Publié il y a 1 an - Mise à jour le 29.06.2022 - abdel-samari - 2 min  - vu 2603 fois

ÉDITORIAL Le covid est de retour : tous aux abris

L'épidémie de covid est de retour. Et pas qu'un peu. Les sous-variants d'omicron, la dernière version du coronavirus connue, ont décidé de jouer avec nos nerfs. En plein été. Comme pour nous gâcher ce moment de repos tant attendu après une année bien remplie. Dans le Gard, le taux d'incidence dépasse allègrement la cote d'alerte, on est déjà à près de 700 pour 100 000 habitants. Rappelons qu'il y a deux ans, à 50, tout le monde devait se mettre à l'abri. À l'heure actuelle, un test covid sur quatre est positif. Donc vous avez compris qu'à ce rythme, un paquet d'entreprises vont devoir faire avec un quart de salariés en moins. Avec les vacances au milieu, on ne vous fait pas un dessin. Oui, mais depuis, les vaccins sont arrivés. Avec leurs rappels successifs, on nous l'a promis, on est protégé. Protégé contre les formes graves mais pas contre le virus. Et sans masque ni mesures barrières, il se répand comme une traînée de poudre. Rien ne nous dit donc que le masque, déjà fortement recommandé dans les transports, ne va pas faire son grand retour dans les lieux fermés. Et en extérieur, pourquoi pas ? Et le pass sanitaire adoré être à nouveau enclenché à partir du 1er août prochain comme la rumeur l'annonce. Encore faut-il que l'Assemblée nationale accepte de prolonger l'état d'urgence. Et vu la situation depuis les Législatives, c'est loin d'être gagné. Entre les complotistes, les amoureux de la liberté malgré le danger et les députés qui n'ont qu'une obsession - faire obstruction -, on est loin d'être arrivé. Il va falloir aussi rapidement trouver une solution pour nos aînés. Les rendez-vous disponibles pour se faire vacciner sont au bon vouloir des officines, médecins de ville, sages-femmes et infirmières qui veulent bien jouer le jeu. L'Agence régionale de santé l'assure pourtant : il y a des doses à ne plus quoi en faire. Mais encore faut-il trouver des bras dans lesquels injecter la potion magique. Et vacciner tous les plus de 60 ans en France, cela reste une affaire loin d'être simple. Encore davantage en période de vacances où les personnels de santé ont aussi droit au repos. Et peuvent aussi être enfermés à double tours à cause du covid. Le serpent qui se mord la queue. C'est comme cela qu'on dit ?

Abdel Samari

Abdel Samari

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio