée et j’ai joué sur ses escaliers incroyables, j’ai vu disparaître les colonnes en face et apparaître le Carré d’Art. C’est mon histoire, celle de ma famille, c’est mon patrimoine, celui de Nîmes et de l’Humanité. »

Franz-Olivier Giesbert, entouré du maire de la ville Jean-Paul Fournier et de Mary Bourgade, adjointe déléguée à l’Inscription à l’Unesco, est le parrain de cette candidature nîmoise (Photo Archives Anthony Maurin).

Yann rappelle quant à lui un passé proche dont l’Unesco est friand : « Depuis son lifting en 2007, la Maison carrée est juste resplendissante ! C’est le monument le plus emblématique de la ville de Nîmes. Un joyau symbole de la richesse de notre patrimoine. » Témoin du passé, la Maison carrée est garante de notre avenir. Cette réflexion signée d’un certain Guillaume est assez juste. En effet, une inscription sur la liste du patrimoine mondialiserait une excellente chose pour la préservation de ces monuments, pour l’attractivité de la cité et pour son économie. Même Yukuo Murata, consul général du Japon à Marseille, est avec les Nîmois dans cette aventure : « Je souhaite du fond du cœur qu’elle soit au patrimoine mondial de l’Unesco. » Pour Véronique Roger-Lacan, ambassadrice de France à l’Unesco : « Longue vie à la Maison carrée, la belle antique pourra traverser le temps, de la Pax Romana à la démocratie française. Nous l’accompagnerons tous ensemble vers la valeur universelle exceptionnelle du patrimoine mondial ! »

Des commentaires qui font plaisir et qui donnent à lire aux inspecteurs des paroles vivantes et vivaces. Nîmes et les Nîmois aiment leur patrimoine, leur histoire. C’est grâce à eux si ses échos du passé sont encore fièrement visibles au XXIe siècle plus ici qu’ailleurs. Nîmes, la Maison carrée et l’histoire qui lie la ville au reste du monde méritent d’être connue par… le plus grand nombre !

Pour plus d’informations et de compléments historiques, c’est par ici.

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 38 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité