Actualités
Publié il y a 3 ans - Mise à jour le 25.03.2019 - coralie-mollaret - 2 min  - vu 515 fois

EUROPÉENNES Les partisans de Nicolas Dupont-Aignan lancent leur campagne

Mercredi dernier lors d'une réunion publique (Photo : Coralie Mollaret)

Le mouvement souverainiste espère capitaliser sur la Présidentielle 2017. 

Lancement de campagne pour les « Amoureux de la France », le nom donné à la liste de Nicolas Dupont Aignan pour les Européennes. Mercredi soir à Garons, la fédération - qui revendique 180 adhérents - organisait sa toute première réunion publique pour le scrutin du 26 mai prochain. Les Européennes, une occasion supplémentaire d’afficher la doctrine souverainiste de Debout la France. Une idéologie qui a le vent en poupe avec le Brexit en Grand-Bretagne.

« Le patriotisme n’a jamais autant été à l’honneur », se réjouit Jacques Armando. Le secrétaire départemental du mouvement propose notamment « la remise en place des frontières nationales, la révision de l’espace Schengen » ou encore, « le lancement de grandes coopérations industrielles et scientifiques en Europe. »

Score à deux chiffres

L’objectif affiché du mouvement est de « faire un résultat à deux chiffres », confie Denis Hay, conseiller national Debout la France. Des espoirs nourris par les dernières Présidentielles pour lesquelles Nicolas Dupont-Aignan avait récolté 4,73% des suffrages. « Les élections de 2017 ont fait ressortir un homme sincère, cohérent et patriote. »

L’alliance avec la présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen, au second tour, peut-elle leur porter préjudice ? « Non, au contraire. Nicolas Dupont-Aignan a pris ses responsabilités. […] D’ailleurs depuis 2017, nous avons eu une quarantaine d’adhérents supplémentaires… »

« Les sondages devraient être interdits ! »

Pour l’heure, les sondages créditent les « Amoureux de la France » de 6 à 7% des voix. « Moi, je n’ai pas confiance dans les sondages qui manipulent l’opinion. Ils devraient être interdits car ils manipulent les consciences », soutient Jacques Armando.

Avant d’ajouter : « On a proposé une alliance aux Républicains et au Rassemblement national avec Nicolas Dupont-Aignan comme tête de liste. Hélas, ils n’en n’ont pas voulu… C’est dommage puisque ni Laurent Wauquiez, ni Marine Le Pen ne se présentent… » En politique comme dans la vie, l’espoir fait vivre.

CM

coralie.mollaret@objectifgard.com

Coralie Mollaret

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais