Actualités
Publié il y a 10 mois - Mise à jour le 24.03.2022 - abdel-samari - 2 min  - vu 301 fois

ÉDITORIAL Touche pas à ma retraite !

Photo d'illustration DR

Touché de plein fouet par un chômage de masse et un "papy boom" que personne ne peut regretter tant il permet de garder plus longtemps en vie nos aînés, la gestion financière des pensions de retraite est régulièrement remise en cause par les différents protagonistes au pouvoir. Alors, oui bien sûr, des ajustements  sont nécessaire pour tenir compte de la réalité d'une société qui évolue... Lors de son premier mandat, Emmanuel Macron voulait carrément révolutionner le système de retraite français. Un système qui fait pourtant ses preuves depuis bien longtemps et assure une rémunération minimum pour des gens qui ont travaillé toute leur vie. Encore peut-être un peu plus pour ceux qui ont exercé des métiers pénibles. Pour rappel, la réforme des retraites voulue par le Président a été suspendue à son initiative, en mars 2020, en raison de la crise sanitaire du coronavirus. Elle visait, initialement, la mise en place d'un système universel par points. Terminé donc la modification de la période de référence permettant le calcul de la pension de retraite. Finalement, deux ans plus tard, sa réforme dantesque est tombée aux oubliettes comme bon nombre de projets qui ne rencontraient pas l'adhésion. Désormais, le Président-candidat veut un report de l’âge de la retraite à 65 ans. Une mesure revendiquée et assumée. Sauf qu'il risque une nouvelle fois de se casser les dents. D'abord parce qu'un sondage récent le montre : 69 % des Français y sont opposés. Un coup dur pour Emmanuel Macron qui ne mesure pas la tension dans le pays avec des difficultés pour beaucoup de gens de ne pas finir la fin du mois. Les retraités les premiers. C'est surtout un mauvais plan communication pour lui à deux semaines du premier tour d'une Présidentielle qui s'annonçait comme une formalité. Finalement, face à la proposition d'une retraite à 60 ans proposée par Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, il risque d'y perdre quelques plumes. D'ailleurs, ce jeudi, trois mois après la dernière journée d’action nationale, les représentants syndicaux des retraitées appellent à une journée de mobilisation. Ils ont une revendication principale : la revalorisation des pensions. Sur ce sujet, on n' a pas entendu Emmanuel Macron. Mais pour l'entendre, il faudrait qu'il accepte de descendre dans l'arène. Et accepter des débats programme contre programme. Il faudra à coup sûr attendre le débat du second tour pour cela. Un peu comme la retraite, on allonge les délais même à la Présidentielle...

Abdel Samari

Abdel Samari

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais