A la une
Publié il y a 2 mois - Mise à jour le 24.09.2022 - corentin-corger - 4 min  - vu 2038 fois

FAIT DU JOUR Rani Assaf face aux supporters : la rencontre tant attendue !

Le président va participer à une séance de questions/réponses avec les supporters des Crocos (Photo Objectif Gard)

Rani Assaf et le référent Fabien Ordonez (Photo Anthony Maurin). • Anthony MAURIN

Fait inédit, ce samedi matin à 10h30, Rani Assaf, président du Nîmes Olympique, va répondre à toutes les questions des supporters depuis la tribune Nord du stade des Costières. Une rencontre décisive pour la suite des relations entre le président et les supporters. Objectif Gard a demandé les attentes de chacun avant ce rendez-vous.

Cette idée trotte dans la tête de Rani Assaf depuis plusieurs mois : organiser une grande rencontre avec tous les supporters du Nîmes Olympique. Il s’agit d’une étape majeure dans le processus de communication enclenché par le président désormais sorti du bois et qui multiplie les interventions dans les médias. Parler, expliquer, développer sont maintenant des mots privilégiés dans son vocabulaire. Après savoir fait face à quelques groupes de personnes dont dernièrement les chefs d’entreprise, c’est désormais tous les amoureux du club qui sont conviés ce matin à 10h30 au stade des Costières. Si pour la plupart des supporters, ce rendez-vous semblait inéluctable, on peut néanmoins souligner l’initiative de se soumettre à un exercice qui n’est pas évident face à des centaines de supporters plutôt remontés.

« Le but c’est que les gens me posent leur question en direct pour que l’on arrête tous les ragots et tout ce qui se raconte à droite et à gauche depuis années. Là, ils auront les réponses en direct, à la source », présente Rani Assaf prêt à répondre à toutes les questions et a éludé aucun sujet pendant deux heures. Du côté des trois groupes de supporters, tout le monde a répondu favorablement à l'invitation et incité le maximum de personnes à venir. La tribune Nord dispose de 5 000 places. Si ce chiffre ne sera sans doute pas atteint, une dynamique de mobilisation semble s’enclencher.

"Retrouver une ambiance aux Costières comme on l’a connu"

« Il faut qu’il change sa vision du supportérisme. Ça ne peut plus durer. Ce n’est pas possible d’être buté comme ça, il doit changer son fusil d’épaule même si tout le monde doit y mettre du sien », attaque d’emblée Cyril Roure qui a prévu d’interpeller son interlocuteur. Le président des Nemausus 2013 émet des doutes sur le lancement de la supra association, « il faut obligatoirement adhérer à cette grinta pour avoir des avantages, c’est prendre les gens en otage. » Ce dernier s’inquiète aussi de la situation sportive alors qu’après neuf journées, les Crocos sont dix-septièmes et relégables.

« Qu’est-ce qu’il compte faire car pour l’instant on est mal barré. Je me pose des questions, je crains la descente », confie Joël Mercier, président du Club central, qui espère être rassuré sur le plan sportif et notamment sur la situation de Nicolas Benezet recruté pour quatre ans cet été et qui est blessé depuis le début de saison. « L’arrêt des abonnements et l’absence de guichets le soir de match feront sans doute partie des questions qui lui seront posées. Je veux aussi lui demander pourquoi tous les entraînements ne sont pas ouverts comme avant ? », s’interroge ce supporter historique de 68 ans.

Cyril Roure, Dimitri Pialat et Joël Mercier (Photo Boris Boutet)

Le groupe ultra des Gladiators Nîmois 1991 sera évidemment représenté avec une centaine de membres attendue. Empêchée de pouvoir entrer au stade avec ses bâches, drapeaux et tambours, l’association espère vivement trouver un terrain d’entente avec le président pour retourner aux Costières puis aux Antonins. « Plus généralement, on attend vraiment que cette réunion permette par le dialogue de retrouver une ambiance aux Costières comme on l’a connu dans les moments importants du club. Ce public qui fait tant défaut sportivement à notre équipe », résume Dimitri Pialat, président des GN91, plutôt dans une volonté d’apaisement. Pour rappel, après les événements contre Bastia, le groupe a décidé de mener une action en justice contre le club. Preuve que la situation est encore délicate et pas forcément favorable à une réconciliation...

Il faudra en tout cas des efforts de part et d’autre pour arriver à trouver un terrain d’entente. « C’est vraiment un virage. On va voir si les protagonistes vont tourner le volant pour éviter le mur ou foncés dedans. La balle est dans leur camp », décrit Nicolas Rainville, adjoint à la ville de Nîmes délégué aux Sports. L’arbitre professionnel aurait bien aimé assister au débat mais on lui a sans doute demandé de ne pas faire un arrêt aux Costières après le conseil municipal de ce matin. « Je ne serai pas témoin du mariage mais avec toute ma bénédiction ! Je pense avoir œuvré avec d’autres pour une belle réconciliation. Mon travail s’arrête là avec un petit sentiment du devoir accompli », confie l’intéressé déjà satisfait de voir cette action se réaliser.

"Je veux aussi leur expliquer ce que l’on fait depuis quatre ans"

Et Rani Assaf a intérêt d’avoir de la salive car les interrogations sont nombreuses. Autre sujet qui risque d’être au cœur des échanges : le centre de formation. « J’attends des réponses sur le centre de formation qui est complètement à l’abandon et qui ne fonctionne plus. Quels vont être les moyens mis pour le relancer ? », tient à savoir Corentin Carpentier, responsable du pôle communication de l’association Nîmes Olympique, qui compte observer dans un premier temps avant de prendre la parole. « On veut être rassuré sur comment le club veut évoluer. Tant mieux que M. Assaf soit dans ce dialogue. J’espère qu’il répondra franchement sans esquiver les questions. Ce club est populaire et cette mécompréhension entraîne une tristesse chez les supporters », renchérit-il.

« Je suis prêt à écouter leurs craintes, leurs doutes et leurs envies. Mais inversement je veux aussi leur expliquer ce que l’on fait depuis quatre ans car tout le monde nous tombe dessus », répond et prévient Rani Assaf qui ne pourra pas compter sur le soutien de Jean-Jacques Bourdin. Le président sera en revanche accompagné de Fabien Ordonez, référent des supporters, même s’il ne devrait pas s’exprimer. « Je souhaite que tout s’apaise pour qu’il y ait un maximum de monde au stade pour encourager l’équipe », confie-t-il. Reste à savoir combien de supporters vont se déplacer... Mais cette opportunité de questionner en direct Rani Assaf ne se représentera sans doute pas.

Corentin Corger

Corentin Corger

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais