A la uneActualitésBagnols-UzèsPolitiqueSociété

BAGNOLS/CÈZE Dernière fête de la MAS à la Maison Chave, avant le grand déménagement

Il y a quelques années, lors de la fête des dix ans de la MAS, à Bagnols (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Il y a quelques années, lors de la fête des dix ans de la MAS, à Bagnols (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Ce vendredi 23 septembre, à partir de 19h, la Maison des alternatives solidaires (MAS) de Bagnols/Cèze organise sa fête. Au programme : un repas festif, une buvette et deux concerts. C’est sans doute la dernière grande soirée au sein de la Maison Chave. L’association va bientôt emménager dans un nouveau lieu. 

Treize ans que la MAS existe à Bagnols/Cèze. Treize ans que les bénévoles et l’équipe salariée s’investissent pour faire vivre cet endroit qui vise à développer le lien social et la solidarité. La MAS fait fonctionner une épicerie et une table solidaires, sans oublier les nombreux ateliers. Depuis sa création, l’association siégeait et menait ses activités au sein de la Maison Chave, située dans le centre-ville. Il se trouve que l’édifice fait partie du périmètre du projet de reconversion de l’îlot Carcaixent.

En d’autres termes, cette friche commerciale (ancien Monoprix), la barre HLM comprenant 19 logements et ses abords vont être démolis à compter de début 2023 (la Maison Chave constituera la dernière étape, ndlr). Ce chantier, financé par le plan de Relance et s’inscrivant dans la convention passée avec l’ANRU (Agence nationale pour la rénovation urbaine), vise à « améliorer la jonction entre le centre ancien et les Escanaux« .

À la place, la municipalité a imaginé un nouveau projet comprenant notamment une maison de santé, une résidence seniors, des logements, des commerces et des services administratifs. Si les locataires des 19 appartements concernés ont tous une solution de relogement, reste encore à relocaliser le club ASBM-cyclo, l’association des retraités du BTP du Gard rhodanien et la MAS. Pour cette dernière, il fallait respecter quelques critères de recherche : un bâtiment plus grand, accessible, en centre-ville qui appartient soit à la mairie, soit à l’Agglomération.

Il fallait aussi des locaux pouvant accueillir une cuisine afin de répondre aux normes et poursuivre le restaurant solidaire. Ce sont tout de même 6 000 repas qui sont servis chaque année. « On a énormément cherché. Il fallait absolument un bâtiment communal pour ne pas que les aides financières versées à la MAS servent à payer le loyer (la mairie supporte financièrement la location et les fluides de la MAS, ndlr). Ce serait idiot. Mais on n’a pas trouvé en centre-ville…« , indique le maire, Jean-Yves Chapelet.

Une relocalisation dans l’espace Paul-Ullmann

Après avoir étudié plusieurs pistes, la Ville a finalement proposé à la MAS d’être relocalisée dans l’espace Paul-Ullmann, qui se situe sur l’avenue Vigan-Braquet. Actuellement, les murs hébergent ponctuellement des associations sportives mais la cohabitation est tout à fait possible. Cet espace de plain-pied est idéal et peut accueillir aisément le restaurant, les ateliers, l’épicerie, les bureaux, un véritable lieu de convivialité avec un extérieur.

Le seul bémol, c’est la localisation excentrée. « Mais juste en face, il y a un arrêt de la navette urbaine gratuite. Et beaucoup d’usagers de la MAS viennent aussi de Vigan-Braquet« , pointe le maire. Il y a également un grand parking à proximité. Lors de son conseil d’administration du 15 septembre, l’association a finalement accepté la proposition de la mairie à l’espace Ullmann.

A priori, la Maison des alternatives solidaires va déménager dans l’espace Paul-Ullmann. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Le vice-président de la MAS, Éric Charray, compte « sur le capital confiance construit depuis des années et sur l’attachement réel des usagers » pour que cette transition se passe au mieux. Il le rappelle : « On accueille des personnes parfois contraintes dans leurs déplacements, parfois altérées, qui portent le poids de leur vie. On sait combien ça compte pour eux. » Mais ce nouveau lieu ouvre également de nouvelles perspectives à cette association, à l’étroit jusqu’à présent. « Là, on est empêché de faire des choses. On va pouvoir travailler dans de meilleures conditions et mieux accueillir les usagers dans ce nouveau lieu à nous« , se réjouit la présidente, Ghislaine Pagès.

Et pour que l’équipe et les usagers retrouvent au mieux ses marques, la mairie va engager des travaux d’aménagement dès janvier 2023 dans l’espace Paul-Ullmann. « Selon notre estimatif, il y en a pour plus de 100 000€« , lance Jean-Yves Chapelet. La Ville prendra aussi en charge le déménagement et va aider l’association en terme d’ingénierie. La CAF qui a labellisé la MAS en tant qu’Espace de vie sociale (EVS) en 2020 sera également sollicitée. « On s’est fixé comme objectif que la MAS soit dans ses nouveaux murs et que tout soit opérationnel pour juin 2023. On a huit mois devant nous« , conclut l’édile, pour qui la MAS « est une vraie nécessité sur le territoire« .

Marie Meunier

La fête de la MAS se déroulera ce vendredi 23 septembre, à partir de 19h, à la Maison Chave (3, rue Saint-Victor). En concert, il y aura Michèle Lého qui déroulera un répertoire allant de Piaf à Joplin, entre reprises et compositions. Puis ce sera au tour de Rock for Heaven d’animer la soirée. Repas festif maison et buvette sur place. Plus d’infos au 04 66 39 46 29 ou sur le site Internet de la MAS en cliquant ici. 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité