A la une
Publié il y a 4 ans - Mise à jour le 29.05.2018 - boris-de-la-cruz - 2 min  - vu 3757 fois

NÎMES Manifestation anti-corrida de la Feria : garde à vue pour l'organisatrice, interpellée ce matin

L'Hôtel de police de Nîmes (Photo archive Objectif Gard)

L'Hôtel de police de Nîmes (Photo archive Objectif Gard)

Une femme d'une cinquantaine d'années a été interpellée, ce mardi matin, à Nîmes et placée en garde à vue au commissariat de la ville.

Elle est suspectée d'être l'organisatrice de la manifestation - non déclarée aux autorités - qui s'est déroulée, le samedi après-midi du week-end de Pentecôte. Une manifestation où plusieurs centaines de militants de la cause animale avaient déferlé sur le parvis des arènes de Nîmes afin de dénoncer " les tortures infligées aux toros ".

Ce jour-là, cinq militants anti-corrida avaient été interpellés pour des " dégradations ", des "violences sur des policiers" et un "attroupement avec arme ". Ils ont été condamnés quelques jours plus tard en audience de comparution immédiate par le tribunal correctionnel de Nîmes à des peines allant de 500 euros d'amende à 8 mois de prison avec sursis. Lors de l'audience, la présidente du tribunal avait révélé " le rôle essentiel d'une dame qui peut être considérée comme l'organisatrice du rassemblement. Elle a géré l’événement avant et après le rassemblement sur sa page Facebook", avait expliqué la magistrate. Sur les réseaux sociaux, cette femme donnait des conseil aux militants venus des quatre coins de la France, pour qu'ils ne soient pas repérés par la police notamment. Placée en garde à vue, cette militante a déjà été condamnée pour des faits similaires.

Mardi soir, cette farouche opposante aux corridas, a été renvoyée devant le tribunal correctionnel de Nîmes lors de l'audience du 6 septembre prochain. Elle est poursuivie pour " organisation d'une manifestation interdite sur la voie publique en récidive". Elle risque 1 an de prison au maximum. Cette dame a déjà été condamnée pour des faits similaires en janvier 2017. Elle aurait reconnu les faits et elle a été placée sous contrôle judiciaire avec l'obligation de pointer au commissariat et l'interdiction de paraître sur des lieux de manifestations taurines

Boris De la Cruz

Boris De la Cruz

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais