Actualités
Publié il y a 8 ans - Mise à jour le 04.06.2015 - thierry-allard - 2 min  - vu 217 fois

BAGNOLS TER : « une bonne nouvelle, mais nous ne sommes pas au bout de nos peines »

La présidente de l'association Laurette Bastaroli (au micro) et le conseiller régional Rhône-Alpes François Jacquart (à sa G.), mardi soir à Bagnols (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

L’association des Usagers TER SNCF de la rive droite du Rhône, qui milite depuis des années pour la réouverture du trafic voyageur dans le Gard rhodanien, tenait hier soir à Bagnols son assemblée générale.

Une assemblée générale qui arrive près d’un mois après la décision de la région Rhône-Alpes de rouvrir le trafic TER entre Valence et Avignon, une ligne qui passera par la rive droite du Rhône, donc par l’Ardèche et théoriquement par le Gard.

« Le rêve peut devenir réalité »

« On nous a traité d’utopistes, mais constatons que le rêve peut devenir réalité », a lancé la présidente de l’association Laurette Bastaroli, évoquant également la récente réouverture de la ligne TER Avignon-Carpentras, après 40 ans de fermeture.

Un optimisme toutefois rapidement tempéré par la présidente elle-même : « c’est une bonne nouvelle, mais nous ne sommes pas au bout de nos peines. » Ainsi, l’association est allée à la rencontre des élus concernés, et a fait voter des motions de soutien à la réouverture aux conseils communautaires des agglos du Gard Rhodanien, du Grand Avignon de la communauté de communes du Pont du Gard. « Ces rencontres ont été fructueuses, nous avons été entendus », s’est félicitée Laurette Bastaroli.

« Il faut vite monter dans le train »

Le conseiller régional ardéchois Front de Gauche de la région Rhône-Alpes François Jacquart, qui milite pour la réouverture de la ligne TER, a ensuite pris la parole pour louer « un acte politique majeur de la région Rhône-Alpes » avant de lancer un appel à la région Languedoc-Roussillon : « il faut vite monter dans le train, sinon il risque de passer sur la rive gauche. »

Pour lui, « le Languedoc-Roussillon va avoir une vraie question politique à régler », et les élus « doivent passer des paroles aux actes. Une gauche qui veut se faire réélire en décembre aurait tout intérêt à monter dans le train. »

La région Rhône-Alpes s’est engagée à rouvrir le trafic voyageurs d’ici 2017, et à mettre 10 millions d’euros sur la table. Reste maintenant à voir si le Languedoc-Roussillon suivra.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Thierry Allard

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio