Publié il y a 2 ans - Mise à jour le 25.02.2022 - marie-meunier - 2 min  - vu 816 fois

GARD RHODANIEN Le champion du monde de duathlon 2019 se remet petit à petit de son accident

Cyril Ricci vit et s'entraîne sur ses terres gardoises, autour de Saint-Laurent-de-Carnols.
Cyril Ricci, deux semaines après son accident de vélo. (DR)

Le 10 février, vers 13h15, pas loin de Goudargues, le duathlète Cyril Ricci a eu un grave accident de vélo. Durant un entraînement, il prend un trou sur la route, la fourche du cycle se bloque et il se retrouve projeté à terre, le bas du visage heurtant le sol en premier. Le sportif a de nombreuses fractures et plaies, mais accepte la situation avec beaucoup de philosophie. 

En 2019, Cyril Ricci décrochait le titre de champion du monde de duathlon (course à pied et cyclisme). En 2022, son objectif sera juste de finir la course : "Je referai un championnat du monde cette année. Je ne le gagnerai pas. Le terminer sera mon challenge. Trois ans après avoir gagné, je reviens humblement, avec la conscience que la vie est fragile."

La passion du sport est toujours là malgré l'accident. Pourtant le bilan est lourd : fractures à la tête, des sinus, du nez, de la mâchoire, huit dents perdues, rupture du muscle labial et également le poignet, la rotule et un doigt cassés. C'est encore une épreuve qui se dresse devant cet athlète vivant à Saint-Laurent-de-Carnols, qui avait déjà subi les effets longs du covid : "J'ai perdu un poumon, c'est-à-dire que je n'avais plus que 47% de ma capacité ventilatoire. J'avançais dans le bon sens, je savais que je n'allai pas faire de la compétition au même niveau mais j'avais des prétentions."

"J'ai cherché du sens à ce qui m'arrivait"

Quinze jours après la chute, Cyril Ricci se remet rapidement et se trouve dans un bon état d'esprit : "Le but, c'est d'aller le mieux possible, le plus vite possible. J'accepte ce qui m'arrive. Je m'en remettrai, j'ai de la chance." Il a subi une opération de reconstitution faciale et devra encore avoir une intervention au niveau de la mâchoire. Ses plaies se sont déjà bien atténuées : "Deux jours après l'accident, j'étais dans une sorte de veille. Ensuite, je me suis concentré à dépenser le moins possible d'énergie, je me suis concentré sur la douleur et j'ai cherché du sens à ce qui m'arrivait."

Tous les jours, une infirmière de sa famille venait s'occuper longuement de ses plaies. Lui qui est spécialisé dans la nutrition haute performance et la micronutrition, est persuadé également que ses habitudes alimentaires l'aident énormément dans sa guérison : "La médiane de cicatrisation que j'ai eu est à peu près deux fois et demi plus rapide que celle que l'on peut constater dans le meilleur des cas. C'est vraiment quelque chose de concret : quand vous souffrez deux à trois fois moins longtemps, ça change tout." Depuis son accident, il adapte encore plus ses apports selon sa convalescence. Il mange beaucoup d'aliments riches en collagène, notamment.

Aujourd'hui, si Cyril Ricci devait passer un message, ce serait celui-ci : "Ça ne sert à rien de ressasser. Ce que j'ai vécu, des dizaines d'autres l'ont vécu. Je ne veux pas être un exemple mais prenez soin de vous et de votre corps. C'est un formidable organisme capable de choses extraordinaires. Contextualisez votre alimentation. Faites l'effort d'apprendre ce dont vous avez besoin, votre corps vous le rendra au centuple."

Marie Meunier

Marie Meunier

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio