Publié il y a 1 an - Mise à jour le 19.08.2022 - stephanie-marin - 2 min  - vu 2884 fois

BAR DE VILLAGE À Jonquières-Saint-Vincent, le Progrès avance

Florian, le patron du Café du progrès à Jonquières-Saint-Vincent. (Photo : S.Ma/ObjectifGard)

Cet été, Objectif Gard consacre une rubrique aux bars de village. Après Vallabrègues, Caveirac, Dions, la Balade gourmande de Soudorgues et le bar des Pêcheurs au Grau-du-Roi, direction Jonquières-Saint-Vincent à la rencontre du dénommé "Flo", ancien portier de discothèque, patron du Café du progrès.

À droite de la place de la mairie, depuis transformée, le café du Progrès. (Photo d'archives diffusée sur site de la ville de Jonquières-Saint-Vincent)

À deux pas des bureaux de la police municipale, trois de l'hôtel de ville de Jonquières-Saint-Vincent, le Café du progrès est situé en plein coeur de la commune qui compte un peu plus de 3 500 habitants. Le Beaucarois Florian, logiquement surnommé Flo, en est l'heureux patron depuis 2017. "On est venu me chercher. J'ai toujours travaillé dans le milieu des bars, de la nuit, ça fait partie de moi." Sur la réserve, étonné de notre intérêt pour son établissement, l'homme âgé de 50 ans, s'est montré plus bavard au fil des cigarettes, ses yeux plissés devenant rieurs.

Accoudé au comptoir, cet ancien portier de discothèque - et ne dites pas videur de boîte, il vous fera la leçon, toujours avec humour pas d'inquiétude - raconte tout en terminant sa tasse de café, les travaux réalisés dès son arrivée dans cet établissement décliné en hôtel-restaurant en des temps anciens. "J'ai tout refait des toilettes jusqu'à la porte d'entrée", résume-t-il. Côté mobilier, les tables rondes et oranges et leurs chaises d'autrefois, ont été remplacées par des ensembles recouverts de motifs mandalas. "Ils viennent du restaurant de la discothèque Le Stax à Châteaurenard, Le Mandala", précise-t-il.

Développer la partie restauration est un des projets du patron. (Photo : S.Ma/ObjectifGard)

Le patron complètement débridé, nous invite à faire le tour du propriétaire. Il nous entraîne dans la cuisine, sous exploitée actuellement car Le Progrès n'offre qu'un service de snacking. "Je dois d'abord faire des travaux, mais je vais développer la partie restauration", souligne-t-il en pointant du doigt l'espace destiné à une future chambre froide. Puis il retourne derrière son comptoir, Paco, un de ses habitués, vient d'arriver. "Quand ses deux collègues vont arriver, ça va parler mécanique", s'amuse Flo. Lui discute de tout volontiers, sauf de politique, ça ne l'intéresse pas. Et lorsqu'un ami le lance tout de même sur le sujet, ses interventions se font rares choisissant l'humour comme échappatoire.

Avant la crise sanitaire, Florian écoulait un kilo de café par jour. (Photo : S.Ma/ObjectifGard)

La nostalgie le rend plus grave. "Depuis le covid, les choses ont changé. Les petits vieux qui venaient boire leur café le matin, parfois deux, trois même, ne viennent plus. Avant ça, je passais un kilo de café par jour, ce n'est plus le cas. Les gens ont changé leurs habitudes", regrette-il. Mais très vite, le quinquagénaire retrouve le sourire, se souvenant de l'ambiance d'antan dans les bars. "Avant, il n'y avait pas les téléphones portables, tout se négociait dans les bars. Les artisans s'en servaient même de bureaux." Le souvenir d'une époque ravivé par une photo au papier vieilli accrochée à un mur face au comptoir. Elle date de 1986, "la belle année" diront certains. Ce qui nous rappelle qu'en plus des soirées karaoké et des concours de belote organisés tous les mois au Café du progrès, le patron relancera prochainement les fameux lotos.

Stéphanie Marin 

Le café du Progrès - 12, place de la mairie à Jonquières-Saint-Vincent. La commune compte un autre bar-tabac Le Marillion, situé au 2, place Saint-Vincent.

Stéphanie Marin

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio