A la une
Publié il y a 7 mois - Mise à jour le 28.03.2022 - anthony-maurin - 6 min  - vu 496 fois

GARD Bilan départemental des entreprises en 2021 : les chiffres ne sont pas mauvais

Le Tribunal de Commerce de Nîmes (Photo Anthony Maurin).

C'est un bilan : les chiffres s'allongent sur les pages comme les touristes sur les plages en été. Le Gard et ses entreprises se portent relativement bien, c'est en tout cas ce que l'on peut déduire du bilan départemental des entreprises réalisé par les tribunaux de commerce en 2021.

Les tribunaux de commerce sont chargés de régler les litiges entre commerçants et de gérer les procédures collectives. Outre ces missions juridictionnelles, ce tribunal assure également celle de publicité légale ainsi que celle de contrôle juridique du greffe du tribunal de commerce et des juridictions à compétence commerciale, qui incluent en particulier la tenue du registre du commerce et des sociétés. Pour le Gard, les chiffres sont nombreux, partons à leur découverte pour tenter de les comprendre un peu mieux.

"Contrôlées et certifiées au quotidien par les greffiers des tribunaux de commerce, les données ici collectées permettent de dresser un panorama complet de la situation économique des entreprises. En métropole comme en Outre-mer, le constat se confirme : le monde entrepreneurial se relance, soutenu par des dispositifs d’aide de grande ampleur", explique Thomas Denfer, président du Conseil national des greffiers des tribunaux de commerce.

En 2021, 7 540 immatriculations au Registre du Commerce et des Sociétés sont enregistrées dans le Gard, en hausse de 32,8 % par rapport à 2020. Les activités immobilières étaient le premier secteur pour les immatriculations (22 % du total). Le podium était complété par les secteurs du commerce (17,4 %) et du conseil aux entreprises (10,5 %).

La répartition des immatriculations par grands secteurs économiques dans le Gard est proche de celle enregistrée au niveau de la région en 2021. Premier segment, les activités immobilières sont cependant davantage représentées dans le département (22 % contre 20,3 %), contrairement au commerce (16,5 % contre 17 %) et au conseil aux entreprises (10,5 % contre 11,6 %).

Hausse globale presque partout

Entre 2020 et 2021, tous les secteurs d’activité du département du Gard ont enregistré une hausse de leurs immatriculations, à l’exception de l’hébergement/restauration. La palme de la croissance revenait aux activités de transport et d’entreposage (+66,7 %), devant l’enseignement/santé/action sociale (+56,8 %) et les autres activités de services (+52,1 %). Sur l’année, les immatriculations du département ont progressé de 32,8 %, soit un niveau légèrement supérieur aux performances nationales (+30,3 %, DROM inclus).

(Photo libre de droit)

La location de terrains et autres biens immobiliers était le principal segment représenté au sein des immatriculations au registre du commerce et des sociétés en 2021 dans le Gard (22,8 % du total hors agriculture, sylviculture et pêche). En revanche, ce segment représente une faible part du stock d’entreprises départemental (1,8 % du total). En seconde position, les autres activités de poste et de courrier représentaient 7 % des immatriculations pour seulement 0,4 % du stock d’entreprises. Enfin, la restauration rapide occupait la troisième position avec 3 % des immatriculations du département (2,2 % du stock d’entreprises).

Sur les 15 activités les plus représentées dans les immatriculations du Gard en 2021, seules trois affichaient une baisse de leurs immatriculations au cours du dernier exercice : la vente à distance généraliste (-13 %), la restauration rapide (-8,5 %) et le commerce de voitures (-7,3 %). A contrario, la progression la plus importante était à mettre au crédit des autres activités de poste et de courrier (+73,6 %).

Homme de 40 ans, français et dans l'immobilier ?

Dans le Gard, 65,7 % des dirigeants ayant effectué une immatriculation au registre du commerce et des sociétés en 2021 étaient des hommes (contre 67,9 % au niveau national). En 2021, l’âge moyen des dirigeants dans le cadre d’immatriculations du Gard s’élevait à 40,5 ans (contre 39,8 ans pour l’ensemble de la France). Les femmes étaient, en moyenne, plus âgées que les hommes (41,4 ans vs 40,1 ans).

Parmi l’ensemble des dirigeants recensés dans le cadre d’immatriculations au registre du commerce et des sociétés du Gard en 2021, 93 % avaient la nationalité française. Mais dans le Gard, 92,5 % des entreprises soumises à une radiation en 2021 étaient dirigées par une personne de nationalité française.

(Photo d'illustration)

En 2021, 7 752 radiations ont été enregistrées dans le Gard, soit une hausse de 88,5 % en un an. L’immobilier était le principal secteur avec 48,4 % du total, loin devant le commerce (15,9 %). La construction arrivait en 3e position, avec 6,6 % des radiations enregistrées sur l’année.

Au niveau départemental, les activités immobilières, le commerce et la construction étaient les trois principaux secteurs représentés dans les radiations en 2021, cumulant 70,9 % du total. Ce top trois était différent à l’échelle de la région, avec le commerce en tête, suivi des activités immobilières et le conseil aux entreprises, ex-æquo avec l’hébergement et restauration.

Plus de radiations dans le Gard qu'ailleurs

Entre 2020 et 2021, l’ensemble des radiations du département a progressé de 88,5 %, contre une hausse de 30,7 % au niveau national (DROM inclus). Seul un secteur affichait une baisse de ses radiations dans le Gard en 2021 : il s’agissait de l’hébergement/restauration (-4,7 %). À l’opposé, les activités immobilières décrochaient la palme de la croissance, avec une hausse de 319,7 % sur un an.

Dans le Gard, la location de terrains, de logements et la restauration rapide étaient les activités les plus représentées dans les radiations en 2021. À elles trois, elles représentaient 52,2 % des radiations du département mais à peine 4,3 % du stock d’entreprises.

Sur les 15 activités les plus représentées dans les radiations du Gard en 2021, 13 enregistraient une hausse de leurs radiations. L’augmentation la plus importante concernait la location de logements (+385,4 % sur un an), devant la location de terrains et d’autres biens immobiliers (+342,5 %) et les supports juridiques de programmes (+174,4 %). A contrario, les radiations départementales de la restauration traditionnelle ont sensiblement diminué sur un an (-15,9 %).

En 2021, 40,3 % des radiations enregistrées dans le Gard concernaient des entreprises ayant moins de cinq ans d’existence. Au niveau national, cette part était inférieure, s’élevant à 36,7 %.

Commerce et construction prennent les devants

L'année dernière, 64,1 % des dirigeants concernés par une radiation dans le Gard étaient des hommes (contre 70,6 % au niveau national). Par ailleurs, l’âge moyen des dirigeants dans le cadre de radiations au registre du commerce et des sociétés départemental s’élevait à 57,2 ans (contre 52,6 ans pour la France entière). En moyenne, les femmes étaient légèrement plus jeunes que les hommes (56,9 ans vs 57,4 ans).

En 2021, 266 ouvertures de procédures collectives ont été effectuées dans le département. Le commerce était le premier secteur d’activité touché dans le Gard (26,7 % du total, contre 22,8 % au niveau national). Il était suivi par la construction (22,6 %) et le conseil aux entreprises (13,2 %).

(Image libre de droit).

Au niveau régional, le commerce était le principal secteur d’activité concerné par les ouvertures de procédures collectives en 2021 (24,8 % du total). Il devançait la construction et l’hébergement/restauration Au niveau du département du Gard, on retrouve le commerce et la construction en tête, suivis du conseil aux entreprises.

Recul des procédures collectives

Entre 2020 et 2021, quasiment tous les secteurs d’activité affichaient une diminution de leurs procédures collectives dans le Gard, à l’exception de des activités financières et d’assurance, d’information communication et de l’agriculture/sylviculture/pêche. La baisse la plus importante concernait l’enseignement/santé/action sociale (-66,7 %). Globalement, au niveau départemental, les procédures collectives ont reculé de 18,7 % sur un an, contre une baisse de 10,8 % à l’échelle de la France (DROM inclus).

Parmi les activités du Gard, les travaux de maçonnerie et de gros œuvre enregistraient la part la plus élevée (7,3 %). Ce secteur se positionnait devant la restauration traditionnelle (5,8 %) et le commerce de voitures et de véhicules automobiles légers (5,4 %). Dans le Gard, 33,7 % des entreprises soumises à une ouverture de procédure collective avaient moins de cinq ans d’existence, une part supérieure à la moyenne nationale (31 %).

En 2021, 77,8 % des dirigeants d’entreprises installées dans le Gard soumises à une ouverture de procédure collective étaient des hommes. Dans le département, l’âge moyen de ces dirigeants s’élevait à 48,6 ans (contre 48,4 ans à l’échelle nationale), les femmes étant plus jeunes que les hommes (45,1 ans vs 49,6 ans). En 2021, 91,9 % des entreprises visées par une ouverture de procédure collective dans le Gard étaient dirigées par une personne de nationalité française.

Chiffres issus du "Bilan départemental (Gard) 2021 des Entreprises".

Anthony Maurin

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais