Publié il y a 6 ans - Mise à jour le 06.06.2017 - coralie-mollaret - 3 min  - vu 337 fois

LÉGISLATIVES Sur la 2e, les titans...et les autres !

Le député sortant proche de Marine Le Pen, Gilbert Collard. (Photo : Coralie Mollaret)

Gilbert Collard vs Marie SaraLe duel attire de nombreux médias, au grand dam des dix autres candidats de la 2e circonscription. Les électeurs suivront-ils les sirènes médiatiques ?

Des vergers d’abricotiers aux manades de taureaux, en passant par les hectares de salins et leurs flamants roses… Les paysages bordant la route des plages ornent fièrement nos cartes postales. Le romantisme rural de la Camargue gardoise. Une terre de tradition qui rime orgueilleusement avec passion. À Aimargues, on honore « Fanfonne », à l'origine de la reconnaissance du cheval Camargue par les Haras nationaux, en tant que race pure. En août, on célèbre Saint-Pierre et ses pêcheurs du Grau-du-Roi, l’un des plus grands ports de la Méditerranée. 

Bousculer l'ordre établi 

Pendant ou en dehors des fêtes votives, on lève volontiers le coude, histoire d’oublier les soucis, dont le premier : le chômage. Un taux, qui ici est supérieur à la moyenne nationale malgré la présence de grosses entreprises (Royal Canin, Perrier, Eminence…). C'est sur ce terreau que le Front National s'est enraciné. La plus grande commune du coin, Saint-Gilles, est la première mairie a être tombée dans l’escarcelle frontiste, en 1989. À la dernière Présidentielle, Marine Le Pen y est arrivée en tête au premier et second tour. Son résultat confirme la victoire du député Gilbert Collard, apparenté au Front National, aux Législatives de 2012.

Proche du FN, l’avocat marseillais est apprécié pour « sa gouaille » : « on le comprend, il parle comme nous. Il porte notre voix à l’Assemblée nationale », commente Martine, venue écouter le député sortant à Vergèze. Candidat à sa propre succession, l’homme se présente comme un « contre-pouvoir » face au système établi : « Macron veut un parlement soumis ! Il faut des parlementaires capables de hausser le ton et de porter la parole d’un peuple qu’on entendra plus ! »

Il y a encore quelques semaines, le sort de Gilbert Collard était scellé. Et son avenir, tout tracé ! C'était sans compter sur la candidate « surprise » de la République en marche : Marie Sara. Veuve de l'ex-directeur général d’EuropaCorp, Christophe Lambert, l’ancienne torera à cheval vient perturber ses plans. Revendiquant son attachement au Gard et à ses traditions, la candidate porte, comme Emmanuel Macron, une autre forme de contestation : la fin du clivage droite-gauche. Sa suppléante n'est autre que la socialiste Katy Guyot, ex-candidate en 2012, aujourd'hui première adjointe de Vauvert. Profitant de la dynamique post-présidentielle, ce  binôme « attrape-tout » semble séduire l’électorat : un sondage Ifop-Fiducial pour Le JDD donne Marie Sara gagnante au second tour du 18 juin.

Droite et Gauche tentent de se démarquer

Dans ce contexte, pas facile pour les dix autres candidats de la circonscription de se faire entendre. Communiqués de presse, visite du très (très) à droite ex-ministre Gérard Longuet, la candidate Les Républicains-UDI se démène. Belle-fille de l’ancien député Étienne Mourrut (qui a perdu son siège en 2012), Pascale Mourrut vilipende ce sondage dont « le seul but est d’orienter le vote. Moi, je ne suis pas là depuis hier et, mon ressenti de terrain n’est pas celui que les médias veulent vous imposer. » Selon elle, Marie Sara est une bulle médiatique : « Son seul projet est de déboulonner le FN. Elle est à côté de la plaque ! C’est une erreur de parler comme ça ici… Les gens se sentent agressés. »

À gauche, même combat pour marquer sa différence. La candidate France Insoumise, Danielle Floutier, parcourt le territoire à la rencontre des électeurs, en espérant se qualifier pour le second tour. Saluant la décision du Parti Communiste Français de ne pas se présenter sur cette circonscription, elle incarne, elle-aussi, une autre forme de contestation. Celle d'un système capitaliste qui, selon elle, a atteint son paroxysme avec la présidence d’Emmanuel Macron. « Mes priorités sont claires : éradiquer la pauvreté, revaloriser les retraites, augmenter le SMIC… Il faut une école vraiment gratuite avec les transports gratuits pour les élèves. Voilà les lois que je défendrais à l’Assemblée nationale », plaide la candidate FI.

La Camargue, une terre de tradition, de passion, mais aussi de contestation. Dans une semaine, les 89 000 électeurs devront choisir la couleur de leur colère et, en même temps, celle de leur espoir.

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com

Les autres candidats : Geneviève Bourrely (Debout La France), Béatrice Leccia (EELV), Rodolphe Brun (écologiste), Stéphane Manson (extrême-gauche), Christel Mediavilla (extrême-droite), Timothy Broadbent (écologiste), Nathalie Juchors (divers), Julie Schlumberger (divers).

Coralie Mollaret

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio