A la une
Publié il y a 1 mois - Mise à jour le 05.10.2022 - francois-desmeures - 2 min  - vu 840 fois

FAIT DU JOUR Axens à Salindres : 25 M€ d'investissement pour un nouvel atelier de catalyseurs

La partie extérieure de l'atelier Ceven, sur le site Axens de Salindres (photo François Desmeures / Objectif Gard)

Ceven devient le 21e atelier d'Axens à Salindres (photo François Desmeures / Objectif Gard)

Phare industriel du bassin alésien, Axens inaugurait ce mardi 4 octobre son nouvel atelier Ceven, en présence de son actionnariat, des élus et représentante de l'État, qui a participé au financement. De quoi renforcer sa position de numéro 1 mondial des catalyseurs de carburants, alors qu'il assure déjà 40 % du marché mondial pour l'essence. 

Non, les dirigeants d'Axens, qui ont phosphoré sur le nom du nouvel atelier inauguré hier à Salindres n'ont pas commis une grossière faute d'orthographe. Ceven est né d'un jeu de mots entre la localisation de l'usine, certes, et le fait que la nouvelle construction soit "le septième atelier d'imprégnation de l'usine", dixit Jean Sentenac, le PDG d'Axens.

Henri Thomas, directeur de l'usine Axens de Salindres (photo François Desmeures / Objectif Gard)

Sur six étages et plus de 2 000 mètres carrés, la matière première reçoit des supports en alumine. Voyageant du bas vers le haut du bâtiment, la matière est séchée puis reçoit un traitement thermique, est cuite en d'autres termes. Ceven sortira environ 6 000 tonnes par an de ces "granulés constitués d'un support d'aluminium très poreux", selon un responsable de l'usine, qui vise à "améliorer le rendement des réactions ainsi que la sélectivité".

"Brique essentielle de la chimie verte"

Une "brique essentielle de la chimie verte", selon les responsables d'Axens, alors que 40 % de la consommation mondiale d’essence à bas soufre et 15 % de celle de diesel à bas soufre sont déjà fabriqués avec des catalyseurs provenant du site salindrois. Sans ces catalyseurs, selon l'entreprise, 50 % de soufre supplémentaire seraient rejetés dans l'atmosphère. Le groupe Axens, dans son ensemble, exporte 95 % de son chiffre d'affaires. Ceven doit apporter, toujours selon Jean Sentenac, "une hausse de capacité et de productivité, ainsi qu'une baisse des impacts environnementaux". Il est géré 24 heures sur 24, par seulement deux agents, à partir d'une salle des contrôles confinée qui jouxte le bâtiment.

Les fameux granulés qui sortent de l'atelier Ceven sont chargés dans des Big Bag avant d'alimenter les réacteurs des clients (photo François Desmeures / Objectif Gard)

Axens a inauguré ainsi son 21e atelier sur le site de Salindres, dans lesquels travaillent 400 personnes. Un site, classé Seveso, que l'entreprise partage avec Solvay. "167 années de production ont déjà eu lieu sur cette usine", a souligné le directeur du site, Henri Thomas. Une caractéristique qui a pu s'apprécier au moment de l'édification de Ceven : "Quand on a construit ici, en sourit Henri Thomas, il a fallu démolir les fondations précédentes sur dix mètres de profondeur".

L'État a financé près de 3 millions d'euros des 25 millions d'investissement nécessaires, pour "ce premier pôle d'excellence de France Relance dans le Gard", a souligné la sous-préfète du Vigan, Saadia Tamelikecht. Une coquette somme pour une industrie florissante.

François Desmeures

francois.desmeures@objectifgard.com

La partie extérieure de l'atelier Ceven, l'intérieur étant interdit aux photographes (photo François Desmeures / Objectif Gard)

François Desmeures

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais