Publié il y a 3 ans - Mise à jour le 08.03.2021 - coralie-mollaret - 1 min  - vu 2782 fois

GARD La préfète Marie-Françoise Lecaillon : « Ma nomination est une belle promotion »

Au centre, en costume officiel et sans l'écharpe d'élu, Marie-Françoise Lecaillon (Photo : Coralie Mollaret)

Hasard du calendrier, l’entrée en fonction de la première femme préfète du Gard coïncide avec la Journée internationale des droits des femmes, ce lundi 8 mars.

En provenance de l’Allier, Marie-Françoise Lecaillon sera désormais la première représentante de l’État dans le Gard.« C’est un grand honneur qui m’est fait par le président de la République », souligne Marie-Françoise Lecaillon, 61 ans. Une conférence de presse était organisée, ce lundi, suite à sa prise de fonction, matérialisée par un dépôt de gerbe au square du 11 novembre à Nîmes.

Les dossiers prioritaires

Dans l’Allier - où Marie-Françoise Lecaillon était également la première femme préfète -, la haute fonctionnaire évoluait sur un territoire de 365 000 habitants contre 745 000 pour le Gard. Alors oui, « ma nomination est une belle promotion », poursuit l’intéressée. Avec son prédécesseur, Didier Lauga, Marie-Françoise Lecaillon a eu l’occasion « d’évoquer quelques dossiers prioritaires » tels que « la crise sanitaire : si le taux d’incidence est moins élevé que dans d’autres départements, il est en hausse. »

Tourné vers l’agriculture et le tourisme, « le maintien de l’activité économique du Gard est un chantier important avec la poursuite de la mise en place du plan de relance. » La lutte contre l’insécurité sera également un défi pour la nouvelle préfète avec, ces derniers mois, une hausse du nombre de règlement de compte liés au trafic de drogue. Enfin, un mot plus particulier a été adressé aux élus : « Je souhaite accompagner les collectivités locales. L’État doit avoir un rôle de facilitateur et non de censeur. »

CM

coralie.mollaret@objectifgard.com 

Coralie Mollaret

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio