Actualités
Publié il y a 9 ans - Mise à jour le 30.03.2013 - stephanie-marin - 2 min  - vu 109 fois

ALÈS Dialogue social rompu à l'hôpital : Les syndicalistes écrivent à la ministre de la Santé

Près de 300 membres du personnel s'étaient réunis sur le parvis du centre hospitalier Alès-Cévennes le 15 mars dernier. Photo DR/

François Mourgues, directeur du Centre hospitalier Alès-Cévennes avait pourtant affirmé sa volonté d'instaurer un véritable dialogue social au sein de l'établissement de santé. Un message qui n'a pas été entendu par les délégués syndicaux avec en tête de liste Geoffrey Rabier, le représentant CGT des hospitaliers d'Alès. Comme promis le 15 mars dernier, suite une rencontre mouvementée avec leur directeur (lire ici), les syndicalistes ont envoyé un courrier à leurs tuteurs dont la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, Martine Aoustin, directeur général de l'ARS Languedoc-Roussillon et à son délégué territorial du Gard, Claude Rols, au sous-préfet, Christophe Marx, aux députés William Dumas et Fabrice Verdier ainsi qu'aux fédération Santé Action Sociale CGT et FO. Objectifgard.com s'est procuré une copie de cette lettre en voici un long extrait :

"Lors d'un Comité Technique d'Etablissement le 18 octobre 2012, notre Direction nous annoncé sa volonté de renégocier la réduction du temps de travail. Ceci en revenant sur le protocole d'accord de 2002 qui portait à 7h40 la journée de travail, générant ainsi20 jours de R.T.T [...] Suite à cette annonce, deux rassemblements unitaires de grande ampleur ont eu lieu les 12 et 31 janvier dernier, où M. François Mourgues, directeur de l'établissement, n'était pas présent [...] Face à cette attitude, une pétition a été engagée et sachant que le Conseil de Surveillance se tenait le 15 mars et M. le Directeur serait présent, un nouveau rassemblement a été demandé par les agents pour remettre nos revendications en mains propres [...] Les personnels et les représentants se sont donc rendus à la Salle du Conseil de Surveillance avant que le Conseil ne débute pour ne pas perturber la tenue de celui-ci. M. le Directeur a refusé une fois de plus d'engager une discussion, de recueillir les pétitions, ou même seulement d'écouter ce que les personnels avaient à lui dire. Il s'est alors levé et a chargé les personnels qui étaient nombreux dans le couloir menant à la salle [...] Le comportement de M. le Directeur nous oblige à demander aujourd'hui une médiation dans l'unité syndicale afin de pouvoir discuter d'un protocole d'accord de sortie de conflit prenant en compte les légitimes revendications des personnels."

S.Ma

Stéphanie Marin

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais