A la uneActualitésEconomieGard

SAINT-GILLES Près de 80 salariés en grève, Carrefour et Force Ouvrière en opposition

Les salariés gardois de Carrefour en grève ce vendredi (Photo Force Ouvrière)
Les salariés de chez Carrefour en grève cet après-midi (Photo Force Ouvrière)

Non satisfaits après les négociations d’hier soir au niveau national, le syndicat Force Ouvrière a appelé à manifester ce vendredi dans les plateformes logistiques du groupe Carrefour Supply Chain. Ils étaient environ 80 salariés à faire grève ce vendredi à Saint-Gilles. La direction de Carrefour répond au syndicat.

Lors des négociations annuelles obligatoires (NAO) en février dernier, Force Ouvrière, majoritaire chez Carrefour, a obtenu une clause de revoyure en cas de l’augmentation de l’inflation. Les tarifs sont en hausse alors le syndicat a fait valoir cette clause auprès de la direction. Après une première réunion qui n’a pas abouti, le groupe a proposé une augmentation des salaires de l’ordre de 2% au 1er novembre 2022. Une proposition non acceptée par le syndicat qui souhaite un ajustement par rapport au taux d’inflation estimé à 5,8 %.

La FGTA-FO (Fédération de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire) a ensuite appelé à la grève : ce vendredi 23 septembre dans les entrepôts et ce samedi dans les magasins. À la suite de cet appel, une autre réunion s’est tenue hier soir au niveau national entre direction et syndicat pour évoquer à nouveau cette augmentation de salaire en fonction d’un coût de la vie plus chère. La direction a décidé de proposer 2,5% d’augmentation de salaire à partir du 1er novembre 2022. Mais pour Force Ouvrière, le compte n’y est toujours pas.

« L’augmentation la plus importante de toutes les entreprises de la grande distribution »

« Tout augmente. Notre salaire est rattrapé par le Smic avec désormais un écart de seulement huit centimes. Il y a dix ans en arrière l’écart était de 1,05€. On est passé de 80 € à 13 € d’écart, nous sommes des travailleurs smicards. On ne peut pas l’accepter », explique Kamal Akabli, délégué syndical Force Ouvrière au sein de la plateforme logistique Carrefour Supply Chain à Saint-Gilles. Sur les 450 salariés employés sur le site gardois, environ 80 étaient en grève ce vendredi pour protester.

Du côté de Carrefour, l’enseigne donne également sa version des faits par le biais d’un communiqué envoyé aujourd’hui à notre rédaction en rappelant en premier lieu que depuis août 2021, les salaires ont été augmentés de 8,3%. « Il s’agit de loin de l’augmentation la plus importante de toutes les entreprises de la grande distribution, là où le taux d’inflation est d’environ 5,8% en France », tient à préciser le groupe. En plus des 2,5% d’augmentation proposés, Carrefour ajoute une prime de partage de 100 € ainsi qu’une prolongation de la remise des chats de 12% (carburant compris) jusqu’au 31 mars 2023.

La chaîne de grande distribution a aussi rappelé les mesures de soutien mises en place depuis un an : 5,7% d’augmentations de salaire accordés depuis novembre 202, l’Indemnité inflation doublée en novembre 2021 (200 €), la revalorisation de la remise sur achats de 10% à 12% carburant compris, l’Intéressement en hausse de +11% (soit 417€) par rapport à 2021 et la participation en hausse de +14% (soit 941€) par rapport à 2021 (elle a augmenté de 64% en 4 ans). Pour Force Ouvrière, cela n’est pas suffisant. Après les plateformes logistiques vendredi, ce sont les salariés des magasins qui font grève ce samedi. Une manifestation est notamment prévue au Carrefour de Nîmes route d’Arles demain matin.

Sur le même sujet : L’INTERVIEW Grève chez Carrefour : « Que les clients soient solidaires en ne se déplaçant pas ce samedi », invite FO

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité